Filmographie

Kawritem koe men, rassemblons nos têtes, Sandrine France, 2006, 52'.

Chaque année, depuis septembre 2004, les wodaabes du Niger, éleveurs peuls nomades, organisent une grande assemblée générale rassemblant les chefs traditionnels (chefs de tribus), les chefs administratifs (chefs de grou- pements), les présidents d'association et la population de leur ethnie. À travers la loupe de ces réunions et un plongeon dans le quotidien des wodaabes, le film aborde les difficultés de ce peuple telles qu'il les ressent aujourd'hui. Pris entre la nécessité d'évoluer vers une semi sédentarisation et celle d'affirmer une identité culturelle, c'est également un regard croisé entre leurs paroles et les questionnements de l'auteur.

La danse des Wodaabe. Sandrine Loncke, 2010, 90’

Au cœur du Sahel nigérien, loin de tout “goudron“, des milliers de Peuls nomades wodaabe se réunissent chaque année pour un vaste rassemblement cérémoniel : le daddo geerewol.  Sept jours et sept nuits durant, suivant le cycle du soleil, deux lignages adverses vont se livrer une véritable guerre rituelle, avec pour seules armes le chant et la danse. L’enjeu de cette guerre, son but avoué : le vol des femmes. Son ultime finalité : se séparer dans la paix. Pour les Wodaabe, l’abandon de ces cérémonies, seul lieu de rassemblement où se tisse le lien communautaire qui relie les nomades, signerait leur dissolution en tant qu’entité culturelle originale. Fruit de dix années de recherche, le film se met à l’écoute des acteurs du rituel pour tenter d’en décrypter la véritable signification, à une heure où la crise écologique qui touche de plein fouet le Sahel rend l’organisation de tels rassemblements de plus en plus problématique.

Les hommes du dernier soleil, Lambert, Paul, 1972, 62’.

Au pays des derniers grands nomades du Niger: Touareg et Peul Bororo, les chameaux se comparent à des oiseaux, les péiades sont "les filles de la nuit" et la croix d'Agades indique les quatre directions de l'univers. A l'appel du grand tambour du chef targui, tous les groupes dispersés pendant la saison sèche se retrouvent à ln Gall où les pluies sont tombées. C'est le début de la "cure salée". C'est le temps des fêtes et des mariages et singulièrement pour les Peul Bororo, le temps de la Guéréwole, la célèbre danse où seront désignés par les jeunes femmes, les plus beaux hommes des différents lignages

 

Niger, du fleuve aux savanes. Dans les pas de Kabo Ana, Jean-Pierre Valentin.

Les Wodaabe arpentent inlassablement les steppes nigériennes avec leurs troupeaux de zébus. Ils appartiennent au peuple peul installé dans toute l'Afrique de l'Ouest. Ces éleveurs que Jean-Pierre Valentin côtoie depuis de nombreuses années sont nomades, comme si chaque matin un nouvel horizon leur était nécessaire. Par-delà ce plaisir certain à transhumer, le berger a grand soin de son bétail, sa seule richesse, et doit parcourir de longues distances, selon les puits, les pâturages et les saisons. Kabo Ana est notre compagnon au fil de ce documentaire qui nous emmène, portés par la puissante tradition peule, des savanes arbustives aux rives du fleuve Niger et dans le parc du W..

Les Nomades du soleil, Henry Brandt,1954, 44'.

Tourné en 1953 chez les Peul Wodaabe du Niger, ce film est certainement le premier document qui présente la vie nomade de ces éleveurs de zébus, leurs déplacements saisonniers et leurs fameuses fêtes de retrouvailles en saison des pluies. Après les changements profonds que les Wodaabe ont subi au cours des sécheresses successives de ces vingt dernières années et la folklorisation progressive de leur culture, ce film reste un témoignage unique.

Nomades du Niger, Brandt, Henry, 1953, 42’.

 

 

Le temps de l'herbe verte, Edmond Agabra, 1975, 27'.

Chaque année les nomades Peuls Bororo remontent vers le nord à l'époque de la saison des pluies pour célébrer la Guéréwole, concours de beauté masculin qui a pour fonction de permettre la rencontre de jeunes gens de lignages différents et de réaffirmer la permanence du groupe Bororo en perpétuant le sens de la beauté qui se manifeste par les maquillages et les parures du corps des jeunes hommes.

les Wodaabe, nomades du Nigeria, Woodhead, Leslie, 1991, 50’.

Nous suivons les Wodaabe, peuple du Niger, l'une des dernières tribue nomade qui traverse le Sahel, l'une des régions les plus arides de la terre. Malgrés leur conditions de vie très rude, ils sont déterminés à préserver leur mode de vie.

Wodaabe, les bergers du soleil, Herzog, Werner, 1989, 52’.

Les Peuls Woodabe vivent en nomades à la lisière sud du Sahara, vouent un véritable culte à la beauté et à l'élégance. Werner Herzog évoque leurs traditions, filme particulièrement leur "Fête de la séduction", le Gerewole, concours de beauté, de danse et d'élégance masculine.