Bibliographie peul m'bororo


Ouvrages

BA, Mamadou Ibrahima. 2014, De l'origine des Fulbés (Peuls) à l'empire Satigui.L'Harmatan, 116p.

Peu de populations africaines ont fait couler autant d'encre que les Peuls, ce peuple pasteur nomade qui conduit ses troupeaux à travers toute l'Afrique, pour la raison majeure qu'ils n'ont jamais été considérés comme des autochtones de l'Ouest africain et qu'ils posent un problème ethnocentrique, jusqu'ici non résolu de façon satisfaisante. Incontestablement supérieure, la population peule a fait subir son influence aux populations noires. Nombre de peuplades métissées se forment grâce au mélange de ces deux populations.

BARRIERE, Olivier & Catherine. 2002 Un droit à inventer - Foncier et environnement dans le delta Niger, IRD.

Espace partagé entre plusieurs systèmes d'activités (agriculture, pêche, élevage bovin), le delta intérieur du Niger est aussi un espace conflictuel. La pression démographique et les sécheresses successives ont accru la compétition pour l'accès aux ressources naturelles dont dépendent les populations. Pour résoudre des conflits fonciers incessants et gérer l'ensemble de ces ressources, quel droit appliquer ? Ni le droit étatique, directement issu d'une conception occidentale,ni les systèmes traditionnels, ni la pratique locale n'apportent de solutions pertinentes et durables. Dès lors, il faut repenser, et même inventer, un modèle juridique qui soit à la fois légitimé par les populations et légalisé par l'État. Fruit d'un double travail juridique et anthropologique, ce livre développe une approche juridique novatrice pour une gestion foncière et environnementale partagée et démocratique.

BARRY, Rasmané, 2004, Souvenir d'un pisteur peul, Markhor,205p.

"Souvenirs d'un pisteur seul" par Rasmané Barry. Si l’on veut que « notre Afrique », celle qui nous fait rêver, survivre il ne faut pas oublier ces hommes extraordinaires, paysans, bergers peuls, pisteurs, chauffeurs, cuisiniers…
L’Afrique c’est eux ! Ils nous ont appris tant de choses, ils survivent de rien, ils sont admirables. Ils sont heureux de nous faire aimer ce pays si merveilleux. Sans eux l’Afrique et le Sahel en particulier ne seraient qu’immensité sans âme. Lui, Rasmané, il y a maintenant quatre générations qu’il guide nos pas sur les pistes africaines. Il a presque soixante-dix ans et le voilà au bout du voyage… Son allure est fière et il porte du haut d’un mètre quatre-vingtdix toute l’élégance et la noblesse du peuple peul. Durant ces années d’une vie de nomade, il a tout vu de cette Afrique sahélienne, d’abord coloniale, puis indépendante et sa lente autodestruction… Rasmané Barry a rencontré toutes sortes de blancs, plus au moins recommandables, du fonctionnaire colonial généreux ou étriqué, aux chasseurs de grands gibiers avides de trophées et d’aventures.

BAUMGARDT, Ursula. 2000 Une conteuse peule et son répertoire , Khartala, 552p.
Recueillis lors de plusieurs séjours de recherche entre 1985 et 1989, les soixante contes et récits présentés ici en version bilingue peul-français constituent le répertoire quasi exhaustif de Goggo Addi, une conteuse peule de Garoua (Nord- Cameroun), née vers 1911 et décédée en novembre 1999. Le corpus de la conteuse est précédée du récit de sa vie et de l'analyse de tous les thèmes qui traversent son répertoire.

BAUMGARDT Ursula, 2014, La transmission culturelle: l'exemple du peul. Khartala.180p.

Les langues africaines sont encore rarement enseignées à l’école, encore moins au collège et au lycée, et assez peu à l’université. La question de la transmission de ces langues et des cultures qu’elles véhiculent est d’autant plus d’actualité. Nous présentons ici le cas d’une langue transfrontalière de très grande extension géographique, le peul, à travers une série d’articles qui illustrent la richesse de cette problématique, à la confluence de la linguistique et de la littérature. Henry Tourneux (LLACAN/CNRS) montre qu’à l’est de l’aire peule (Cameroun), de nombreux termes empruntés il y a plusieurs siècles au soninké, langue de Mauritanie et du Mali, sont toujours bien présents dans le fulfulde contemporain. Abdourahmane Diallo (Francfort et Bayreuth) illustre la variabilité dialectale dans la syntaxe. Aliou Mohamadou (LLACAN/CNRS / Université Paris – Inalco) présente la stratégie lexicographique basée sur l’analyse intégrale de corpus qui lui a permis de réaliser un Dictionnaire des mots grammaticaux du peul (2014). Rudolf Leger (Francfort) invite le lecteur à l’accompagner dans sa découverte du monde des proverbes dans la région de Gombé (Nord-Nigeria). La vitalité de la littérature en langue peule est illustrée par Alpha Ousmane Barry (Bordeaux Montaigne), Ursula Baumgardt, Mélanie Bourlet et Marie Lorin (LLACAN/CNRS / Université Paris – Inalco) qui s’intéressent, en complémentarité, à la littérature orale (l’épopée) ainsi qu’à l’écriture littéraire et à la question très actuelle du rôle d’Internet dans la transmission culturelle peule.

BAUMGARDT, Ursula, DERIVE, Jean, 2005,Paroles nomades. Écris d'ethnolinguistique africaine, Karthala, 518p.

Ces paroles nomades tracent, selon le mot de Montaigne, un parcours " à sauts et à gambades ", sinueux et non dénué de fantaisie - comme dans tous les voyages, celle des caravaniers qui ont eu l'audace de s'embarquer -, balisé toutefois par quelques repères. Géographiquement, ce sont les sociétés africaines qui jalonnent cette imprévisible promenade, même si quelques incursions en Europe ou au Japon apportent leur touche de comparatisme. Le point focal, en référence auquel les autres cultures sont examinées, en est plus particulièrement la civilisation peule, emblème du nomadisme et objet des préoccupations constantes de Christiane Seydou, directeur de recherche honoraire au CNRS, à qui cet ouvrage est dédié. Les balises thématiques, quant à elles, sont celles des disciplines des sciences humaines auxquelles cet éminent chercheur a eu l'occasion de se frotter au cours de sa riche carrière. C'est ainsi qu'on trouvera traitées aussi bien des questions de théorie littéraire (notamment dans sa relation à l'oralité) que des questions de linguistique (problèmes d'écriture, dialectologie, langues en contact), d'ethnologie ou d'ethnolinguistique. La diversité des cultures et des domaines abordés permettra sans doute au lecteur aventureux, chercheur ou non, de butiner à son gré dans le champ varié de ces paroles en liberté et de rapporter dans sa ruche de quoi faire son miel.

