ASIE DU SUD-EST

BIRMANIE




Carte des régions et divisions

 


La Birmanie, officiellement la république de l’Union du Myanmar, avec une superficie de 676 578 km2 est le pays le plus vaste de l’Asie du Sud-Est continentale. Elle est bordée par la Chine au nord, le Laos à l’est, la Thaïlande au sud-ouest, le Bangladesh à l’ouest, et l’Inde au nord-ouest. La Birmanie est un des pays les plus multiethniques du monde et cette diversité a joué un rôle majeur dans la politique, l’histoire et la démographie du pays. Les Birmans représentent 60 à 70% d’une population de 50 millions. Le reste est constitué par une pléthore de groupes ethniques, dont on ne connaît pas le nombre exact. On considère généralement ces groupes ethniques non-birmans comme les peuples autochtones de la Birmanie. Le pays est partagé en 7 divisions peuplées majoritairement de Birmans et de 7 Etats ethniques nommés d’après leur groupe ethnique dominant : Shan, Karen, Rakhine, Karenni, Chin, Kachin et Mon. Ces Etats constituent les frontières montagneuses du pays et couvrent environ 55 % de sa superficie. Une succession de régimes militaires dominés par le groupe ethnique birman a dirigé le pays depuis le renversement du gouvernement élu par le peuple en 1962. Faisant suite à des décades de conflits de faible intensité dans les régions de populations autochtones, le régime militaire a négocié une série d’accords de cessez-le-feu avec les différents groupes au début et au milieu des années 90. Le régime militaire a justifié son mode de gouvernement, caractérisé par l’oppression des peuples autochtones, en affirmant que l’armée est la seule institution capable d’empêcher la désagrégation du pays selon ses divisions ethniques.

Termes désignant les peuples autochtones

Bien que les représentants de nombreux groupes ethniques de Birmanie aient depuis des années participé à des rencontres internationales sur les questions des peuples autochtones, comme, par exemple, l’ancien Groupe de travail sur les peuples autochtones des Nations Unies (GTPA) ou l’actuelle Instance permanente des Nations Unies sur les peuples autochtones ( IPQA), et même si beaucoup d’entre eux se considèrent comme des peuples autochtones, le terme n’est pas encore très usité parmi les milieux politiques ou au sein de la société civile en Birmanie. Les termes « nationalités ethniques », « minorités ethniques » et « minorités ethniques autochtones » sont plus couramment utilisés. « Peuples autochtones » est généralement traduit en birman par Taiyanta Lumyomya . Le gouvernement birman n’accorde qu’aux communautés chinoises et indiennes le statut « non-national » ou de
« minorité », alors que les populations autochtones, incluant les Birmans, sont considérées comme des « nationalités », des « races nationales » ou des « groupes nationaux ». Pour le gouvernement ceci implique que tout le monde est autochtone en Birmanie, si bien que la question des droits des peuples autochtones ne se pose pas.

Source: ERNI Christian, 2008, The Concept of Indigenous Peoples in Asia. A ressource Book,
Document IWGIA N°123. 456p. Traduction pour le GITPA par Véronique Hahn de Bykhovetz