Personnalités autochtones du Mexique

L’établissement de ces listes a pour objectif de faire connaître des personnalités autochtones qui sous une forme ou une autre ont fait progresser la reconnaissance au niveau national, intergouvernemental ou international des droits des peuples autochtones. Les personnes peuvent être : des figures éminentes de la lutte pour les droits et la justice, des leaders politiques avisés et reconnus, des négociateurs, des dirigeants d’organisations autochtones, des élus, des artistes, écrivains, poètes, cinéastes, avocats, juristes, universitaires, historiens, enseignants etc

ANAYA James, d’origine tarasque est un éminent spécialiste du droit international et des droits des peuples autochtones; il est Professeur de droit et de politique des droits de l'homme (chaire James J Lenoir) de l'université d'Arizona. Il a publié de nombreux livres et articles sur les droits des peuples autochtones dans le droit international et représenté les peuples et organisations autochtones devant les tribunaux des Etats Unis et des institutions internationales. Il est actuellement Rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des droits de l'homme et des libertés fondamentales chez les peuples autochtones.

MONTES REGINO Adelfo autochtone triquis de Oaxaca, licencié en droit. Il est secrétaire des Entreprises Autochtones. Il a participé au Forum International sur les Energies Renouvelables.

PATISHAN Alberto, Tzotzil né en 1971 à El Bosque, Chiapas. Professeur activiste originaire. Il a étudié les sciences sociales à l’Université Valle de Grijalba. Il a été membre du Syndicat National des Travailleurs de l’Education. Il a milité au sein de sa municipalité contre le maire Manuel Gomez Ruiz qui a été accusé de corruption, alors que la majorité de la population vie dans l’extrême pauvreté. Emprisonné durant 13 années pour de prétendues actions criminelles, il est devenu un défenseur des droits des prisonniers.

VAZQUEZ Saul Vicente, est secrétaire des Peuples Indiens du Comité Exécutif National (CEN) du Parti de la Revolucion Democratica (PRD) de 1999 à 2002. Il est délégué au Conseil International des Traités Indiens (IITC), avant le Groupe de Travail Inter-session de Composition ouverte sur les Droits des Peuples Autochtones de l’ONU, à Genève. Il fonde le Front Autochtone Paysan et Populaire d’Oaxaca A.C. (FICAPO-COCEI), en 2004. Il est fondateur et secrétaire des Entreprises des Peuples Autochtones de l’Union de la Force Autochtone et Paysanne, une organisation nationale mexicaine, de 2006 à 2009. Il est Point Focal International pour les Peuples Autochtones du Comité International de Planification sur la Souveraineté Alimentaire. Il est membre de l’Instance Permanente sur les Questions Autochtones. Il a étudié le droit à l’UNAM, Mexico. Il est membre du Comité de Suivi du Congrès National Indigène (CNI).


Chiapas

ESTHER Commandante, membre du Comité Clandestin Révolutionnaire Autochtone et Commandante Générale de l’Armée Zapatiste de Libération Nationale. Lors de l’intervention des Zapatistes à la Chambre des Députés en mars 2001, à l’issue de la Marche de la Dignité Indigène, elle a plaidé pour le respect des droits et de la culture des Indiens, et la reconnaissances au populations indiennes du droit de s’organiser et de vivre selon leurs traditions.

GOMEZ SILVANO Juan Carlos, était le coordinateur général de la sixième déclaration de la Selva Lacandona dans l’ejido de San Sebastián Bachajón, zone nord du Chiapas. Il a été assassiné à seulement 21 ans, le 21 mars 2014 au matin dans la municipalité de Chilon, dans l'État du Chiapas. Il avait participé à la construction de l'autonomie dans la terre récupérée de Notre-Dame des Douleurs à Chilo.

MOISÉS Commandant, Tzetzal. Dénommé Major Moisés en 1994, il est devenu Lieutenant Colonel en 2002. C’est l’un des insurgés zapatistes les plus connus. Il est devenu membre de l’EZLN en 1983. Le 16 février 1994, durant la détention du Général Absalon Castellanos, le prisonnier de guerre de l’EZLN, il est apparu pour la première fois, présidant le premier événement public de l’organisation zapatiste. Cet événement a été suivi par l’échange du gouverneur du Chiapas contre des centaines de prisonniers zapatistes. Il a joué un rôle de communication au niveau de la société civile mexicaine et de la société internationale, donnant des interviews dans les médias sur la révolte zapatiste, et plus tard sur le fonctionnement des organisations de bonne gouvernance.

SOLIS LOPEZ José Luis dit GALÉANO appartenait au mouvement zapatiste qui a été révélé aux yeux du monde à l’entrée en vigueur de l’accord de libre échange nord-américain (Alena) en 1994. Il était l’un des maestro de la petite école zapatiste (Escuelita), qui s’est donné pour objectif d’enseigner l’autonomie et la résistance au reste du monde, et brassant des milliers de personnes, venant majoritairement de pays d’Amérique Latine, d’Amérique du Nord et d’Europe. Le 2 mai 2014, des groupes paramilitaires ont attaqué le caracol (région zapatiste) de La Realidad, siège du Conseil de bon gouvernement zapatiste de la région. Le bilan de cette attaque : la destruction d’une clinique et d’une école autonome, plusieurs blessés par balle dans une embuscade et l’assassinat de Galeano.

TACHO Commandant est membre du Comité Clandestin Révolutionnaire Autochtone et Commandant Général de l’Armée Zapatiste de Libération Nationale.


Retour à la Région Amérique latine