BEAUVILLAIN Alain, 1977, Les Peuls du Dallol Bosso, INSRH, 274p.

Cette thèse de 3e cycle présente l'état des relations agriculteurs - éleveurs dans une vallée fossile de l'ouest du Niger et analyse les activités des populations en présentant notamment une description très précise de la sécheresse de 1973-1974. De nombreuses photographies, cartes, graphiques et tableaux complètent le texte pour en faire un bel ouvrage de géographie régionale.
BECKWITH Carol, VAN OFFELEN Marion, 1983, Nomades du Niger, Chêne

Cet ouvrage, consacré à ces Nomades du Niger, se déroule sous une forme narrative. Il raconte la vie quotidienne du berger Mokao, de sa femme Mowa et de leur famille. Le texte captivant de Marion van Offelen et les somptueuses photographies en couleur - plus de 140, prises par Carol Beckwith au cours de dix-huit mois parmi les Wodaabe - présentent Mokao et les siens pendant une année de migration. Nous passons une journée avec eux, dans leur campement pendant la saison sèche ; nous les accompagnons au puits Eggo et au marché d'Intawella ; nous les suivons lors de la longue migration vers le nord pendant la saison des pluies ; et, en dernier lieu, nous assistons à leurs fêtes traditionnelles, point culminant de l'année des milliers de nomades se rassemblent pour un étonnant spectacle de danses qui se termine par la sélection des hommes les plus beaux et les plus séduisants.
BERNARDET Philippe 1984, Association Agriculture Élevage en Afrique. les Peuls semi-transhumants de Côte d'Ivoire.. L'Harmatan,235p.

BERNUS Edmond, POUILLON Francois. 1990, Sociétés pastorales et développement. Sociétés pastorales et développement, Cahier des Sciences Humaines / IRD, Volume 26, n°1-2, 287p.

Contenu: Francois Pouillon : Présentation. Sociétés pastorales et développement : une histoire des politiques et critique des doctrines. I- Les Interventions Techniques : Brigitte Thébaud. Politiques d'hydraulique pastorale et gestion de l'espace au Sahel. Etienne Landais : Sur les doctrines des vétérinaires coloniaux français en Afrique noire. ; Jean Boutrais : Derrière les clôtures. Essai d'histoire comparée de ranchs africains. ; Riccardo Bocco : La sédentarisation des pasteurs nomades : les experts internationaux face à la question bédouine dans le Moyen-Orient arabe (1950-1970). II- Les Aléas de l'Application : André Marty : Les organisations coopératives en milieu pastoral : héritage et enjeux. ; Claude Arditi : Les Peul, les Senufo et les vétérinaires : pathologie d'une opération de développement dans le nord de la Côte d'Ivoire. ; Yves Guillermou : Le développement pastoral en Algérie : dirigisme ou laissez-faire ? ; François Pouillon : Sur la "stagnation" technique chez les pasteurs nomades : les Peul du Nord-Sénégal entre l'économie politique et l'histoire contemporaine. III- La Théorie en Question : Gianni Albergoni : Les Bédouins et les échanges : la piste introuvable. ; Etienne Landais & Philippe Lhoste : L'association agriculture-élevage en Afrique intertropicale : un mythe techniciste confronté aux réalités du terrain. ; Ugo Fabietti : Between two myths : underproductivity and development of the Bedouin domestic group. ; Angelo Bonfiglioli : Pastoralisme, agro-pastoralisme et retour : itinéraires sahéliens. ; Edmond Bernus : en guise de conclusion : les pasteurs nomades africains, du mythe éternel aux réalités présentes.

BIERSCHENK Thomas, LE MEUR Pierre-Yves, 1997, Trajectoires peules au Bénin, Karthala, 192p.

Les Peuls du Bénin sont non seulement marginalisés sur le plan sociopolitique, mais aussi oubliés de la recherche des sciences sociales, particulièrement en France. Ce livre cherche à montrer l'hétérogénéité de ce groupe, la complexité de son économie politique et symbolique, et en même temps à faire ressortir comment l'histoire des Peuls du Bénin les a modelés, en particulier dans leurs relations aux groupes socio-ethniques voisins et à l'état.

 

BOCQUENÉ, Henri, NDOUDI Oumarou, 1986, Moi, un Mbororo : autobiographie de Oumarou Ndoudi, Peul nomade du Cameroun, Kathala, 387 p.

Ce livre est l’histoire d’une vie, d’une société, d’une culture ; c’est aussi le témoin d’un destin qui, par le miracle d’une rencontre, a pu se reconnaître en lui – même. Henri Bocquéné, cet « intrus », devenu, pour Ndoudi un « alter ego », s’en est fait l’interprète, dans une traduction qui, en elle – même, reflète cette complicité amicale – vieille de plus de quinze ans – entre ces deux hommes si éloignés l’un de l’autre par leurs origines et leurs fins, mais devenus si proches dans leurs passions de comprendre et de connaître.

BOILEY, Pierre, MARTINOLI, Emmanuel, YARA, Ali Omar, 2009, Mythes, conflits et décolonisation au Sahel, L'Harmatan, 206p.

Des lacunes persistent dans la recherche en sciences humaines et sociales concernant les sociétés sahéliennes. L'ensemble de contributions inédites présenté ici devrait contribuer à mieux les connaître. Les pratiques traditionnelles survivent avec peine dans la culture touarègue. Les pratiques divinatoires, à l'exemple des idjachan, les mythes et les croyances, ce sont les aspects que détaillent un lettré de Kidal, Ibrahim Ag Mohamed, qui veut les préserver de l'oubli. Diverses conséquences de la colonisation font l'objet des autres contributions, qui concernent le Mali, le Niger, le Tchad, la Mauritanie et le Sahara Occidental. Une analyse des conflits internes, présents au moment de la colonisation et qui resurgissent après l'indépendance, font dire à Pierre Boilley que ce sont de possibles ferments d'un sentiment national. En Mauritanie, les mutations économiques et sociales déterminées par la période coloniale n'ont pas généré de véritable société nouvelle. Mohamed Saïd Ould Ahmedou dégage, en passant en revue les principaux indicateurs sociaux, les mutations et met en relief le changement, tout en soulignant la résistance de " l'ancien ". Les effets d'une décolonisation ratée sont présentés par Keltoum Irbah, qui fournit plusieurs approches historiques et sociologiques sur le conflit au Sahara Occidental. Ce septième cahier se termine par des comptes rendus d'ouvrages qui tous traitent des séquelles de la colonisation.

