Personnalités autochtones aborigènes (en cours)

L’établissement de ces listes a pour objectif de faire connaître des personnalités autochtones qui sous une forme ou une autre ont fait progresser la reconnaissance au niveau national, intergouvernemental ou international des droits des peuples autochtones. Les personnes peuvent être : des figures éminentes de la lutte pour les droits et la justice, des leaders politiques avisés et reconnus, des négociateurs, des dirigeants d’organisations autochtones, des élus, des artistes, écrivains, poètes, cinéastes, avocats, juristes, universitaires, historiens, enseignants etc

ANDERSON Michael, fondateur de la Sovereign Union, l’un des derniers leaders du Black Power Aborigène et l’un des fondateurs de la tente ambassade Aborigène de Canberra.

BARKER JOWANDI Wayne, cinéaste, compositeur-interprète, activiste engagé dès les années 1970 dans les luttes politiques des Aborigènes australiens et la mise en valeur de son héritage tribal Jabirr Jabirr, et Yawuru sur la côte nord-ouest, Wayne Jowandi Barker est un artiste aux multiples talents, qui a consacré sa vie à la reconnaissance des droits autochtones.

BARAK William, est né en 1923 , au sein du clan Wurundjeri du peuple Woi Wurung, son père était un Ngurunggaeta (chef de clan) et son oncle Billibellary, signataire du traité de John Batman en 1835, devint l’ancien le plus âgé de la région de Narrm (Merbourne). Peu de temps après l’établissement des Blancs l’essor de l’agriculture évinça les Kulin de leur terre, et beaucoup moururent de faim et de maladie. Pendant ces années difficiles, Barak devint un leader politique avisé, médiateur compétent et porte parole de son peuple. Barak travailla à créer et protéger une communauté agricole auto-suffisante à Healesville, et devint une figure éminente de la lutte pour les droits et la justice des aborigènes.
BONNER Neville (1922-1999), est un homme politiques australien 1971 à 1983. Il a été le premier Aborigène élu au Parlement fédéral australien. Il a été sénateur libéral de 1971 à 1983.
BURNUM Burnum, né le 10 janvier 1936 à Wallaga Lake (Nouvelle-Galles-du-Sud) et mort le 18 août 1997 était un militant et acteur aborigène australien ; il est tout particulièrement connu pour avoir planté le drapeau aborigène sur les falaises de Douvres, le 26 janvier 1988, jour en Australie de la célébration du bicentennaire de la fondation de la colonie de Sydney. Il s'agissait pour Burnum Burnum d'opérer un renversement de situation, et, grâce au drapeau, de prétendre « prendre possession » de l'Angleterre, tout comme Arthur Phillip avait prétendu prendre possession de l'Australie aborigène en 1788.

COOPER William, d’ascendance Yorta Yorta, a passé la plus grande partie de sa vie dans la communauté Cummeragunja où il était le porte-parole des Yorta Yorta dans leur combat incessant pour leurs droits fonciers face au gouvernement du New South Wales. William Cooper contribua à un changement de stratégie qui mit au défi la vision coloniale du peuplement de l’ Australie. En 1938, des cérémonies étaient prévues pour marquer le cent-cinquantenaire de l’arrivée des Britanniques. En riposte, William Cooper avec Bill Ferguson de l Aborigenes Progressive Association, organisa « une journée de deuil » afin que les Aborigènes puissent attirer l’attention sur les effets destructeurs de cette invasion. Ce geste symboliquement fort, avec la pétition adressée au Roi et la création de l’Australian Aborigenes’League, marqua le début de l’organisation politique des Aborigènes australiens et inspira les futures générations d’activistes oeuvrant pour la justice des autochtones australiens.
DODSON Mick, est un aborigène de la région de Kimberley en Australie de l’Ouest. Son frère Patrick Dodson est également un leader aborigène connu. Après la mort de ses parents, il entra comme pensionnaire au Monivae College, Hamilton, Victoria. Il obtint son diplôme de droit à l’Univesité Monash en 1974. Il fut le premier aborigène à être diplômé en droit en Australie. Il a été un défenseur éminent des peuples autochtones sur les droits fonciers et les problèmes qui les affectent en Australie et dans le monde et il participe activement aux travaux de l’Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones. Il a été nommé Australien de l’année le 25 janvier 2009.

