Bibliographie

DELAPORTE Yves, 2002, Le regard de l’éleveur de rennes. Essai d’anthropologie cognitive. Paris, Peeters-Selaf, collection « Arctique », 336 p.

Les Lapons du nord de la Norvège organisent leur existence autour de l’élevage du renne. Mais les animaux dont ils tirent moyens de subsistance et prestige sont à demi sauvage, toujours prompts à s’égarer dans d’autres troupeaux, où ils risquent d’être volés par des « loups à deux pattes ». L’éleveur compense ce faible degré de domestication par une extraordinaire maîtrise intellectuelle. Combinant en permanence interprétation des bois et de la robe, et décodage des marques de propriété, il se montre fin sémioticien. Quels processus cognitifs se déroulent lorsqu’il observe un renne galopant au loin ou lorsqu’il se plonge dans la masse tourbillonnante de centaines de rennes rassemblés dans un corral? Quels savoirs met-il en œuvre, et dont il parle si peu, tant ils constituent son bien personnel, que seul le silence peut protéger? C’est à ces questions, qui l’ont obsédé pendant tant d’années, qu’un ethnologue tente ici de répondre. Tous les dessins qui accompagnent le texte ont été réalisés au cours de l’enquête par des éleveurs. Leurs œuvres sont bien davantage que de simple illustrations : elles donnent tout son sens au titre de ce livre

 

de GOURMONT Rémy, TRUDEL Éric, 2006, Chez les Lapons, 1890, PUQ, 145p.

Ce curieux ouvrage illustré de Remy de Gourmont (1858-1915), Chez les Lapons. Mœurs, coutumes et légendes de la Laponie norvégienne, publié en 1890, propose une fascinante synthèse, souvent amusante, des connaissances dont dispose le 19e siècle français sur la Laponie. En invitant son lecteur à entreprendre avec lui un voyage " chez les Lapons " en douze brefs chapitres, Gourmont l'entraîne aussi dans une surprenante expédition livresque, puisque l'écrivain, proche du symbolisme et co-fondateur du Mercure de France, ne voyagea pas plus au nord que la Hollande. Ce texte est donc entièrement écrit à partir de lectures de récits de voyages anciens et contemporains. Ainsi se donnent à lire dans ce petit ouvrage à la fois la reprise d'un imaginaire du pôle déjà largement constitué, et la discrète résistance que lui oppose Gourmont en désamorçant, avec la verve qui lui est caractéristique, certains clichés et stéréotypes sur ceux qu'on appelle alors les " Lapons ", soit les Sâme.

 

LABBA Andreas,1989, Anta, Mémoires d’un Lapon, Terre humaine,593p.

« Anta retrace les mémoires d'un Sâme (Lapon) qui sont aussi ceux de son peuple. Ils parcourent un siècle et demi de son histoire en trois étapes, mêlant successivement roman collectif et témoignage individuel avant de se conclure par de véhéments appels de l'auteur à la défense identitaire, pour les hommes comme pour les paysages. Au début du XIXe siècle, les Lapons ignorent encore les frontières. Ils migrent au gré des saisons. Le XXe est celui de leur sédentarisation progressive, de leur soumission douloureuse à l'école et à la loi (ici suédoise), puis de l'apparition d'un discours militant dans la langue de l'occupant. » (extrait d’un article de Jean-Louis Perrier, Le Monde, 7 février 1997)

 

MARC Pierre, 2010, Le défi des rennes-en Laponie un peuple se lève...Ed Dorval, 200p.

Roman inspiré d'événements réels : Une jeune anthropologue française débarque dans le Grand Nord norvégien alors qu'un gigantesque projet de barrage menace d'engloutir une partie du territoire des Lapons (aujourd'hui les Sami). Rattrapée par son destin, elle va vivre la révolte obstinée de ce peuple de l'Arctique, victime d'une brutale politique d'assimilation. Un roman d'aventures exaltant au-delà du Cercle Polaire, où se joue l'avenir des derniers nomades de Laponie, sur fond de migration des rennes, de nature sauvage et d'amour.

 

MERIOT, Christian, 2002, Tradition et modernité chez les Sâmes, L'Harmattan, 387p.

"La fin du XXe siècle a vu l'emprise croissante des Etats tutélaires sur les sociétés arctiques. Une de ces dernières, la société sâme, face à une acculturation polymorphe, a dû réaménager les cadres de sa vie traditionnelle. Certains de ses éléments, toujours en acte dans les représentations indigènes sont réinvestis par des groupes «d'activistes». L'auteur, à côté d'approches ethnologiques classiques, s'est intéressé à ces formes contemporaines d'un réveil identitaire, parfois ambigu, pour réfléchir sur des rapports de la tradition et de la modernité où chaque culture puisse se sentir responsable d'elle-même et respectable pour tous."

 
MERIOT, Christian,1980, Les Lapons et leur Société , Ed Privat.    

NILS-ASLAK, Valkeapaa, 2008, Migrante est ma demeure, Ed Cénomane.

"Composée de trois recueils édités initialement aux couleurs de la Laponie, la trilogie de Valkeapää s'ouvre sur le livre jaune qui plante le décor, égrène la fuite des saisons ; puis, le livre bleu, vibrant hommage aux Sames d'antan, brosse une civilisation de l'éphémère ; le livre rouge, enfin, élargit l'univers spirituel à d'autres populations autochtones. Avec un parti pris affirmé de naturel et de simplicité dans les thèmes et le style, imperceptiblement, ténu mais tenace comme le joïk, s'élève un hymne à la différence. Une différence dont la poésie de Nils-Aslak Valkeapää déploie au fil des pages la riche palette, avec un jeu subtil qui mêle inlassablement subjectif et objectif, mais dont la ligne de force est un message de paix et d'espoir : «protéger la vie et tout ce qui vit»..."