BOTTE, Roger, BOUTRAIS, Jean, SCHMITZ, Jean, 1999, Figures peules, Karthala, 539 p.

Cet ambitieux recueil propose des articles dans lesquels chacun peut trouver une mine d'informations et des analyses pertinentes. Mais cet ouvrage est assez inégal et présente quelques contradictions. Contradictions parfois entre les intentions affichées d'un auteur et leur expression. Décalage, encore, entre l'approche spécifique de chacun des chercheurs. Et enfin, contradictions dans le contenu même de ce que l'on trouve lors d'une lecture générale de l'ouvrage. Et ceci avec les avantages et les inconvénients que cela implique : le lecteur peut se perdre et ne plus savoir que penser, mais il prend également conscience à quel point les contradictions font partie de l'humain, des sociétés. Tel est, entre autres, l'un des mérites de cet ouvrage s'il est approché dans sa globalité : ne pas chercher pour les besoins de la cause à « linéariser », à unifier les résultats, à les modaliser au point de gommer ces contradictions qui sont pourtant bel et bien observables, tant entre les chercheurs qu'au sein des sociétés, en l'occurrence peules, avec lesquelles ils travaillent.

BOTTE, Roger et SCHMITZ, Jean, eds, 1994, l’archipel peul, numéro spécial des Cahiers d’Études Africaines, n°133-135, 34 (1-3), 513 p.

Cet ensemble de contributions a été rassemblée dans le cadre des activités du Groupe d'anthropologie comparative des sociétes peules (GREFUL) constitué en 1989 afin d'entreprendre une analyse des différents composantes du monde peul.

BOUBACAR, Hama Beïdi, 1993, Les Peuls du Dallol Bosso, coutumes et modes de vie, Sépia, 188p.

Établis à travers toute l'Afrique de l'Ouest, les Peuls mènent aujourd'hui encore pour la plupart la vie pastorale, errante et libre de leurs ancêtres. Qu'il traite des relations de parenté, qu'il explique l'organisation du travail ou analyse le système de pouvoir traditionnel, Boubacar Hama Beïdi, Peul lui-même, donne l'exemple, très rare, d'une ethnographie directe, sans filtre théorique, car effectuée de l'intérieur.

BOUBACAR, Hama Beïdi, 2014, Les traces de ma mémoire - Souvenirs d'un instituteur nigérien. L'Harmatan, 270p

Les Traces de ma mémoire font revivre, en quarante neuf chapitres, les souvenirs de Boubacar Hama Beïdi. Né vers 1951 à Birni N'Gaouré, à une centaine de kilomètres au sud est de Niamey (Niger), l'auteur nous fait découvrir sa vie d'enfant et d'adolescent jusqu'à à sa sortie du Lycée avec son BEPC, en 1967. Son vécu, c'est à la fois celui de la culture peule, sa communauté, sous ses divers aspects (économiques, sociaux, religieux), et celui de l'histoire du Niger, qui nous conduit de la fin de la période coloniale au début, difficile et violent, de l'indépendance, quand s'affrontent les partis de l'éléphant (RDA) et du dromadaire (SAWABA). Dans cette trame, nous suivons le petit Boubé qui passe de l'école primaire dans son village jusqu'au lycée à Niamey.
BOUBOU Hama,1968, Contribution a la connaissance de l'histoire des peul publication de la republique du Niger. Présence Africaine.

BOURGEOT,André,(sous la direction de), 1999, Horizons nomades en Afrique sahélienne. Sociétés, développement et démocratie, Karthala, 488 p.

Les vingt-quatre auteurs de ces Actes reflètent ce métissage scientifique qui associe étroitement chercheurs du Sud et du Nord. Cette approche révèle une intention clairement comparative puisque, sauf exception, chaque pays, de l'océan Atlantique à la mer Rouge, a fait l'objet d'une communication. Les thèmes présentés soulignent l'émergence d'une problématique des sociétés pastorales à la croisée de l'anthropologie des sociétés segmentaires ou hiérarchisées, de la géographie des parcours nomades et du droit concernant le foncier pastoral, au carrefour de l'agrostologie et de l'écologie des aires protégées. Quatre thèmes principaux, inscrits dans l'actualité sans pour autant s'y réduire, ont ordonné le déroulement des travaux et la publication des Actes. Ils permettent de prendre la mesure des évolutions qui ont affecté la question du pastoralisme depuis une trentaine d'années.

CIAVOLLELA Ricardo, 2010, Peuls et l'Etat en Mauritanie. Une anthropologie des marges. Karthala, 432p.
Cet ouvrage se propose d'étudier le croisement de la trajectoire de l'Etat mauritanien avec celle d'un groupe peul (les Fulaa'be). Resté historiquement en marge des centralisations politiques grâce au nomadisme et au pastoralisme, ce groupe a été intégré à l'Etat en subissant ses évolutions tourmentées. Reposant sur une analyse ethnographique, le livre retrace les différentes formes de marginalité endurées par les Fulaa'be, de l'époque coloniale jusqu'aux récentes tentatives de " démocratisation ", en passant par les exactions de 1989. Face à ces processus d'exclusion, ils ont su transformer les " marges " dans lesquelles ils ont été relégués en interstices de pouvoir et de liberté, où se mettent en place leurs tactiques et stratégies pour la reconnaissance, la participation politique et l'accès aux ressources. S'appuyant sur les expériences et les narrations des Mauritaniens rencontrés pendant une recherche de terrain entre Nouakchott et la " brousse ", cet ouvrage revient sur les questions cruciales de gouvernance, d'autochtonie, de démocratie locale et de décentralisation. Plus généralement, il apporte une contribution au débat sur la citoyenneté en Mauritanie, tout particulièrement avec le cas, aussi méconnu que révélateur, des réfugiés et des rapatriés mauritaniens du Mali. A travers une démarche qui part des " marges " pour mieux comprendre le " centre ", cette recherche s'inscrit dans les approches récentes de l'anthropologie de l'Etat en Afrique et participe au débat postcolonial sur les concepts d'hégémonie et de subalternité.