DODSON Patrick, est un Yawuru de Broome, en Australie occidentale, ancien président du "Council for Aboriginal Reconciliation" , ancien commissaire enquêteur sur les décès d'aborigènes en détention et ancien prêtre catholique. Il a été le vainqueur de la Sydney Peace Prize 2008.

FERGUSSON William, (24 July 1882 – 4 January 1950), a été un leader aborigène. Ses premiers engagements politiques ont été d’organisateur de tondeurs pour le Syndicat des travailleurs australiens, puis secrétaire d'une branche locale du Parti travailliste australien. Alors qu'il avait vécu à l'extérieur du système de «protection» des Aborigènes, il était bien conscient des conditions dans lesquelles les autochtones vivaient. En 1936, lorsque le Parlement a modifié la Loi de 1909 sur la protection des Aborigènes, il a commencé à faire du lobbying pour les droits civils et a lancé l'Aborigines Progressive Association (APA). Avec William Cooper et John Patten, il a organisé une journée de deuil pour les Autochtones lors du Australia Day de 1938. Il a rédigé avec John Patten le pamphlet Aborigine Claim Citizen Rights ! Aborigènes afin de revendiquer des droits citoyens! Il a organisé cinq congrès successif de l'APA . Il a également été élu membre du Conseil de la protection des Aborigènes/ Aborigines Welfare Board, après que le gouvernement ait répondu à la demande de l’APA d'avoir deux personnes dans ce Conseil. En tant que membre du Conseil, il a été choqué par les plaintes reçues au sujet des conditions dans les réserves autochtones, et a tenté de forcer certains changements. En 1949, il est allé faire pression sur le gouvernement national à Canberra en tant que représentant de la Ligue Australienne Aborigènes, demandant beaucoup de réformes administratives, qu'il avait rédigés. Sans réponse du ministre de l'intérieur, il a démissionné du parti travailliste

FLOWER Dulcie, une autochtone des iles du détroit de Torres qui s'est d'abord impliqué dans le travail pour l'avancement des Autochtones à Cairns où elle est née et a grandi. Dans les années 1950, après avoir déménagé à Sydney, Fleur rejoint l'Association progressiste Aborigènes (APA) où elle a rencontré Bert Groves et a commencé à réfléchir sérieusement sur les problèmes que rencontrent les Australiens aborigènes et les insulaires des iles du Détroi de Torres.

FOLEY Gary, est un activiste aborigène Gumbaynggirr, universitaire, écrivain et acteur qui a refusé la nationalité australienne. Il est surtout connu pour son rôle dans l'établissement de l'Ambassade aborigène à Canberra en 1972 et pour la création d'un service juridique autochtone à Redfern dans les années 1970. Foley a également co-écrit et joué dans la première mise en scène autochtone australienne, Basically Black.

GEOFF Scott, un aborigène Wiradjuri de la Nouvelle Galle du sud (NGS) avec une expérience de plus de trente ans à travailler dans Questions autochtones. Geoff a occupé des postes de haute direction, y compris comme directeur général Conseil des terres aborigènes de NGS; directeur général du ministère des Affaires autochtones et vice-directeur général de l’Aboriginal and Torres Strait Islander Commission (ATSIC). Ses autres responsabilités comprennent ses nominations comme professeur auxiliaire à l'Université de Technologie de Sydney et comme président de l' Australian Indigenous Leadership Centre.

