Bibliographie

AGUER, Constante (Auteur), HERMINE, Micheline (Préface), 2000, Contes guarani : Argentine, Edition bilingue français-espagnol, Ed. L'Harmattan, Coll. La Légende des Mondes, 223p.

"Dans ces Contes, je veux présenter aux aimables lecteurs d'anciennes légendes d'origine guarani que j'ai entendu raconter dans mon enfance ou ma jeunesse, ce qui signifie qu'elles ont un caractère populaire... Ainsi s'exprime Constante Aguer sur les contes traduits dans cet ouvrage. L'auteur est né à Buenos Aires en 1918. Très tôt, il s'est intéressé, par l'intermédiaire d'une famille guarani, voisine et amie, aux contes et à la langue guarani. Alors qu'à Buenos Aires fleurissait le tango, Constante Aguer a joué et composé de très nombreux chamamé. C'est l 'auteur des paroles "Kilometro 11", chanson considérée comme l'hymne de la province de Corrientes, devenue un classique. Il anime aujourd'hui à Buenos Aires, des émissions de radio sur le chamarré. Il a reçu de nombreuses distinctions de la part des commuautés guarani d'Argentine et du Paraguay, dont il a été l'ambassadeur musical en Australie et à Cuba, en 1996. Il se veut poète, conteur et chantre de cette civilisation bousculée par l'histoire, "par amour pour l'extrême douceur de la langue guarani.

 

CLASTRES, Pierre, 1974, Le Grand Parler. Mythes et chants sacrés des Indiens Guaranis, Ed. Seuil, Coll. Recherches Anthropologiques, 176p.

Les Belles Paroles : ainsi les Indiens Guarani nomment-ils les mots qui leur servent à s'adresser à leurs dieux. Beau langage, grand parler, agréable à l'oreille des divins qui l'estiment digne d'eux. Rigueur de sa beauté dans la bouche des chamanes inspirés qui les prononcent (...) Ces né' en poran, ces belles paroles, elles retentissent encore au plus secret de la forêt qui, de tout temps, abrita ceux qui, se nommant eux-mêmes Ava (les Hommes), s'affirment de cette manière dépositaires absolus de l'humain. Hommes véritables donc et, démesure d'un orgueil héroïque, élus des dieux, marqués du sceau du divin, eux qui se disent également les Jeguakava, les Adornés..." Trois types de textes sont réunis dans cette anthologie commentée : des mythes où se raconte une histoire des dieux, du monde et des hommes ; les Belles Paroles, au sens propre, beaucoup plus ésotériques : textes où la cosmogénèse fait l'objet d'une spéculation religieuse ; des commentaires, enfin, très libres, où un nouveau pas est franchi : celui de la conceptualisation métaphysique. On a regroupé ces textes dans une succession idéale : "temps de l'éternité", "lieu du malheur", "ce que disent les derniers".

 

CORTI Eugenio,2008, La terre des guaranis, collection Au coeur du monde - 420 p

Ce roman historique évoque l'épopée et la tragédie des Guaranis au XVIIIème siècle, à l'époque des reducciones jésuites en Amérique du Sud. On sait que ces missions jésuites auprès des Indiens guaranis ont duré près de 150 ans, de 1609 à 1768. Les terres des Guaranis s'étendaient sur une surface immense, correspondant, en termes actuels, au nord de l'Uruguay, au sud-est du Paraguay et traversant le Brésil et l'Argentine. . La Terre des Guaranis nous fait revivre, à partir de 1740, la vie d'une de ces "réductions", à l'époque de leur apogée puis de leur déclin. Les razzias des bandeirantes, esclavagistes portugais du Brésil, constituent une menace permanente. Les appétits des grandes puissances sont manfestes. Le traité signé en 1750 entre le marquis de Pombal et Ferdinand VI, au terme duquel l'Espagne cède au Portugal une grande partie du territoire des Missions, sonne le glas des "réductions". La suppression de la Compagnie de Jésus aggrave la situation des Guaranis. Ils ne pourront résister longtemps aux armées espagnole et portugaise qui imposent l'application du traité. Mais l'idéal des "réductions" n'est pas pour autant effacé des terres ni des coeurs des Guaranis, qui semblent pourtant condamnés à retourner à l'état nomade. Eugenio Corti a peint ici une superbe fresque historique sur trois générations, nous faisant suivre les vicissitudes d'une communauté qui ne plie pas devant la violence de l'Histoire, et a créé des personnages inoubliables.

 

MIOWA, Yara (Auteur), DUBANT, Bernard (Traduction), 2003, Initiation chamanique chez les indiens Guarani, Ed. Guy Tredaniel, 270p.

Rares sont les ouvrages sur les indiens Guarani, cette ethnie dont l'âme rayonne de la Guyane à l'Argentine, mais plus rares encore sont les livres qui ne se bornent pas à une étude anthropologique rébarbative et à contresens. Cette histoire - l'initiation dans la forêt d'un jeune indien Guarani qui a gardé la voie de ses ancêtres - nous expose la vision d'un peuple à qui la pollution dénaturante moderne n'a pas fait perdre sa connaissance primordiale, quand l'homme et la nature ne faisaient qu'un. Pour les Guarani, tout ce qui est sacré brille et tout ce qui est manifesté provient de la divinité suprême. Guidé par un chamane - le Pajé -, notre jeune héros part à la recherche de sa propre voie. C'est dans un monde de lumières et de sons, au rythme des quatre saisons - chacune attribuée à une divinité du panthéon Guarani - que nous voyons se déployer sa vie. Loin de toute érudition, cet ouvrage nous donne une vision empathique, partagée, d'un auteur qui a vécu de nombreuses années avec les indiens Guarani et connaît intimement ce monde primordial.