DIALLO Bios, 2004, De la naissance au mariage chez les Peuls de Mauritanie, Karthala, 128p.

"Dès les premières pages du livre de Bios Diallo, j'ai compris qu'il ne fallait pas encombrer le plaisir que j'y éprouvais en tentant de déterminer à quel genre ressortissait cette œuvre. Qu'importe qu'il s'agisse d'un essai, d'une monographie à vocation anthropologique ou d'une évocation poétique et picaresque du monde peul, de sa culture, de sa langue ! Ces formes ne sont pas signifiantes dans l'univers culturel que décrit l'auteur. Ce qui importe, pour moi qui suis peul, c'est d'une part la richesse de la culture ainsi rappelée à mon souvenir, sa puissance, sa cohérence, et aussi, hélas, sa dramatique disparition en cours, là sous mes yeux, dans l'intervalle des trois générations qui séparent mes parents de mes enfants." Cheikh HAMIDOU KANE

DIALLO, Youssouf et SCHLEE, Günther, 2000, L’ethnicité peule dans des contextes nouveaux, Karthala, 255 p.

L’ethnicité ne se trouve pas dans un centre, comme l’anthropologie l’a longtemps cru et comme certains adeptes d’un discours peul identitaire le proclament encore en Afrique. En fait, c’est aux frontières entre groupes ethniques que les ethnicités se définissent et qu’elles développent les traits qui leur servent d’emblèmes et de symboles différenciateurs. L’ethnicité, comme toute identité sociale, change selon les contextes. De ce point de vue, l’archipel peul, qui traverse l’Afrique d’Ouest en Est, offre un terrain d’étude exceptionnel. Chaque groupe peul, en effet, du fait de sa migration, est ou a été dans un contexte nouveau, et il n’y a pas deux groupes peuls qui soient dans le même contexte. Parcourant l’aire d’expansion peule à partir du Mali jusqu’au Soudan, en passant par la Côte d’Ivoire, le Bénin et le Cameroun, huit spécialistes abordent le concept d’ethnicité dans des contextes changeants qui en sont le lieu privilégié de manifestation.


DE BRUŸN, Mirjam et VAN DIJKD, Han, 1997, Peuls et mandingues : dialectique des constructions identitaires, Karthala, 286p

 

DUPIRE, Marguerite, 1962, Peuls nomades : étude descriptive des wodabe du sahel nigérien, Institut d'ethnologie, 336p.

La bible concernant l'organisation et le mode de vie des Wodaabé. Réédition d'un introuvable édité en 1962. L'ouvrage de référence sur les célèbres Bororos.
"Sommaire
Introduction: Le Bodaado, son zébu, ses voisins
Première partie: Technique et économie pastorale
Deuxième partie: La famille et les rapports de parenté
Troisième partie: La vie du lignage, le rassemblement annuel de la fraction
Quatrième partie: La structure du lignage. Les rapports entre lignages, la cérémonie Gereol."

DUPIRE , Marguerite, 1970, Organisation sociale des Peul. Étude d'ethnographie comparée, Plon, 624p.
DUTERTRE Guillaume, FAYE Bernard, 2001, L'élevage, richesse des pauvres: Stratégies d'éleveurs et organisations . QUAE. 283p.


S'appuyant sur une approche pluridisciplinaire du concept de pauvreté, l'ouvrage réfute les analyses du " niveau de pauvreté " en termes exclusivement monétaires. Mobilisant des outils et théories issus de la zootechnie, de l'économie, de la géographie et de la sociologie, il présente un large éventail d'observations de terrain réalisées en Afrique, au Maghreb, en Amérique du Sud et en Inde. Ces regards croisés permettent in fine de définir la pauvreté en élevage comme l'incapacité des éleveurs à réaliser leurs projets. Ils redonnent un sens au concept de pauvreté en l'habillant, en quelque sorte, de ses contenus techniques, stratégiques et sociaux.

HAMPÂTÉ BÂ, Hamadou, 2000, Amkoullel, l'enfant Peul, J'ai Lu.

En 1991, Théodore Monod écrivait à propos d'Amadou Hampâté Bâ : Puissent ceux qui le découvriront... se sentir moralement enrichis et fortifiés par la découverte de celui qui fut à la fois un sage, un savant et un spirituel... Hampâté Bâ venait de mourir. Et à travers lui, le formidable témoignage d'un penseur et conteur du Mali qui avait su reprendre à son compte les traditions d'oralité de son pays. Dès l'enfance, nous étions entraînés à observer, à regarder, à écouter, si bien que tout événement s'inscrivait dans notre mémoire comme dans une cire vierge. Pour raconter l'enfance en son pays, l'auteur choisit d'évoquer la savane ouest-africaine, la brousse dévorée par le soleil, battue par les tornades, griffée par le fleuve Niger qui traverse le pays. Au centre de son récit : le royaume de Bandiagara au début du siècle, régi par un islam sévère qui encadre la vie des jeunes enfants. L'auteur y grandit dans le respect de deux principes fondamentaux : l'honneur et le respect maternel. Un enfant peut désobéir à son père mais jamais à sa mère. Il faut souligner le talent narratif de l'auteur qui explose littéralement à travers ce récit de son enfance et de son adolescence malienne. Amadou Hampâté Bâ, qui demeure avant tout un magnifique conteur, y décrit avec force humour (mais aussi horreur) les événements drôles ou terribles qui ont façonné son pays... et sa personnalité. --Stellio Paris

HERBRETEAU Dany, 2015, Touaregs et Peuls : Les nomades du Sahel. G. Naef.283p.

Des visages, des traditions, des fêtes, des marchés, des lieux de vie, souvent confidentiels et fermés aux regards étrangers…cet ouvrage pourrait revêtir l'habit de passeur pour établir un couloir entre l'Ici et l'Ailleurs en restituant les instants éblouissants d'une expérience unique de vie auprès des Touaregs et des Peuls, nomades du Sahel, dont la voie de l'errance a marqué toute leur histoire et dont le futur reste tracé en pointillé…

KERVELLA -MANSARE, Yassine , 2014, Pulaaku, Le code d'honneur des Peuls. L'Hamatan, 237p.

