La
 notion
 d’autochtonie
 manipulée
 pour
 des
 raisons
 politiques

:
 Qui
 sont
 les
 autochtones
 de
Malaisie
?


La Malaisie est une fédération de 13 États, couvrant une superficie de 329 197 km2. Elle consiste en 2 régions géographiquement séparées par la mer de Chine du sud : la Péninsule Malaise 131 689 km2, 24 millions d’habitants composé de 11 États et le nord de l’ile de Bornéo composé de 2 États : le Sabah 73 620 km2, 2,5 millions d’habitants et le Sarawak 124 452 km2 et 2, 3 millions d’habitants.


La Malaisie a une population multiculturelle et multiraciale comprenant les Malais, Chinois, Indiens, Eurasiens et différents groupes ethniques incluant les communautés autochtones.

Pour l’ensemble de la Malaisie, les peuples autochtones représentent autour de 12 % de la population soit environ 3,5 millions de personnes.
En Péninsule malaisie, les Orang Asli sont les autochtones, leur nombre s ‘élève à 149 000 soit 0,6 % de la population de la péninsule. Les anthropologues distinguent plusieurs groupes eux - mêmes éclatés en sous–groupes : les Négritos ou Sémang, les Sémoï, les Protosmalais.
Au Sabah, 39 différents groupes autochtones sont dénommées Anak Négeri et représentent approximativement 60% des 2,4 millions habitants de l’État.
Au Sarawak, les peuples les peuples autochtones sont collectivement dénommées Orang Ulu ou Dayak, ils représentent 50 % de 2,3 millions d’habitants de l’État et on distingue les groupes principaux suivants : Bidayut, Kelabit, Berawan, Penan, Kenyah, Kayan et Iban (50% du total).

Dans la Constitution fédérale de Malaisie de 1957, les peuples autochtones du Sarawak et du Sabat sont dénommés « natives ». Avec les Malais il leur a été accordé une position spéciale (article 153 ) vis à vis des autres groupes – principalement les chinois – mais les Orang Asli n’ont pas été expressément inclus dans cette catégorisation.
En 1970, dans le cadre de la mise en oeuvre de la Nouvelle Politique Économique (NEP) - qui avait pour objectif de ré ‐ équilibrer le pouvoir économique entre les malais et les chinois au bénéfice des premiers, a été introduit le terme de bumiputera (prince du sol), terme générique attribué aux Malais de la Péninsule, aux « natives » du Sabah et du Sarawak et aux Orang Asli de la Péninsule. Cette catégorisation avait pour objectif d’accorder à ces groupes des droits et privilèges spéciaux dans différents domaines tels que emplois, opportunités économiques, protection des cultures et des traditions …etc.

Dans les faits, cependant, les non ‐ malais des bumiputera c’est à dire les communautés autochtones ont été laissé de cotés dans la distribution des largesses réalisées dans le cadre de la NEP.

Retour