GOODA Mick , is a descendent of the Gangulu people of central Queensland. Gooda has played a leadership role in a range of areas including Acting Chief Executive Officer of the Aboriginal and Torres Strait Islander Commission and Senior Consultant to the Aboriginal Legal Service (WA). He is also a Board Member of the Centre for Rural and Remote Mental Health Queensland, and is the Australian representative on the International Indigenous Council which focuses on healing and addictions.
GULPILI David, de son nom aborigène complet David Gulpilil Ridjimiraril Dalaithngu) est un acteur et danseur australien d'origine aborigène, né le 1er juillet 1953 à Maningrida (Terre d'Arnhem). Yolngu de la tribu Mandhalpuyngu, Gulpili est, durant sa jeunesse, un chasseur accompli, pisteur et danseur de cérémonie. Comme beaucoup d'Aborigènes de sa génération, il passe son enfance dans le bush, loin de l'influence anglo-australienne. Il y reçoit l'éducation traditionnelle de sa famille, il va suivre ensuite un enseignement à la mission de Maningrida, au nord-est d’ Arnhem Land Il est par la suite initié dans la tribu Mandhalpuyngu. Il parle plusieurs langues et dialectes, dont l'anglais qu'il juge bon d'apprendre après son premier film, Walkabout, qui l'a révélé en 1971. Il participe à de nombreux films.
LANGTON Marcia, AM est l'une des principales personnalités aborigènes d'Australie du domaine universitaire. Elle enseigne les études indigènes australiennes à l'Université de Melbourne.
JOHNSON Darlene est l'un des cinéastes autochtones talentueux de l'Australie. Elle est originaire de la tribu Dunghutti de la côte nord de la Nouvelle-Galles du Sud. Johnson a obtenu un Première Classe BA (Hons) à l'Université de Technologie (Sydney). Elle s’est spécialisée dans le cinéma autochtone et post-colonial. Son premier film Two-Bob Mermaid a été la première production d'une anthologie autochtone From Sand to Celluloid qui impliquait des cinéastes autochtones pour la première fois. Le film a remporté les Film Critics Circle Award australiens pour le meilleur court métrage australien en 1996. Il a été nommé à la Mostra de Venise., a remporté le Meilleur court métrage dramatique au 41eme Festival de film d’ Asie-Pacifique et est maintenant utilisé comme une ressource standard d'enseignement dans les écoles primaires et secondaires d’Australie.
MABO Eddie Koiki, né Eddie Koiki Sambo en 1936 et décédé le 21 janvier 1992) est un Australien natif d´une île du détroit de Torres devenu célèbre dans l'histoire australienne pour son rôle dans la campagne pour des droits indigènes et pour son rôle dans une décision de la Cour Suprême australienne qui a annulé la fiction juridique de terra nullius qui s´appliquait alors aux terres australiennes..
MALEZER Les, Gubbi gubbi et butchulla du sud-est du Queensland, il a été fonctionnaire pour les Affaires autochtones, représentant communautaire et défenseur des droits autochtones aux niveaux local, national et international. Président fondateur de FAIRA au milieu des années 1970, il a joué un rôle majeur dans le changement des lois discriminatoires du Queensland et au niveau national, en se consacrant principalement à la campagne des droits fonciers et à la protection du patrimoine culturel. En 1986 il a porté son attention sur les Nations unies et les agendas internationaux. Lorsque la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones a été négociée puis adoptée par l’Assemblée générale en 2007, il a présidé l’Assemblée générale autochtone (Global Indigenous Caucus). Décoré de la médaille australienne des droits de l’homme en 2008 pour la promotion des droits des Aborigènes et des Insulaires du détroit de Torres, il poursuit sa campagne sur les droits de l’homme en qualité de co-président du Congrès national des Premières Nations d’Australie (élu en 2011). En 2014 il était conseiller du président de l’Assemblée générale des Nations unies pendant quatre mois, afin d’organiser avec succès la Conférence mondiale des peuples autochtones qui s’est tenue en septembre 2014.
MANSELL Michaël, (Né dans le nord de la Tasmanie), un avocat et militant d'origine autochtone, qui a consacré sa vie à la réforme sociale, politique et juridique pour améliorer la vie et la position sociale des Aborigènes de Tasmanie. Dès son jeune âge, Mansell a protesté contre le statut et le traitement des Tasmaniens autochtones au sein de la communauté. Cependant il découvrit bientôt que la simple manifestation était une mesure inefficace pour atteindre des objectifs de droits fonciers et de meilleures conditions, et les tactiques radicales que lui et d'autres manifestants des droits autochtones employaient dans les années 1970 ont été abandonnés. En conséquence, Mansell a entrepris un diplôme en droit à l'Université de Tasmanie. Après ses études, il a commencé une carrière d'avocat, en essayant de défendre les droits des Autochtones, tout en poursuivant un programme de réforme. Depuis, il est devenu un avocat qualifié de la Cour suprême de la Tasmanie, et la Haute Cour de l'Australie. ll a également été à la fois le président et directeur juridique du Centre autochtone de Tasmanie, qu’il a aidé à mettre en place en 1972, et il est le secrétaire du gouvernement provisoire autochtone. En 1987, Mansell a été nommé «autochtone de l'année», et a joué un rôle crucial dans l'élaboration de la législation pour le Native Title Act 1993 de laquelle est née l'affaire Mabo v Queensland.