Eleveurs de vaches par tradition, les Peuls forment un ensemble de populations dispersées sur une vingtaine de pays subsahariens, du littoral atlantique au Soudan. Tous possèdent la même caractéristique de promouvoir un code d'honneur, appelé souvent Pulaaku, qui vise à les distinguer des autres humains de leur environnement, et dont on peut dire, pour cette raison, qu'il fonde leur personnalité ethnique. Cependant, du fait de leur dispersion accomplie au fil des siècles, ces différentes populations connaissent de nombreuses divergences socioculturelles, ne serait-ce que parce que certaines sont sédentaires tandis que d'autres pratiquent le nomadisme. L'objet du présent ouvrage est de préciser quels sont les éléments communs à ce Pulaaku malgré les divergences les plus notables.

KOSSOUMNA LIBA'A Natali, 2013, Les éleveurs Mbororo du Nord Cameroun, L'Harmatan, 274p.

A l'insécurité foncière et fiscale affectant la préservation des espaces de pâturage et des pistes à bétail et favorisant une agriculture minière ou extensive, s'est ajoutée l'insécurité physique, avec des prises d'otages et les fortes rançons demandées aux Mbororo. Ces derniers tentent tant bien que mal de s'adapter et/ou d'atténuer de telles contraintes. Tout en sédentarisant habitat et activités, ils maintiennent la pratique de la transhumance, mais en la modifiant.

KUBA, Richard, LENTZ, Carola, SOMDA, Claude , 2005, Histoire du peuplement et des relations interethniques au Burkina Faso, Karthala, 290p.

L'histoire est un élément majeur de l'identité nationale comme aussi des identités ethniques. Au Burkina Faso, pays enclavé au milieu du Sahel, le passé comme l'actualité sont marqués par la grande mobilité des individus et des groupes. Cette mobilité est à la base d'une dynamique particulière des identités et des frontières ethniques. Les contributions des auteurs de cet ouvrage, historiens et anthropoloques venus d'horizons divers, s'organisent autour de trois thèmes : Terroirs et territoires contestés, Relations interethniques et Histoire et constructions des identités.

LABATUT, Roger, 1973, Le parler d'un groupe de Peuls nomades , Nord-Cameroun. Selaf, 318p.

LABATUT, Roger,1975, Chants de vie et de beauté receueillis chez les Peuls nomades du Nord-Cameroun, Publication Orientaliste de France

LAM Aboubacri-Moussa, 2001 De l'origine égyptienne des peuls. Présence africane, 463p.
Explorateurs, coloniaux et africanistes de tous bords ont fait couler beaucoup d'encre sur le Peul. Le curieux objet fut longuement promené entre l'Annam et le Canada par les plus excentriques, la vallée du Nil et le Sahara par les plus sérieux. Juif, Bohémien, Lascar... le Peul a été tout cela au gré de la fantaisie ou de l'imagination des auteurs. Ses origines géographiques et ethniques ont ainsi passionné depuis les spécialistes les plus crédibles jusqu'aux simples amateurs d'exotisme. Pourtant la relation de filiation, établie entre l'énigmatique Fut/Ful et Cham par différents textes judéo-chrétiens, était déjà une indication sur l'origine égyptienne des Peuls. Utilisant essentiellement les données de l'égyptologie et de l'ethnographie, ce travail confirme, sur la base de faits concordants et précis, la véracité de la thèse de l'origine nilotique (plus précisément égyptienne) des Peuls. II éclaire aussi d'un jour nouveau le problème de l'appartenance du pulaar et celui des relations tant controversées entre Fulbe et Haal-pulaar-en. Cette passionnante synthèse qui tient le lecteur en haleine de la première à la dernière ligne, vient à son heure : il faut rappeler en effet que la dernière grande œuvre du genre sur la question peule, celle de Louis Tauxier, remonte à 1937.

LAYA, Diouldé, 1984, La voie Peule. Solidarité pastorale et bienséances sahéliennes, Ed Nubia, 271p.

Une découverte de la culture des bergers et vachers peuls sahéliens et des modes de sa transmission par une série d'entretiens et le recueil de textes oraux en fulfuldé. C'est un véritable Code Pastoral qui est ainsi constitué, apportant un éclairage de l'intérieur sur les fondements de la pulaaku. Ces informations ont été recueillies au Niger à partir de 1967 principalement dans la région du fleuve Niger, en pays haoussa et dans le Djermaganda.


LEBLON Anaïs, 2016, Dynamiques patrimoniales et enjeux pastoraux en milieu peul. Les fêtes de transhumance yaaral et degal au Mali. L'Harmatan,366p.

Alors que les politiques du patrimoine culturel tendent à mettre en place des normes globalisées, cet ouvrage analyse les effets et les enjeux locaux de l'insertion du Mali dans ce nouvel ordre patrimonial. À partir d'un terrain réalisé de 2006 à 2010 portant sur la valorisation d'institutions pastorales peules du Delta intérieur du fleuve Niger, l'auteure rend compte de l'articulation, souvent conflictuelle, entre l'application du programme de sauvegarde du patrimoine immatériel conçu selon les normes de l'UNESCO et les enjeux contemporains du pastoralisme transhumant peul.

LOFTDOTTIR Kristin, 2012, Douce brousse. Les peuls woodaabé du Niger, Douce brousse, L'Harmatan, 228p.

Voici un regard très personnel sur la vie des WoDaaBé, nomades du Niger qui tentent de vivre entre la brousse et la ville. Les observations scientifiques sont entrecoupées par les réflexions plus personnelles et les analyses issues de l'expérience de l'auteur, jeune femme blanche immergée dans la vie quotidienne des WoDaaBé.

LONCKE, Sandrine, DUROU, Jean Marc. 2000 Les peuls nomades du desert. Vilo, 167 p.

