ALASKA

L'administration Trump se précipite pour vendre des droits pétroliers
dans la Réserve nationale de faune de l'Arctique
Arctic National Wildlife Refuge (ANWR)

À partir de mardi 17 novembre 2020, les sociétés pétrolières et gazières peuvent choisir les parties de la réserve faunique nationale de l'Arctique de l'Alaska qu'elles souhaitent forer. C'est la dernière tentative de l'administration Trump de vendre aux enchères les droits de développement dans le paysage vierge avant que le président élu Joe Biden ne prenne ses fonctions.

L '«appel à candidatures» officiel engage une période de commentaires de 30 jours. Cela permettra également au Bureau of Land Management d'aller de l'avant avec une vente de bail, qu'il doit annoncer 30 jours à l'avance.

Le moment exact n'est pas clair, mais cela soulève la possibilité qu'une vente de bail ait lieu quelques jours seulement avant l'inauguration de Biden.

«Cela a demandé beaucoup de travail pour arriver à ce point»,
a déclaré Kevin Pendergast, directeur d'État adjoint pour les ressources au bureau de l'Alaska.

Dans un communiqué séparé, l'agence a déclaré que la vente du bail sera un geste historique "faisant progresser la politique d'indépendance énergétique de cette administration". Dans un changement radical après près de quatre décennies de protections, un Congrès dirigé par les républicains a approuvé en 2017 une législation ouvrant une partie du refuge au développement pétrolier. Il a appelé à deux ventes de baux dans la partie côtière du refuge arctique dans les sept ans, la première devant être détenue d'ici la fin de 2021.

Mais les groupes de conservation critiquent la décision de l'administration Trump de faire avancer la vente maintenant, environ deux mois avant le jour de l'inauguration du nouveau Président, affirmant que cela précipite le processus "pour ouvrir l'un des paysages les plus emblématiques et sacrés du pays au forage pétrolier".

La plaine côtière du refuge arctique s'étend sur environ 1,6 million d'acres - une zone à peu près de la taille du Delaware qui représente environ 8% du vaste refuge. C'est un endroit où les caribous migrent, c’est la tanière des ours polaires et les oiseaux migrateurs se nourrissent. C'est aussi une région qui contiendrait des milliards de barils de pétrole inexploité.

"Cette chronologie indique qu'ils essaient de faire passer tout cela d'une manière qui écarterait la prise en compte des préoccupations du public", a déclaré Brook Brisson, avocat senior chez Trustees for Alaska, un cabinet d'avocats environnemental basé à Anchorage. Les fiduciaires (Organisations autochtones) pour l'Alaska font partie de plusieurs groupes, et d'une coalition de 15 États, qui ont intenté des poursuites cette année visant à faire dérailler les plans de forage pour le refuge de l'Arctique.

Les poursuites sont toujours en train de se frayer un chemin dans le système judiciaire.

À l'approche du forage pétrolier dans le refuge arctique, 2 villages de l'Alaska voient différents avenirs :

• L'American Petroleum Institute (API), une association commerciale nationale, a salué l'appel à candidatures, affirmant dans un communiqué que le développement du refuge arctique se faisait attendre depuis longtemps, créera des emplois bien rémunérés et fournira plus de revenus à l'Alaska. API a déclaré que l'industrie travaillera avec les organisations de la faune et les communautés locales «pour développer de manière sûre et responsable ces importantes ressources énergétiques».

• Les autochtones de l'Alaska sont divisés sur la question, certains voyant l'opportunité du forage, tandis que d'autres dénoncent l'impact sur la faune, notamment les Gwich'in, dont la culture et le régime alimentaire tournent autour des caribous migrateurs.
"Toute entreprise qui envisage de participer à ce processus corrompu doit savoir
qu'elle devra répondre aux Gwich'in et aux millions d'Américains qui nous soutiennent
",

a déclaré Bernadette Demientieff, directrice exécutive du comité directeur des Gwich'in.

Jo Biden a déclaré qu'il prévoyait de protéger le ANWR de manière permanente et d'interdire les nouveaux permis pétroliers et gaziers sur toutes les terres et eaux publiques. « Si les baux de forage sont finalisés avant son entrée en fonction, ils pourraient être difficiles à révoquer », a déclaré Andy Mack, un ancien commissaire du ministère des Ressources naturelles de l'Alaska qui a fait pression pour l'ouverture du refuge.

Mais même si ce n'est pas le cas, Biden serait toujours confronté à cette loi fédérale qui impose une vente de bail d'ici la fin de 2021. Néanmoins, A. Mack a déclaré que la prochaine administration pourrait imposer des restrictions. «Ce qu’ils essaieraient de faire, c’est rendre si difficile et si onéreux d’obtenir toute la gamme de permis», a-t-il dit, «que les entreprises se contentent de dire:« Eh bien, nous n’allons pas passer 10 ans à essayer d’obtenir une simple permis, nous allons mettre notre argent et notre investissement ailleurs."

Source :


National Public Radio, abrégé en NPR, est le principal réseau de radiodiffusion non commercial et de service public (en anglais local : public radio) des États-Unis. NPR est une organisation de droit privé, à but non lucratif, qui fédère des stations de radio locales. Elle vend des programmes aux radios membres

Article, Le Monde - Arnaud Leparmentier. 17 aout 2020
Article Alaska. GITPA - Patrick Kulesza. 1er septembre 2020.

www.gitpa.org