MOWAIJARLAI David, un représentant de la loi traditionnelle supérieure du peuple Ngarinyin dans la région de Kimberley de l'Ouest, en Australie occidentale. Non seulement il fut artiste peintre mais aussi anthropologue, professeur prédicateur, conteur et linguiste. Il a grandi sur une mission et pendant plusieurs années au cours de son enfance, il fut un patient de la Leproserie Derby. Durant ce séjour, il a appris à jouer du violon. Mowaljarlai subi diverses étapes de l'initiation autochtone. Il a travaillé en tant que skipper sur un perlière ...

NICHOLLS Douglas,(9 décembre 1906 - 4 juin 1988) était un éminent aborigène du peuple Yorta Yorta. C’était un athlète professionnel, un pasteur des Eglises du Christ et fondateur d’église, pionnier dans le militantisme pour la réconciliation. Nicholls a été le premier aborigène à être fait chevalier et à être nommé à une fonction vice-royale, ayant été gouverneur de l’Australie méridionale du 1er décembre 1976 jusqu’à sa démission le 30 avril 1977 pour des raisons de santé.
O’DONOGHUE Lowija, (née le 1er Aout 1932) est une aborigène australienne retraitée de l’administration publique. Elle a été nommée Australienne de l’année en 1984 et en 1990, et fut la première présidente de la Commission des Aborigènes et des insulaires du Détroit de Torres maintenant dissoute (ATSIC).
PEARSON Noel, né le 25 juin 1965, à Cooktown) est un avocat australien, militant des droits des Aborigènes et fondateur du Cape York Institute for Policy and Leadership, une organisation favorisant le développement économique et social des Aborigènes du cap York. Figurant parmi les chefs indigènes australiens contemporains les plus connus, il est un théoricien et un commentateur politique remarquable pour son sens de l'histoire, son franc-parler et la puissance de ses arguments.
PERKINS Charles, est né dans la réserve aborigène d’Alice Spring dans le Territoire du Nord en 1936. Ses parents étaient Arrente et Kalkadoon. Pendant ses études à l'Université de Sydney, Perkins est devenu de plus en plus actif sur les questions des droits autochtones. En 1965, il a gagné en notoriété en menant un groupe de camarades sur le Freedom Ride - une tournée des centres ruraux des Nouvelles Galles du sud, afin mettre en évidence la discrimination qui existait pour les peuples autochtones dans de nombreuses villes du pays. Perkins a rejoint le Bureau des affaires autochtones du Commonwealth en 1969. Sa carrière a grandi avec le rôle croissant joué par les questions autochtones. Dans ses dernières années Perkins est retourné vivre à Alice Springs. Il a été élu à la Commission autochtone et Torres Islander détroit (ATSIC) en 1993 et a servi comme vice-président en 1994-1995. Il a également été un mentor pour plusieurs des athlètes autochtones de l'Australie.