Dans leur vie quotidienne comme au cours de leurs somptueuses cérémonies annuelles, les Peuls Bororos du Sahel nigérien perpétuent et célèbrent jusqu'à ce jour un idéal de vie foncièrement ascétique, qui valorise avant tout l'adaptation plutôt que l'emprise sur le milieu, aussi extrême soit-il. Cet idéal presqu'aussi vieux que l'humanité n'est autre que l'élevage nomade. Il est né de l'alliance entre l'Homme et l'animal, qui accepta de se laisser domestiquer. Partout l'on clame aujourd'hui qu'un tel mode de vie est voué à disparaître de la surface de la terre. Au sein du peuple peul, les Bororos en sont les derniers représentants. Par delà les vicissitudes de l'Histoire, ils n'ont jamais cessé de marcher sur la trace de leurs troupeaux.

LONCKE, Sandrine, 2015,Geerewol - Musique, danse et lien social chez les Peuls nomades wodaabe du Niger. Société d'ethnologie, 415p.

Au coeur du Sahel nigérien, loin de toute voie d'accès, des milliers de Peuls nomades wodaabee se réunissent chaque année pour un vaste rassemblement cérémoniel, dont le rituel central e appelé geerewol. Sept jours et sept nuits durant, suivant le cycle du soleil et sous l'étroit contrôle des anciens, deux fractions de lignages différents se livrent une guerre dont les seules armes sont le chant et la danse. L'enjeu de cette guerre, son but officiel : le vol des femmes. Son ultime finalité : se séparer dans la paix. Privilégiant une écriture qui restitue à la fois les dialogues et le cheminement de l'enquête à la manière d'une intrigue policière, ce livre est le récit vivant de la façon dont s'élabore une recherche de terrain en ethnomusicologie. Centrée sur le chant et la danse, l'enquête nous conduit peu à peu au coeur des représentations culturelles et des conceptions esthétiques de cette société ouest-africaine d'éleveurs nomades. Chemin faisant, on y découvre un système d'initiation et de représentation du monde qui fut sans doute caractéristique de l'ensemble du monde peul avant son islamisation. Au-delà d'une simple monographie sur les cérémonies inter-lignagères des Peuls Wodaabe, cette étude soulève également des interrogations anthropologiques fondamentales : quelles dynamiques gouvernent au sein des sociétés humaines l'émergence d'identités et de différences stylistiques ? Comment la musique et la danse sont-elles l'expression esthétique de différentes manières d'être ensemble ? Pourquoi le rituel et la performance artistique collective sont-ils des espaces privilégiés pour faire société ? Le livre est accompagné d'un DvD-ROM comprenant un important corpus de documents sonores et audiovisuels, ainsi que le film documentaire plusieurs fois primé La danse des Wodaabe.

 

LONCKE, Sandrine 2001, Les chemins de la voix peule, l'esthétique musicale des pasteurs semi-nomades du Jelgooji (Nord-Burkina Faso), Libreria Musicale Italiana & Société Française d'Ethnomusicologie, 115p.

 

 

MALIKI BONFIGLIOLI, Angelo, 1984, Bonheur et souffrance chez les Peuls nomades. EDICEF, 70p

MALIKI BONFIGLIOLI, Angelo 1988, DUDAL. Histoire de famille et histoire de troupeau chez un groupe de Wodaabe du Niger.MSH, 293p.

Le terme wodaabe dudal désigne "l'ensemble du groupe social humain et du groupe social animal qui lui est rattaché. C'est l'unité de base de la vie sociopastorale".L'intérêt de cet ouvarage est d'apporter une vision de l'intérieur de l'histoire de ces pasteurs nomades fortement attachés aux traditions pastorales

 

MALIKI, Angelo, FRANÇOIS, Roselyne, GOMEZ, Manuel,1988, Nomades peuls, Paris :  l’Harmatan, 70 p.

Les WoDaaBe, les «Gens aux interdits» font partie de ce grand groupe ethnolinguistique que l'on appelle peul ou fulbe. Exclusivement nomades, ils se déplacent actuellement dans les plaines du Niger. Ils sont plus communément appelés bororos, terme qui signifie en fait l'espèce de zébus bororodji qu'ils élèvent. Transhumant sans cesse dans la steppe aride, ils vivent en symbiose avec leurs troupeaux et ont gardé leurs coutumes ancestrales. Étant une minorité, ils représentent cependant un poids économique non négli­geable. Les récentes grandes sécheresses ont durement affecté leur mode de vie. Sauront-ils trouver les stratégies nouvelles et indispensables qui leur permettront de continuer à être pasteurs nomades?

MARTY, André. EBERSCHWEILER, Antoine et DANGBET, Zakinet, 2006, Au coeur de la transhumance. Un campement chamelier au Tchad central.Karthala, 280p.

Comment peut-on être transhumant en ce début de XXIe siècle ? Comment peut-on l'être dans un pays comme le Tchad, réputé depuis de longues décennies pour son insécurité ? Autant d'interrogations et de défis que le présent ouvrage s'efforce d'éclairer. Et cela de manière originale, en les vivant de l'intérieur. En effet, deux étudiants, l'un tchadien, l'autre expatrié, tous deux arabisants, ont vécu six mois durant dans un campement de chameliers et ont pu observer, au quotidien, les activités de ces familles tout au long de leur transhumance du nord au sud, depuis la fin des pluies jusqu'à la saison froide.

MATHIEU, Jean Marie, 1998, Bergers du soleil: L'or peul, Désiris, 235p.

L'auteur qui vécut près de six années au Burkina Faso, se propose, dans cet essai, de mettre en valeur ce qui fit la richesse de la vie pastorale inspirée par les traditions peules traditions très proches, en bien des aspects, de la Révélation biblique. L'abord de la religion musulmane pratiquée par les bergers permet en passant de révéler certains éléments kabbalistes occultes de l'islam.

MONÉNEMBO, Tierno, 2004 , Peuls, Seuil,379p.

C'est l'épopée des Peuls que Tierno Monémembo raconte et chante à la façon des griots. L'exil de ces adorateurs de la vache, pasteurs et guerriers, leurs errances à travers l'Afrique de siècle en siècle, les combats qui les opposent aux peuples dont ils pénètrent les territoires, les luttes de pouvoir entre clans, les conflits religieux, mais aussi les amours, les filiations, mille histoires violentes et tendres s'entremêlent pour faire de ce roman une sorte de Mahabarata peul

NDONGO, Siré Mamadou, 1986, Le Fantang, poèmes mythiques des bergers peuls, Karthala, 204p.

