Brésil

MASSACRE D’INDIENS ISOLÉS

Massacre d’au moins une dizaine de membres d’une tribu isolée dont des enfants et des femmes, qui habitaient la région du Rio Jandiatuba, dans l’Etat brésilien d’Amazonie, a été perpétré par des mineurs illégaux

Agrandir les cartes

La région, le long de la frontière brésilienne-péruvienne, abrite environ 1/3 de tous les peuples autochtones vivant en isolement volontaire au Brésil.


Indigenous people from a remote Amazonian tribe in Brazil. Photograph: Gleison Miranda/Funai/EPA

Servindi, 12 septembre 2017.

A la demande de la Fondation nationale de l’Indien (FUNAI), le Ministère public fédéral ((MPF) de la ville brésilienne de Tabatinga enquête sur l’attaque supposée, perpétrée contre les villages indigènes isolés de la vallée du Javari.

Le massacre d’au moins une dizaine de membres d’une tribu isolée, et parmi eux des femmes et des enfants, qui habitent la région du Rio Jandiatuba, dans l’Etat d’Amazonas, a été commis en août dernier par des mineurs illégaux.

Selon la déclaration de la Fondation pour l'Indien - FUNAI, la dénonciation est parvenue quand les mineurs, se vantant de l’attaque, ont été vus dans la commune de Sao Paulo de Oliveira, à l’ouest de l’Etat.

Dans une interview au journal états-unien, le New York Times, Leila Silvia Buerger Sotto-Maior, coordinatrice de la FUNAI pour les tribus isolées et récemment contactées, a affirmé qu’ « il y a beaucoup de présomptions mais qu’il fallait des preuves (du massacre) ».

Les détenus auraient démembré les corps puis les auraient jetés dans le fleuve, l’un portait une pagaie, taillée à la main qui appartenait à la tribu. Notons que la zone de l’attaque présumée est connue comme étant la frontière amazonienne des isolés car elle est le foyer du plus grand nombre de peuples autochtones instalés qu’en tout autre partie du monde.

La FUNAI a demandé que la situation soit étudiée par le Ministère Público Federal no Amazonas (MPF / AM) et la Polícia Federal (PF). Leur enquête aurait commencé le 29 août. On ne peut rejoindre le lieu du massacre qu'après 12 jours de bateau.

Le 13/09, le Sénat, sous la direction de Vanessa Grazziotin (PCdoB / Am), a approuvé une commission chargée d'enquêter sur la question.

Parallèlement et sans attendre les résultats des enquêtes qui seront lancées, l'organisation autochtone de l' Union des Povos Indígenas do Vale do Javari (UNIVAJA), qui protège les droits des peuples en isolement volontaire dans la Tierra Indigena Vale do Javari, et le Centro de Trabalho Indigenista (CTI) a appelé une action forte de dénonciation au niveau international.

Source : Servindi , traduction par Simone Dreyfus-Gamelon


Article du CTI Centro de Trabalho Indigenista (en espagnol)
Article Le Monde du 15/09/17
Article The Guardian (en anglais)

Informations collectées et transmises par Françoise Morin,Vice - Présidente du GITPA
francoise.morin@univ-lyon2.fr

gitpa@orange.fr