 

PENTIKAÏNEN Juha, 2011, Mythologie des Lapons, Imago,352p.

Les Lapons — également désignés sous le nom de Sâmes — ont depuis longtemps éveillé une vive curiosité et, dès le XVIIe siècle, explorateurs et missionnaires en décrivent les mœurs et les croyances. Aujourd’hui, cette ethnie des terres extrêmes — terra hyperborea incognita —, présente en Suède, en Norvège, en Finlande et en Russie, vit de pêche, d’agriculture, ou d’élevage, en suivant comme naguère les troupeaux de rennes. Dans cet ouvrage, Juha Pentikäinen étudie les coutumes, les rites, les mythes de ces populations qui, malgré des conditions climatiques très éprouvantes, restent proches de la nature. Accordant une large place au chamanisme, il analyse l’articulation si particulière entre le christianisme et le paganisme subsistant dans des traditions toujours vivaces. En ethnologue et en historien des religions, Juha Pentikäinen nous offre une magistrale synthèse de ses enquêtes menées auprès des Sâmes et, inscrivant ses recherches dans le cadre d’une reconnaissance des « peuples premiers », nous amène à mieux connaître une culture et des hommes menacés de disparition.

 

RASMUSSEN Knud, 2010, Laponie : Voyage au pays des fils du soleil, Esprit ouvert,167p.

Le Lapon ne peut pas être le vrai fils de la Nature s'il ne peut verser ses larmes aussi sincèrement qu'il éclate de rire. Sa force réside dans cet abandon extrême, dans cet état d'âme qui prend immédiatement possession de son esprit. C'est cette souplesse spirituelle qui est la source de son bonheur : car seul celui qui est capable de subir l'emprise tant de la douleur que de la joie, connaît la vraie richesse de la vie. " C'est ainsi que nous est présenté le peuple lapon - ou sami - par Knud Rasmussen (1879-1933) connu dans tout l'Arctique comme un des fondateurs de l'eskimologie, mais dont les voyages en Laponie sont passés inaperçus. Nous sortons ici des descriptions samies habituelles teintées d'exotisme et nous avons droit, on pourrait dire, aux réflexions d'un lointain cousin - Rasmussen ayant du sang inuit - touchant divers sujets : sa découverte de la Laponie, son passé, ses déboires. Outre ce carnet de voyage des plus vivants, nous avons un véritable condensé de l'histoire samie, depuis les premiers témoignages de l'Antiquité, en passant par ses mythes, par les exactions scandinaves du Moyen Age, les déviations dues aux conversations religieuses dont certaines furent sanglantes, pour aboutir aux interrogations sur la période moderne. Ce livre porte l'empreinte d'une verve poétique rare chez Rasmussen. Nul doute que ce fils de la banquise ne pouvait que succomber aux charmes secrets de la terre des fils du soleil.

 

REGNARD Jean-François, 2010, Voyage en Laponie, Ginko, 200p.

En 1681 Jean-François Regnard, auteur à succès du Joueur et du Légataire universel, participe à une mission diplomatique en Europe du Nord. Après un séjour à la cours de Charles XI de Suède, l'auteur a parcouru plaines et marais de Laponie, franchissant fjords et lacs infestés de moustiques pour rejoindre les terres du Nord et les peuplades septentrionales. Il lui vient alors l'idée d'explorer les contrées arctiques, parcourant plaines et marais, franchissant fjords et lacs infestés de moustiques pour rejoindre les terres du nord. Le Voyage en Laponie est un récit d'exploration qui fourmille d'anecdotes cocasses. Ce texte constitue un témoignage remarquable où le détail des descriptions de la vie quotidienne lapone, l'humour et le rythme donné au récit, nous font comprendre l'esprit d'un voyageur animé d'une profonde curiosité envers les êtres et les choses. Cette oeuvre insolite offre une vision surprenante d'une société qui aujourd'hui, comme tous les peuples de l'Arctique, se bat pour préserver son identité.

 
ROUÉ Michèle, DELAPORTE Yves, 1986, Une communauté d’éleveurs de rennes. Vie sociale des Lapons de Kautokeino Paris, Mémoires de l’Institut d’ethnologie, XXIV, 200 p.    

TURI, Johan, 1997, Récit de la vie des Lapons, L'Harmattan, 299p.

"Je suis un Lapon, et je connais tout de la vie des Lapons. J'ai entendu dire que le gouvernement suédois veut nous aider, mais il n'a pas l'exacte compréhension de notre vie et de notre condition, parce qu'un Lapon ne peut correctement les expliquer telles qu'elles sont : lorsqu'un Lapon pénètre dans une pièce close, il ne comprend plus très bien, quand le vent ne peut lui souffler au nez. Ses pensées ne peuvent pas couler quand il y a des murs et que c'est fermé au-dessus de sa tête. Il n'est pas bon non plus pour lui d'être dans la forêt épaisse quand l'air est chaud. Mais quand un Lapon est sur les hautes montagnes, il a l'esprit tout à fait lucide et si, là, en haut, se trouvait un lieu de réunion, un Lapon pourrait probablement exposer parfaitement son affaire. J'ai pensé que ce serait une excellente chose s'il y avait un livre où tout serait noté sur la vie et la situation des Lapons."

 
VITEBSKY Piers, VISEUR Jean-François, 1996, Les Saami de laponie, Ed GAMMA69.