Programme REDD et les peuples autochtones

( REDD: Reduction des émissions de gaz à effet de serre dues à la déforestation et à la dégradation des forêts )

 


 

Éditorial de Indigenous Affairs : REDD and Indigenous peoples. Source : IWGIA, traduction GITPA :

• Le REDD Une solution facile au réchauffement global ?
• Pourquoi le REDD est-il si important pour les peuples autochtones ?
• Ce que demandent les autochtones

Lire l'éditorial

 

RAPPORTS OFFICIELS

 

 

 

Rapport du Gouvernement de Norvège

Le gouvernement de la Norvège a fixé, parmi ses priorités politiques relatives aux changements climatiques, l’inclusion d’un mécanisme de réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation de la forêt (REDD) après 2012 dans le processus de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Cet objectif exige une analyse poussée et étayée des choix possibles pour réduire de façon efficace les émissions liées à la déforestation et à la dégradation de la forêt et des impacts résultant d’un mécanisme convenu. Le présent rapport est une contribution importante à cet égard.

Lire le rapport

 

Forest European Ressource Network

 

 

"Eviter la déforestation et la dégradation : Faisons les comptes "

Les crédits forestiers et leur effet sur les marchés du carbone continue exercée par certains pour que les forêts soient intégrées dans les mesures de commercialisation du carbone dans le cadre du futur accord international pour le climat, la recherche démontre de plus en plus clairement que l’attribution d’un prix au carbone forestier ne suffira pas à sauver les forêts ou à protéger le climat et pourrais donner lieu à des accaparements de massifs des terres, qui affecteraient négativement les populations forestières. Cette note d’information présente les dernières recherches concernant l’impact du commerce des crédits de carbone forestier sur les marchés du carbone, et les effets consécutifs sur les forêts et le climat.

Lire la note d'information

 
Programme des Nations Unies pour l'Environnement
 

Le Programme ONU-REDD accueille cinq nouveaux pays

L'Argentine, le Cambodge, l'Équateur, le Népal et le Sri Lanka se joignent au programme REDD, le Danemark devient un nouveau donateur et le Panama obtient l'approbation de son programme REDD national . Les neuf autres pays fondateurs sont : la Bolivie, la République Démocratique du Congo, l'Indonésie, le Panama, le Papouasie-Nouvelle-Guinée, le Paraguay, la Tanzanie, le Vietnam et la Zambie.

Lire la présentation du Programme

 

Organisation des Nations Unies pour l'Agriculture

 

 

 

 

Déforestation, changement d’affectation des terres et REDD

Promouvoir la restauration des forêts et la gestion forestière durable fera davantage pour atténuer les changements climatiques que la simple réduction des émissions de gaz à effet de serre résultant de la déforestation et de la dégradation des forêts (REDD). Le quatrième rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC, 2007) a estimé que le secteur forestier contribue pour 17,4 pour cent à tous les gaz à effet de serre issus de sources d’origine humaine; ce pourcentage est, dans une très large mesure, imputable à la déforestation et à la dégradation des forêts. En outre, l’étude Stern Review sur l’économie du changement climatique (Stern, 2007) a observé que «la lutte contre la déforestation est une méthode extrêmement rentable de réduction des émissions de gaz à effet de serre» Source Michael Martin est directeur de la Division de l’économie et des politiques forestières, Département des forêts, FAO, Rome.

Lire le document d'archive

 

DECLARATIONS DES PEUPLES AUTOCHTONES

Déclaration des peuples autochtones au Sommet de Copenhague

« Les peuples autochtones de plusieurs régions du monde perdent leurs terres et leurs cultures à cause de changement climatique. Et ils veulent que leur voix soit entendue dans le débat sur l’arrêt du réchauffement climatique. Nous avons des droits sur nos terres, nos territoires et notre environnement », affirme Malia Nobrega du Forum international des Peuples Autochtones sur les changements climatiques (FIPACC). « Cette crise climatique », le FIPACC déclare dans sa proposition au sommet sur le climat à Copenhague « menace la survie même des peuples autochtones, en particulier ceux qui sont dépendants des forêts ou de l’arctique, et les peuples autochtones des petits Etats insulaires et les communautés locales."

Lire la déclaration

 

Déclaration d’Oslo sur les Forêts Tropicales, les Communautés et le Changement Climatique

Du 15 au 17 juin 2009, plus d’une centaine de personnes venues de 14 pays différents et représentant 50 organisations autochtones et de la société civile se sont réunies en Norvège pour discuter de questions sur lesquelles nous sommes engagés au quotidien, mais qui affectent le monde dans son ensemble: le changement climatique, la protection des forêts, et le rôle des peuples autochtones et des communautés locales

Lire la Déclaration

 
   
 

Déclaration d’Anchorage ( Alaska )

Du 20 au 24 avril 2009, des représentants indigènes en provenance de l’Arctique, de l’Amérique du Nord, de l’Asie, du Pacifique, d’Amérique Latine, des Caraïbes et de Russie se sont rencontrés à Anchorage en Alaska au Sommet Global des Peuples Indigènes sur le Changement de Climat, "Nous sommes extrêmement inquiets devant la dévastation du climat qui va en s’accélérant en raison d’un modèle de développement non durable. Nous subissons des effets profonds et disproportionnés sur nos cultures, la santé des individus et de l’environnement, nos droits en tant qu’êtres humains, notre bien-être, nos modes de vie traditionnels, nos systèmes alimentaires et notre souveraineté sur l’alimentation, sur l’infrastructure locale, sur la viabilité économique et notre survie en tant que peuples indigènes elle-même ".

Lire la Déclaration

 

MISE EN ŒUVRE PAR RÉGION

 

 

 

 

"REDD sur l'Amazonie : une victoire pour les populations, les arbres et le climat"

Par Virgilio Viana. Celui qui est l'un des meilleurs spécialistes brésiliens de la protection des forêt a exercé des fonctions de secrétaire d'État de l'Environnement et du Développement Durable de l'Etat d'Amazonie. Il dirige l'Amazon Sustainability Foundation et est aujourd'hui chercheur invité à l'IIED, International Institute for Environment and Development, basé à Londres

Lire l'article

 

 

POSITION DES ONG

 

Forest Peoples Programme

continuera à suivre les négociations de la CCNUCC, en soutenant les efforts de défense des peuples autochtones et en exhortant à un engagement plus marqué des parties dans le but de s'assurer que l'accord de Copenhague soit solidement ancré dans les droits de l'homme et les droits des peuples autochtones, tout en reconnaissant le rôle d'intendance joué par les peuples autochtones et leur contribution exceptionnelle à la justice climatique.

Lire le communiqué

 

World Rainforest Movement : "Détruire d’une main, prendre de l’autre : la biomasse, REDD et les forêts "

C’est une bonne idée que de diminuer le déboisement. Si on l’éliminait tout à fait ce serait mieux. Et ce serait encore mieux de payer les peuples autochtones et les communautés locales qui protègent les forêts. Telle serait l’idée de base du grand nouveau plan pour sauver les forêts : REDD (réduction des émissions dues au déboisement et à la dégradation des forêts). Mais pourquoi ce plan n’essaie-t-il pas de s’attaquer aux causes premières du déboisement ? Comme le WRM l’a signalé à maintes reprises, l’une des menaces les plus insidieuses pour les forêts provient des plantations industrielles d’arbres. L’engouement actuel pour tout ce qui a trait au carbone, jointe au fait que l’ONU ne différencie pas les forêts des plantations, est le plus fort encouragement qui soit à éliminer les forêts et à les remplacer par des plantations.

Lire le communiqué