PERKINS Rachel, une femme aborigène des nations Arrente et Kalkadoon, à la pointe de l'industrie du cinéma australien. Son travail en tant que scénariste, producteur, réalisateur, membre du conseil et directeur de festival a concrétisé sa passion et son talent à porter des histoires autochtones aborigènes à l'écran.

ROE Paddy, (1912 (estimé)-2001), aussi connu sous le nom de Lulu a été un aîné de la tribu autochtone Goolarabooloo de la Nyigina, groupe aborigène d’Australie occidentale. Il fut un auteur qui a remporté le Western Australian Week Literary Award en 1985, et a été nominé pour le National Book Council Award en 1983, et le New South Wales Premier’s Literary Award en 1985. Il a reçu l'Ordre de la Médaille Australie. Il a collaboré à des œuvres telles que Gularabulu, Stories from the West Kimberley et d'autres. Paddy Roe est né et a grandi sur la station Plains Roebuck, près de Broome. Il a travaillé comme un bouvier et aussi un réparateur de moulins à vent autour de la Kimberly.

SEN Ivan, de mère autochtone et de père, européen, il a été élevé à Inverell, Nouvelle-Galles du Sud, en Australie, en grandissant à Tamworth et Inverell. Il a étudié le cinéma à l'Australian Film, Television and Radio School, où il a produit ses premiers courts métrages, en collaboration avec une équipe avec qui il continue à travailler aujourd'hui. Tout au long de la fin des années 1990 Sen a travaillé sur de nombreux courts métrages, avant de faire ses débuts au cinéma avec Beneath Clouds en 2002.
SMALLACOMBE Sonia, appartient aux Maramanindji, peuple de la région de la rivière Daly, dans le Territoire du nord de l'Australie. Elle travaille actuellement aux Nations Unies, comme secrétaire de l’instance permanente sur les questions autochtones.
THORTON Warwick, un réalisateur aborigène, scénariste et cinéaste. Son premier long métrage, Samson et Dalila a remporté la Caméra d'Or au Festival de Cannes 2009. Thornton est né et a grandi à Alice Springs. Sa mère, Freda Glynn, est co-fondatrice et premier directeur de la Central Australian Aboriginal Media Association (CAAMA), et a été le directeur de la Télévision Imparja pour ses dix premières années d’existence . Thornton est marié à la réalisatrice de film, Beck Cole, et ils vivent à Alice Springs. " Il a deux frères, Scott Thornton, un acteur qui a joué le rôle de Gonzo dans Samson et Dalila (film 2009), et Rob Thornton qui est un agent de liaison autochtone du Cairns Base Hospital, Queensland.

UNAIPON David (né le 28 septembre 1872 à Point Mcleay et mort le 7 février 1967 à Tailem Bend) est un prédicateur, un écrivain, un philosophe et un inventeur australien d'origine aborigène, plus précisément du peuple Ngarrindjeri. Il est le fils du chef James Unaipon. Il a été instruit par la McLeay Point Mission. Il est devenu un inventeur - surnommé le « Léonard de Vinci australien », il déposa dix brevets. Il est devenu un pasteur chrétien, un conférencier sur des mythes et des légendes aborigènes et le premier auteur aborigène. Il a voyagé tout autour de l'Australie et est devenu influent dans des affaires aborigènes et a été réclamé par gouvernement fédéral pour développer la juridiction pour des affaires indigènes. Il a milité en faveur d’une éducation pour les aborigènes qui leur permettent de faire face à la société occidentale. Il a souvent été confronté à la discrimination de l'époque, mais il a préfiguré la classe articulée des chefs aborigènes qui deviendront de plus en plus influents dans la société australienne pendant le XXe siècle. Actuellement, son image apparaît sur le billet 50 du dollar australien.