Un ouvrage qui manquait aux études sur la littérature pulaar vient de paraître. Son auteur, Siré Mamadou Ndongo comble ainsi une lacune et d’une manière remarquable. Genre très populaire de la littérature peule, le Fantang doit surtout son renom à son origine mythique. On raconte qu’un jour un guitariste entendit fredonner un air musical, qu’il décida d’essayer de reproduire à l’aide de son instrument de musique et le Fantang naquit de son succès. En guide averti, Siré Ndongo restitue au lecteur l’atmosphère de ce genre, tout en essayant de mettre en valeur son environnement socio-culturel.

OUMAROU, Amadou 2012 Dynamique du pulaaku, dans les sociétés peul du Dollal Bosso ( Niger), L'Harmatan, 290p.

Cet ouvrage s'attache d'abord à identifier les conditions de variation des principaux cadres au sein desquels s'exprime le Pulaaku dans les sociétés peules du Dallol Bosso (Niger) et voir en quoi les pratiques socio-économiques ou religieuses contribuent à la réinvention et/ou au maintien du système de culture peule. Il analyse ensuite le "processus de réinvention" de ce système culturel à travers les stratégies d'adaptation et d'intégration des éléments de changement dans son fonctionnement quotidien.

PONDOPOULO, Anna, 2009, Les Français et les Peuls histoire d'une relation privilégiée, Les Indes savantes, 314 p.

L'analyse historique du peuple Peul depuis le XVIIe siècle permet de comprendre les problèmes contemporains majeurs en étudiant le cheminement des stéréotypes européens sur l'Afrique. Tantôt rebelles aux Européens, tantôt leurs partenaires, les populations peules, nomades et sédentaires de l'Afrique suscitent, depuis des siècles, la plus grande curiosité des observateurs occidentaux. Le livre explore l'aventure humaine et celle des idées liant les Français aux Peuls. En décortiquant l'origine des stéréotypes et leur fonctionnement, nous comprenons mieux les sources de nos savoirs sur une certaine Afrique où se reflète l'image de nous-mêmes

PUGET, Françoise, 2000,Femmes peules du Burkina Faso - Stratégies féminines et développement rural, L'Harmatan320p.

Ce livre est une contribution à la compréhension des phénomènes sociaux qui se tissent dans le contact entre les cultures locales et les interventions de développement. Il se veut à la fois une analyse des stratégies de femmes rurales peules du Seno, une zone sahélienne du Burkina Faso, et observation fine de la rencontre entre ces villageoises et les opérateurs de développement.

RAZINGRIM, Jean Arthur Emmanuel Ouédraogo. 2013 Pastoralisme, changement climatique et adaptation au burkina faso. Univ Européenne 196p.

En Afrique en général et au Burkina Faso en particulier, le secteur rural s'avère être celui à plus grande vulnérabilité face au changement climatique car dépendant des ressources d'un environnement de plus en plus fragilisé. Ceci est particulièrement vrai pour les communautés pastorales dont les moyens d'existence dépendent fortement des ressources en eau et d'un équilibre écologique entre les pâturages et le cheptel. La présente étude pose la problématique de l'adaptation du pastoralisme au changement climatique. D'abord, elle détermine et caractérise les impacts du changement climatique sur le pastoralisme. Ensuite, elle présente et évalue l'efficacité des stratégies d'adaptation des communautés pastorales au changement climatique. Enfin, elle fait des propositions pour soutenir le pastoralisme au Burkina Faso et renforcer les capacités d'adaptation des communautés pastorales au changement climatique.

SELLATO, Eric 2007 Enfants nomades. Kodda, 216p

Comme tous les enfants nomades du monde, ceux d'Afrique se préparent dès le plus jeune âge à prendre la relève de leurs parents. Il en est ainsi chez les Peuls Wodaabe, pasteurs nomades du Sahel, dont les zébus aux cornes en forme de lyre sont la raison de vivre. A la saison des pluies, les enfants apprennent à suivre les nuages, à plier le camp sans laisser derrière eux plus de traces que le vent dans la brousse. A la saison sèche, ils apprennent la valeur de l'eau, qu'il faut sans cesse puiser et ramener au camp, de l'herbe, qui se fait rare, et du lait, qui commence à manquer. Dans ce livre, nous suivons ces jeunes nomades dans toutes les étapes de leur vie, de leurs premiers pas jusqu'au jour où, entrant dans la danse, ils découvrent la séduction et quittent l'enfance.

SEYDOU Christiane, 2005, Contes peuls du Mali, Karthala, 482p.

Les contes figurant dans ce recueil ont été enregistrés au Mali entre les années 1970 et 1980, lors de soirées informelles et occasionnelles au cœur même des maisons amies qui m'hébergeaient dans les villes ou villages où je séjournais. C'est ce qui explique la diversité des styles de ces textes, narrés par des femmes et des hommes, des adolescents et des personnes d'âge mûr, des mères de famille et de jeunes tisserands, voire même un griot...
Écrits dans une traduction très fidèle au texte peul originel, soixante-sept de ces contes ont été ordonnés grosso modo par thèmes et regroupés en deux tomes suivant deux grands axes. Le premier, centré sur la femme, traite de l'ensemble des problèmes la concernant, de sa naissance et son enfance jusqu'à son mariage et sa maternité, compte tenu de l'ensemble du réseau relationnel, familial et allié, que ces différents stades de sa vie mettent en question ; l'autre, centré sur " l'aventure " - qui privilégie la part masculine de l'humanité -, met en scène les mondes humain, animal, surnaturel, pour illustrer un éventail de situations extraordinaires suscitées par des personnages originaux, au caractère singulier.
Pour clore cette excursion dans le monde de l'imaginaire, une version de Tiânâba, l'un des récits mythiques les plus connus sur l'origine du pastoralisme des Peuls, illustre tout à la fois l'ancrage et la projection des représentations symboliques dans le vécu et l'environnement réel.

SEYDOU, Christiane, 1997, « Bibliographie générale du monde peul », Études Nigériennes n°43, Niamey : IRSH, 179 p.

Cette bibliographie répertorie 2068 titres concernant le monde peul. L'éparpillement des Peuls sur toute l'Afrique de l'ouest jusqu'au Tchad et au Cameroun, n'ont pas facilité la tâche de l'auteur

 

SEYDOU, Christiane ,2014. Les guerres du Massina. Récits épiques peuls du Mali. Karthala 355p.

