ASIE DU SUD-EST

BIRMANIE




Carte des régions et divisions

 


En Birmanie existent plus de 100 groupes ethniques différents On estime qu'ils représentent plus de 68 % des cinquante millions de Birmans. Les plus importants groupes sont les Shan, Karen, Rakhine, Karenni, Chin, Kachin et Mon. Le pays est divisé en sept contrées, dominées par les Birmans, et en sept états ethniques. Alors que la majorité des Birmans se considère elle-même comme autochtone, l'article d'Indigenous World met l'accent sur des groupes autochtones marginalisés désignés, généralement, comme "nationalités ethniques". La Birmanie a connu une succession de régimes militaires depuis que le gouvernement élu par le peuple a été renversé en 1962. Ces régimes, caractérisés par l'oppression des nationalités ethniques, se justifient en proclamant que l'armée est la seule institution qui puisse empêcher la désintégration du pays en unités ethniques. Après des décennies de conflit armé, le régime militaire a négocié une série d'accords de cessez-le-feu au début et au milieu des années 1990. Il en est résulté l'établissement de régions particulières, jouissant d'une certaine autonomie administrative; mais les accords ont aussi permis au régime militaire d'étendre progressivement sa présence et d'y bénéficier de l'exploitation, non concurrencée, des ressources naturelles.

En 1990 le régime militaire a organisé les premières élections générales depuis 30 ans. La Ligue nationale pour la démocratie, un parti démocratique dirigé par Aung San Suu Kyi, a gagné plus de 80 % des sièges au Parlement et l'Alliance des nationalités unies (UNA), une coalition de 12 partis politiques ethniques en a gagné 10 %. Toutefois, le régime a refusé de prendre en compte le résultat des élections et n'a jamais convoqué le Parlement.

Source : Indigenous World, IWGIA, traduction S.Dreyfus - Gamelon pour le GITPA