AMERIQUE DU SUD
GUARANI



Source: Portal Guarani

Groupe méridional de l'ensemble tupi, les Guaranis, avant la conquête espagnole, se répartissaient en de nombreuses tribus dans la région des trois grands fleuves qui convergent vers le Rio de la Plata, avec une forte tendance à l'expansion d'où leur présence du littoral atlantique jusqu'aux Andes. Leur population globale se chiffrait en centaines de milliers d'individus. Ils se déplaçaient par voie fluviale (au moyen de canots et de radeaux) et terrestre, fondant des villages au fur et à mesure, et entretenaient de nombreuses relations entre eux et avec les peuples non guaranis. Les guerres, tant intestines que menées contre des non Guaranis, étaient constantes et, motivées par la vengeance, visaient surtout à faire des prisonniers.

Les Guaranis pratiquaient l'agriculture sur brûlis, la pêche, la chasse, la collecte (miel, fruits, insectes), élevaient des volatiles dont les plumes servaient à leur parure, très élaborée. Ils travaillaient le bois, faisaient de la poterie.

 

Leurs villages, composés de grandes maisons communautaires disposées autour d'une place centrale, étaient parfois fortifiés.

Les chamanes exerçaient l'autorité religieuse et assuraient les liens avec l'au-delà, peuplé de nombreux esprits. Un des traits principaux de la religion guarani était (et reste) la croyance en la «Terre sans mal», au-delà accessible aux âmes des morts en fonction de leur mérite en ce monde et au terme d'un parcours angoissant, mais aussi lieu supposé dont la recherche donna lieu chez les Guaranis jusqu'à bien après la Conquête, à des déplacements messianiques.

Aujourd’hui les Guaranis se retrouvent dans le sud du Brésil (Paraná) et du Paraguay et dans l'extrême nord de l'Argentine. Les Mbyá, Kaiova et Nandeva en sont les principaux sous-groupes.

Les communautés guaranis, sont restées soudées par le maintien de leur tradition religieuse (chamanisme, messianisme), perpétuée par la transmission d'un important corpus de littérature orale, auquel sont associées musique et danses. Leurs langues appartiennent au groupe linguistique tupi-guarani.

Document préparé par Alain Prévost, professeur en Anthropologie,
Département de Sciences Humaines, Cégep régional de Lanaudière