Bibliographie

BAROIN, Catherine, 1985, Anarchie et cohésion sociale chez les Toubou, Les Daza Késerda (Niger), Éditions de la Maison des sciences de l'homme, Paris, 456p.

Un peuple où anarchie n’est pas synonyme de désordre : leur société s’autorégule grâce à un mécanisme particulier de cohésion sociale lié en grande part au système matrimonial. Ainsi le mariage Toubou, prohibé entre proches, met en relation deux parentèles distinctes et largement étrangères l’une à l’autre. Dons et contre-dons vont renforcer cette alliance tandis que vis à vis de l’extérieur une obligation de solidarité morale pour venger un éventuel affront devient extrêmement forte. Anarchie et violence d’une part, forte cohésion sociale résultant des alliances matrimoniales sont les deux caractéristiques essentielles d’une société Toubou à la texture sociale tout à la fois souple et ferme.

 

BAROIN, Catherine, 1988, Gens du roc et du sable. Les Toubou. Hommage à Charles et Marguerite Le Cœur, Editions du CNRS - Paris.

« La force de ce livre tient bien a son thème central, les Toubou, qui apparaissent à la fois forts et peu nombreux, isolés dans un monde austère. La permanence de règles sociales fortes, affirmées à travers les relations familiales, les rapports de propriété et d’échange, mais aussi dans leur langue ou dans la vie politique et guerrière, apparaît comme un leitmotiv perçu sous des éclairages différents. Les articles de mon oncle Charles Le Cœur sont lumineux, leur illustration est superbe : et quelle habileté de fermer le livre sur la question d’Aozou en 1934! »

 

BAROIN, Catherine, 2003, Les Toubou Du Sahara Central, Ed. Vents De Sable, Coll. Initiation Cultures Nomades, 175p.

Considérés comme l'un des plus anciens groupes vivant actuellement au Sahara, les Toubou, dont l'origine demeure mystérieuse, ont de tous temps représenté une énigme aux yeux des étrangers. Guerriers et pasteurs au même titre que les autres peuples sahariens, ces nomades redoutés de leurs voisins doivent leur réputation à leur légendaire capacité d'adaptation et de survie dans l'environnement particulièrement aride des montagnes du Tibesti. Dotés d'une résistance hors du commun, capables de couvrir à pied des distances considérables et de supporter des conditions climatiques extrêmes, ils sont éleveurs de dromadaires ou de vaches, et vivent pour la plupart au nord Tchad, à l'exception de petites communautés établies au Niger, en Libye et en Egypte. La vie sociale de ce peuple fier n'obéissant à quiconque est régie non par la tribu, mais par le clan, au sein duquel la solidarité tient une place prépondérante. Guets que soient les problèmes politiques agitant leur région, les Toubou ont toujours su garder vivante leur culture nomade et méritent tout notre respect

 

BODOUMI Ahmat Saleh, 2012,Voyages et conversation en pays Toubou, L'Harmattan, 124p.

Les Toubou, peuple du Sahara, faisaient de longs voyages. C'étaient des voyages à dos de chameau, souvent en caravane. Pendant le trajet, certains chantaient en l'honneur de leurs bien-aimés, d'autres causaient. Ils racontaient des histoires, et toute une littérature orale se développait autour du voyage. D'abord publié en langue dazaga (gorane, toubou), voici maintenant la version traduite en français par l'auteur.

 

CHAPELLE, Jean, 2004, Nomades noirs du Sahara: Les Toubous, Ed. L'Harmattan, 449p.

Jean Chapelle nous renseigne sur l'histoire de ce mystérieux peuplement toubou, sur sa géographie, son mode de vie, son organisation sociale, sa psychologie. Après Charles Le Coeur, il nous décrit une existence qui reste " un tour de force, un exploit quotidien " dans un milieu physique hostile et dur, mais dont la réussite repose sur une extrême endurance individuelle, un sens très vif de l'honneur, la fierté du clan, la passion de l'indépendance et de la liberté. Jean Chapelle s'interroge, naturellement, sur l'avenir de cette humanité misérable et courageuse : hélas, " les Toubous ne pourront vivre sans idéal, ni conserver le leur... ".

 

TUBIANA, Jérome, 2007, Contes Toubou du Sahara, Ed l'Harmattan, 200p.

Chercheur, journaliste et photographe indépendant, Jérôme Tubiana a effectué une douzaine de séjours parmi les éleveurs nomades habitant le quart sud-est du Sahara, s'attachant notamment à recueillir leurs contes, leurs mythes et leurs chansons. Il s'est particulièrement intéressé à la riche et originale littérature orale des Azza, les "forgerons-chasseurs" des Teda-Daza, qui constituent une caste inférieure.