Le GITPA s'associe à la présentation par Anne-Laure Porée et Guillaume Suon
du film qu'ils ont tourné au Cambodge

Le lundi 17 mars 2014 à 19h30 à la SCAM
5 avenue Velasquez 75008 Paris
métro Villiers ou Monceau

nombre de place limité
réservation indispensable à alporee@hotmail.com
durée 65'

 

Le sujet de ce documentaire est très important et pertinent car il évoque un drame récent vécu non seulement par les Bunong du Cambodge mais également par la plupart des Proto-Indochinois actuels, sociétés autochtones ou « peuples traditionnels », plus d'une cinquantaine de groupes ethniques différents (Jörai, Rhadé, Mnong, Stieng, Srê, Cau Maa', Katu, etc.) répartis sur le sud du Laos, l'est du Cambodge et surtout l'ouest du Vietnam central et méridional, désormais aux prises avec le monde dit moderne réduisant des peuples naguère libres dans leurs forêts et fiers à un lumpen-prolétariat de plus en plus abandonné à son sort dans les nouveaux terrains vagues du « réalisme » économique et politique le plus destructeur, subissant de plein fouet un ethnocide planifié après avoir subi des guerres insensées qui ne les concernaient pas et déversaient sur leurs terres ancestrales des défoliants (agent orange), du napalm, des bombes et des obus en nombre, puis l'acculturation forcée au sein de nouveaux Etats désireux d'unifier en force des populations hétérogènes dans une sommaire visée nationaliste, sans souci particulier de préserver les différences originelles qui constituent pourtant l'une des plus grandes richesses d'un pays. Le cynisme économique, politique et financier de ce modèle de monde dit "moderne", prédateur à court terme, est tel que l'altérité et la diversité culturelle mondiale des espaces sociaux larges comme des espaces sociaux restreints tel celui des Bunong, sont méprisées et censées, elles, devoir disparaître en tant que telles pour se dissoudre, désormais placée au bas d'une nouvelle échelle sociale imposée à tous, dans un moule universel incertain et arbitraire bien que donné – et pour quelle raison ? – pour panacée universelle et de toute façon inéluctable. Pierre Le Roux, ethnologue, Maître de conférences à l'Institut d'ethnologie de l'Université de Strasbourg, membre du réseau des experts du GITPA pour l'Asie.

Au cœur du Cambodge, la forêt équatoriale ancestrale est peu à peu décimée tout comme les communautés autochtones qui y vivent. Une jeune femme éduquée revient dans son village Bunong pour témoigner de cette dévastation, révélant pertes et résistances. En 20 ans, prés de 3 millions d’hectares de forêt ont été engloutis par l’exploitation extensive des multinationales agro-alimentaires, donnant au Cambodge l’un des plus fort taux de déforestation au monde. Au fil des témoignages, le film nous plonge dans l’agriculture traditionnelle et les rites ancestraux des Bunongs, autant d’actes de résistances face à cette force insatiable. Un documentaire d’observation qui donne la parole à une communauté minoritaire dans son combat trans-générationnel pour préserver sa culture, sa langue et son style de vie indigène. De larges plans panoramiques contribuent à la puissance esthétique de ce documentaire et à la force de son message. Fédération internationale des Droits de l'homme - FIDH

 

Informations sur le site du GITPA

Les peuples autochtones du Cambodge
Accaparement des terres