Si cette page ne s'ouvre pas cliquez ICI

Le GITPA lutte pour la reconnaissance du droit des peuples autochtones dans le monde

A notre porte, chez nous, en France, l’un de ces peuples, le peuple indiens WAYANA du Haut Maroni en Guyane française est confronté à une situation de désespérance qui conduit, chez les jeunes Wayana , à des suicides à un taux 17 FOIS SUPÉRIEUR À LA MOYENNE NATIONALE

CETTE SITUATION INTOLÉRABLE
est relatée dans un livre qui,
pour la première fois, leur donne la parole

 

La Guyane : le plus vaste département français, un sixième de la surface de l’Hexagone, 9 000 Amérindiens de différentes ethnies, qui vivent pour l’essentiel au bord des fleuves frontaliers (Maroni et Oyapock) à l’intérieur du territoire. Depuis plusieurs années, un drame se joue dans le silence et l’indifférence : une épidémie de suicides parmi les jeunes avec un taux 17 fois plus élevé qu’en métropole, et une contamination au mercure due à l’orpaillage clandestin qui provoque une catastrophe sanitaire.
Depuis trente ans, la France n’a rien fait pour ces populations : conditions de vie déplorables, éloignement imposé aux jeunes enfants, destruction de la culture et de l’identité amérindiennes, emprise des sectes…
L’exploitation clandestine de l’or dans la forêt amazonienne française a des conséquences désastreuses sur l’environnement. De 10 000 à 20 000 chercheurs d’or clandestins opèrent en Guyane et créent une insécurité permanente que les forces de l’ordre ont du mal à gérer sur un territoire aussi vaste. Pour les populations amérindiennes, la réalité de l’orpaillage, c’est un véritable état de guerre, aggravé par la destruction de l’environnement. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, les Amérindiens du Haut-Maroni sont parmi les plus touchés au monde par la contamination au mercure. Ils s’empoisonnent en consommant l’eau et les poissons des fleuves qui traversent leur territoire. La France leur a offert une nationalité et un drapeau, des ressources (RSA et allocations familiales) sans pour autant leur donner un accès aux droits, à l’éducation et à la santé. Absence quasi-totale d’infrastructures, d’équipements et de services publics, la République les laisse vivre dans des conditions socio-économiques désastreuses. Lorsqu’elle était députée de Guyane, Christiane Taubira était l’une de leurs avocates les plus acharnées.
Ce livre est le premier ouvrage d’envergure consacré aux Amérindiens de Guyane française et il devrait provoquer un électrochoc dans l’opinion publique.
Yves Géry et Alexandra Mathieu ont mené une longue enquête sur le terrain en Guyane et en pays amérindien le long des fleuves Maroni et Oyapock. Christophe Gruner est photographe.

" Si François Hollande aspire à faire de la France "la nation de l'excellence environnementale", il est temps qu'il reconnaisse les droits fondamentaux des peuples autochtones de la République"
Raymond Depardon (extrait de la préface)

NOUS VOUS INVITONS A LIRE CE LIVRE

Lire un texte de présentation préparé pour le GITPA par Yves GERY

 

Informations sur les indiens de la Guyane française sur le site du GITPA

www.gitpa.org