Mali Dans la Boucle du Niger, au Massina, « nombril du monde peul », fleurit une riche production littéraire épique perpétuée par la classe socioprofessionnelle des griots maabuuɓe. Le genre épique est en effet celui qui peut le mieux, à travers ses héros et la manière de les mettre en scène, illustrer et ranimer les points d’ancrage identitaires d’un peuple. On trouvera ici quelques épisodes décisifs de l’histoire du pays au cours du XIXe siècle : les uns se situent aux heures glorieuses de l’empire peul du Massina dans sa lutte contre le pouvoir bambara, les autres, à l’époque de l’assaut du conquérant toucouleur Al-Hadj Oumar. Bien qu’inscrits dans l’histoire, les personnages et leurs hauts faits sont toujours traités selon les objectifs classiques de tout projet épique, transfigurant la réalité en images emblématiques. Ce recueil de textes offre donc un éventail des degrés de « fidélité » à l’Histoire que la voix des griots réinterprète selon le contexte, mais toujours avec la même motivation : réveiller en l’auditoire, par la communion dans l’exaltation, le sentiment d’appartenance à une communauté ressoudée autour du pulaaku – manière d’être idéale et identitaire du Peul –, seul garant, bien plus que la réalité des faits vécus dans le passé, de l’unité d’un peuple que ses migrations originelles devaient confronter à la diversité d’autres cultures.

THÉBAUD, Brigitte, 2002, Foncier pastoral et gestion de l’espace au Sahel. Peuls du Niger oriental et du Yagha burkinabé, Karthala, 318 p.

Fondé sur l'analyse de deux régions où l'auteur a longuement séjourné (le département de Diffa, au Niger oriental, et la province du Yagha, dans le nord du Burkina Faso), ce livre jette un éclairage nouveau sur les sociégés pastorales du Sahel et malmène bon nombre de clichés les concernant. Il permet aussi de réfléchir sur les conditions d'insertion économique et sociale des pasteurs au moment où plusieurs pays sahéliens s'engagent sur la voie difficile menant à la démocratie et à la décentralisation, après plusieurs décennies de régimes militaires autoritaires et centralisé.

THÉBAUD Brigitte, 1999, Gestion de l’espace et crise pastorale au Sahel ; étude comparative du Niger orientale et du Yaga burkinabé, EHESS, 473 p.

Rassemblant les resultats de recherches menees de 1981 a 1992 en milieu peul, cette these traite la question des droits pastoraux et des conditions d'acces au ressources en eau et en paturages au sahel a travers l'etude comparative de deux regions, l'une, pastorale, située au Niger oriental (departement de diffa), l'autre, agropastorale, dans le nord du Burkina faso (region du yagha). En introduction (premiere partie), la these dresse le portrait de deux pasteurs peul. Le premier (jahfaru de diffa) relate le deroulement de la secheresse de 1984 dans l'est nigerien, tandis que le second (bakuru de sebba) met en avant les difficultes grandissantes d'insertion physique de l'elevage au yagha. La deuxieme partie de la thèse analyse les fondements du pastoralisme a diffa et a sebba, associe ou non a l'agriculture : bases naturelles de l'elevage, caracteres originaux du capital animal et de l'organisation sociale des groupes humains, principales strategies. Les troisieme et quatrieme parties portent sur l'etude regionale du niger oriental (diffa) et du yagha burkinabe (sebba), en abordant les conditions historiques d'insertion des peul dans ces deux regions et l'evolution recente de leursituation - surtout depuis la secheresse de 1984 - a travers des enquetes menees aupres de plusieurs centaines de familles. La mise en parallele de ces deux regions conduit l'auteur dans la cinquieme partie, a reflechir sur les difficultes que pose la gestion de ressources pastorales partagees entre plusieurs communautes ("common property resources"). L'auteur montre la facon ambigue dont les etats saheliens ont aborde le statut de ces ressources en prenant l'exemple du code rural, au niger, et celui de la reorganisation agraire et fonciere, au burkina faso. Pour finir, l'auteur reflechit sur les conditions requises pour une meilleure securite fonciere en milieu pastoral et agropastoral et souleve la delicate question du role de l'etat.

ZOTTELE Monique, 2010, Brousse, récit de voyages chez les nomades Peuls Woddabé au Niger, Stock

Ce récit de voyage vous plongera dans l'univers désertique du Sahel au Niger chez les nomades Peuls Wodaabé, derniers éleveurs de bovins de l'Afrique de l'ouest. Dans cette région si inhospitalière leur préoccupation première est de chercher de l'eau et des pâturages pour leurs troupeaux qui représentent leur identité de nomades et leur survie. L'auteure a eu le rare privilège d'assister à leur grande fête annuelle : le Guéréwol, hymne à la beauté où les hommes se maquillent, chantent et dansent pour charmer les femmes. Un spectacle envoûtant et magique.


Rapports



IWGIA, 2011, Les violation collectives des droits humains fondalentaux: Niger: Cas des Régions de Tillabéri et Dosso.
Les Peuls sont principalement des pasteurs nomades et semi-nomades fermement attachés à leur système de valeurs traditionnel et qui migrent à travers l’Afrique de l’ouest avec leurs troupeaux depuis plus de 6,000 ans. Au Niger, ils sont victimes de plusieurs préjugés et stéréotypes négatifs. Ils sont souvent associés au banditisme et leur mode de vie traditionnel est perçu comme archaïque, inadapté aux besoins d’une société moderne, et nuisible à l’environnement et au bon fonctionnement des communautés environnantes. À l’extrême, ce dénigrement du mode de vie pastoral et de l’ethnie peule peut conduire à des violations graves des droits de l’homme, et, comme en fait part ce rapport, résulter dans des violences entre les communautés et des tueries injustifiées. L’objectif principal de ce rapport est de documenter des cas représentatifs, mais non exhaustifs, de violations des droits humains fondamentaux découlant des conflits intercommunautaires au Niger. Etant donné la quasi inexistence de documentation à ce sujet au Niger, ce rapport met l’accent sur les témoignages des victimes et autres acteurs impliqués et donne donc une voix à des personnes qui ne sont normalement pas entendues.

Télécharger le rapport