Brève Chronologie de la Papouasie - Nouvelle - Guinée
(moitié est de l'île de Nouvelle -Guinée)

 

 

1526 : Découverte par le Portugais Jorge de Meneses.

1828 : Les Hollandais occupent le nord-ouest de l’île.

1883 : Les Australiens du Queensland annexent la partie sud-orientale de l’île.

1884 (6 novembre) : Londres déclare son protectorat de la partie sud orientale pour contrer les convoitises allemandes.

1885: Le tracé de la frontière sur l’île de Nouvelle Guinée qui délimite les territoires appartenant aux Pays Bas est officialisé - de nos jours, il n’a pas bougé - et le reste de l’île est partagé entre l’Angleterre et l’Allemagne : le nord-oriental de la Nouvelle-Guinée aux Allemands ; le sud-oriental (Papouasie) aux Britanniques.



1988 (4 septembre) : Londres annexe officiellement la partie de l’île qui lui avait été attribuée. Elle dépendra du Commonwealth d'Australie à partir de 1902

  • 1905: la Nouvelle-Guinée britannique devient le Territoire de la Papouasie et de l'Australie.

    1914 : L’Australie occupe la partie allemande (Nouvelle-Guinée du Nord-Est et l'archipel Bismarck) et en obtient le mandat de la Société des Nations (SDN) en 1920.

    Début 1942 : Occupation japonaise.

    1946 : L’Australie se voit confirmer son administration du territoire dans le cadre d’un mandat des Nations Unies.

    1949 : La Nouvelle Guinée (ex allemande) et la Papouasie sont réunifiées.

    1954 : Un survol aérien permet aux Australiens de découvrir des vallées inexplorées dans les Hautes-Terres, région de l'intérieur de l'île de Nouvelle-Guinée, difficilement accessible. Elles sont peuplées de quelques dizaines de milliers d'autochtones.

    1961: Les autochtones de la colonie sont invités à participer pour la première fois à des élections ; ils choisissent une minorité des membres du Conseil législatif

    1964:
    - les autochtones de la colonie sont invités de nouveau à participer à des élections ; ils choisissent une majorité des membres du Conseil législatif
    - la colonie obtient une large autonomie

    1975 (1 septembre) : L’ile de Bougainville proclame son indépendance, mais cette tentative de sécession prendra fin en octobre 1975.

    1975 (16 septembre) : Proclamation de l’Indépendance, avec Michael Somare pour 1er premier ministre. Le nouvel Etat comprend la partie orientale de la Nouvelle Guinée, l’archipel Bismarck et les îles de la Nouvelle-Bretagne, de la Nouvelle-Irlande et de Bougainville.

     

    1988-2001 : Conflit indépendantiste dans l'ile de Bougainville

    1988 : Début des troubles dans l’île de Bougainville avec la création de l’armée révolutionnaire de Bougainville qui va lutter pour obtenir l’indépendance de l’île. Les raisons de cette sécession sont à chercher du côté de l’exploitation de la mine de cuivre de Panguna car, d’une part, les retombées économiques ne profitent pas aux habitants de Bougainville et, d’autre part, elle est à l’origine d’un désastre écologique dans la région.
    • 1990 (mars): retrait de l’armée de l’île de Bougainville qui proclame de nouveau son indépendance en mai 1990.
    1991(janvier) : signature d’un accord de paix entre les deux parties.
    1992 (octobre) : le retour des militaires gouvernementaux à Bougainville entraîne la reprise des combats. La capitale Arawa est prise en janvier 1993.
    1994 (octobre) : organisation d’une conférence de la paix qui permet d’arrêter les combats.
    1996 : reprise des combats après l’assassinat du chef du gouvernement de transition de Bougainville.
    1997 (26 mars) : la crise toujours en cours à Bougainville fait chuter le gouvernement de Sir Julius Chan à Port Moresby. Bill Skate devient le nouveau premier ministre.
    2001 : Fin du conflit meurtrier à Bougainville avec la signature d’un accord de paix à Arawa, capitale de l’île, entre les deux belligérants. L’île de Bougainville obtient le statut de « région autonome » au sein de la Papouasie Nouvelle Guinée et Joseph Kabui, ancien chef de l’Armée Révolutionnaire de Bougainville, devient le 1er président du gouvernement de la région autonome. A noter qu’un référendum est prévu d’être organisé sur l’indépendance de Bougainville dans les prochaines années (à ce jour, en 2015, il n’a toujours pas eu lieu).En 12 ans, le conflit aurait fait environ 10 à 20 000 victimes soit 10 % de la population de Bougainville …

     



1998 (17juillet) : deux séismes sur la côte septentrionale causent la mort de 2.123 personnes.

1999 (14 juillet) : à la suite des élections, Mekere Morauta devient 1er ministre, son parti s’étant imposé en raison de l'aggravation de la crise économique et de la multiplication des violences interethniques.

2002 : Elections législatives, qui marquent le retour au pouvoir de Michael Somare, ont en effet été chaotiques, entachées de graves problèmes logistiques mais aussi de violences entre partisans de candidats différents, faisant au moins vingt-cinq morts. Elles témoignent du sous-développement du pays en matière de services publics, dont les services de maintien de l'ordre, notamment dans les régions reculées et isolées des Hautes-Terres, boisées et montagneuses.

2007
-
Juillet: à l’issue d’élections générales, Sir Michael Somare devient premier ministre à l’âge de 73 ans.
- 6 novembre : des violences ethniques éclatent à Laé et font 9 morts.

2011 : le premier ministre Somare est démis de ses fonctions alors qu’il se trouve à Singapour depuis plusieurs mois pour des raisons de santé. Peter O Neil est désigné par les parlementaires pour le remplacer.

2014 : P. O’Neill, soupçonné de corruption, est sous le coup d'un mandat d'arrêt de la justice. Il refuse de se rendre à la police, dissout le principal organisme anti-corruption du pays, et continue de gouverner, avec l'appui d'une solide majorité au Parlement

2018 (18-19 novembre) : PNG est le pays hôte du Sommet de Coopération économique des pays Asie-Pacifique (APEC). Le sommet est entaché par le scandale d’achat de 40 Maserati pour les invités pour 10 millions €, alors que la PNG (8 millions d'habitants) figure, avec un PIB de 2600 dollars par personne, parmi les 25 % de pays les plus pauvres au monde. Un tiers des habitants vit sous le seuil de pauvreté et les failles en matière d'éducation et de santé sont nombreuses.

Retour