WANDJUKI Marika (1927-1987), a été un peintre, acteur, compositeur et activiste des droits fonciers des Aborigènes d'Australie. Il était un membre du clan Riratjingu du peuple Yolngu du nord-est de la Terre d’Arhnem , nord de l'Australie. Ses peintures ont exprimé croyances religieuses traditionnelles de son peuple, et inclus 2 toiles célèbres : Djang'kawu Story (1960) et Birth of the Djang'kawu Children of Yelangbara (1982). Djang'kawu est l'ancêtre fondateur du Riratjingu dans les histoires traditionnelles. Il a co-fondé le Conseil des arts autochtones en 1973, dont il est devenu le président en 1976. Il a reçu l'Ordre de l'Empire britannique la même année.

WYATT Ken, est un homme politique australien, né en 1952. En 2010, il devient le premier Aborigène élu à la Chambre des représentants. Distingué Churchill Fellow, a plus de trente ans d’expérience dans l’administration des affaires aborigènes et a été conseiller du gouvernement australien. Ancien Chief executive officer (CEO) du Goldfields Land and Sea Council, il assume depuis 2010 les fonctions de CEO du Native Title Council qui regroupe les organes représentatifs des droits fonciers autochtones et des fournisseurs de services de toute l’Australie. Aux Nations unies, il participe aux sessions de l’Instance permanente sur les questions autochtones et à celles du Mécanisme d’experts sur les droits des peuples autochtones. Il a été invité à représenter la région du Pacifique à divers ateliers sur « l’exploitation minière et les communautés autochtones » en Sibérie et aux Philippines, ainsi qu’aux conférences sur le changement climatique, en Alaska et à Copenhague. Il fait partie des propriétaires traditionnels de la revendication yued, en Australie occidentale, et jouit de liens ancestraux avec les communautés noongar, yamatji et gumula.

YUNUPINGU Galarrwuy ( 30 June 1948), a été impliqué dans la lutte pour les droits fonciers au long de sa carrière. Il est né à Melville Bay, près de Yirrkala, et est membre du clan Gumatj du peuple Yolngu. Il entra dans la lutte pour les droits fonciers, et a aidé à établir la pétition Bark a Yirrkala. Il a acqui une stature nationale à la fin des années 1960 pour son rôle comme point focal, de la plainte infructueuse sur les droits foncier Gove. Cette action en justice a été la première occasion pour les aborigènes de contester les droits des compagnies minières d'exploiter leurs terres traditionnelles. Il est devenu un leader de premier plan et forte voix au nom des peuples autochtones dans le Territoire du Nord et en Australie. En 1975, il rejoint le Northern Land Council (NLC), l'autorité désignée en vertu de l’ Aboriginal Land Rights Act de 1976 pour représenter les propriétaires fonciers traditionnels autochtones et les peuples aborigènes. autochtones. Il a été président de la NLC entre 1977 et 1980, un membre exécutif jusqu'en 1983 quand il a été réélu en tant que président. Il a dirigé un certain nombre de négociations avec les industries minières et le gouvernement. Ne s’opposant pas, par principe, à l'exploitation minière, Yunupingu y voit comme un moyen pour les Autochtones à échapper au piège de l'aide sociale si elle est menée aux conditions des propriétaires traditionnels. Il s’agit notamment d'une répartition équitable des avantages économiques et le respect pour la terre et les sites sacrés spécifiques. En 1978, il a été nommé Australien de l'année pour ses négociations sur l'accord de la mine d'uranium de Ranger. En 1985, il a été fait membre de l'Ordre de l'Australie pour ses services à la communauté autochtone. Galarrwuy Yunupingu est l'un des 100 «Trésors nationaux vivants australienne" sélectionnés par le National Trust of Australia en tant que leaders dans la société «réputée avoir une grande influence sur notre environnement en raison des normes et des exemples qu'ils se sont fixés».

Retour à la liste