2 / 2012

LE COURRIER INTERNATIONAL
DES PEUPLES AUTOCHTONES
www.gitpa.org

Cette lettre diffuse les informations reçues par le GITPA de janvier à juin 2012. Elle concerne l'actualité des peuples autochtones (selon les critères retenus par le Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, approuvée par l'Assemblée Générale en septembre 2007). Les informations sont présentées par continent/pays et par thèmes (les Questions Autochtones)

Pour accèder aux informations, cliquez sur les messages


ACTUALITÉS DU MONDE AUTOCHTONE

Ouvrir: L'actualité des peuples autochtones en images

Arctique

Amérique du nord

Pacifique

Asie

Afrique

Amérique latine

 

Amérique latine (suite)

Aires protégées

Abattis-brûlis

Accaparements des terres

Accord libre, préalable, informé

Agrocarburants

Droits à l'eau

Changements climatiques

Développement durable

Doctrine de la découverte

Jeunes autochtones

Femmes autochtones

Forêts

Grands et trés grands barrages

Langues

Mines

Pastoralisme

Pétrole

Qui est autochtone ?

Sociétés transnationales

Souveraineté alimentaire

Terres, territoires

Tourisme

 

OMPI: ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE.

RAPPORTEUR SPECIAL SUR LES DROITS DES PEUPLES AUTOCHTONES

SOMMET DE LA TERRE: RIO+20

INSTANCE PERMANENTE SUR LES DROITS DES PEUPLES AUTOCHTONES (MAI 2012 - NEW YORK)
( Interventions de délégués autochtones francophones )


ACTUALITÉS DES PUBLICATIONS

GIRARD Camille, D’AVIGNON Mathieu, A-t-on oublié que jadis nous étions « frères » Alliances fondatrices et reconnaissance des peuples autochtones dans l'histoire du Québec, PU Laval, 192p.

Les célébrations du 400e anniversaire de la fondation de Québec devaient graviter autour du thème de la rencontre. Mais les diverses nations du Québec, qui cohabitent depuis le XVIIe siècle, se sont-elles rencontrées ?

Quelle place les Amérindiens occupent-ils lors de ces grandes commémorations publiques (locales, nationales et internationales) au Québec et ailleurs dans les Amériques ? Les filtres du passé, mis en place au temps des premières « découvertes » et « fondations » européennes sur le continent américain, continuent-ils de déformer le regard que nous jetons sur le temps des « grandes fondations » ? Au Québec, Amérindiens et Québécois ont-ils oublié que jadis ils étaient « frères »?

 

CHAREST Paul, GIRARD Camil, RODON Thierry, 2012, Les pêches des Premières Nations dans l'est du Québec. Innus, Malécites et Micmacs, Mondes Autochtones, 384p.

Depuis une décennie, la pêche commerciale joue un rôle fondamental dans le développement économique et social et l’affirmation de l’autonomie des nations autochtones établies sur les rives de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent. Depuis toujours, les peuples autochtones pratiquent la pêche tant en eaux douces qu’en milieu marin, mais l’importance de cette activité dans l’économie et la vie quotidienne des nations et des communautés autochtones du Québec est demeurée jusqu’à présent largement méconnue. En faisant connaître la situation des nations innues, malécites et micmaques des zones côtières du Québec actuel, leurs urgents besoins de développement et les efforts qu’elles déploient pour y arriver, entre autres par la pêche commerciale, ce livre veut contribuer à les aider dans leur prise en charge. La mondialisation et la reconnaissance de l’autonomie des peuples autochtones du Québec et du Canada à travers l’activité de la pêche sont les enjeux qui sous-tendent les contributions des auteurs de cet ouvrage.

 

GARDE François, 2012, Ce qu'il advint du sauvage blanc, Gallimard, 336 p.

Au milieu du XIXe siècle, Narcisse Pelletier, un jeune matelot français, est abandonné sur une plage
d' Australie. Dix-sept ans plus tard, un navire anglais le retrouve par hasard : il vit nu, tatoué, sait chasser et pêcher à la manière de la tribu qui l'a recueilli. Il a perdu l'usage de la langue française et oublié son nom. Que s’ est-il passé pendant ces dix-sept années ? C'est l énigme à laquelle se heurte Octave de Vallombrun, l’ homme providentiel qui recueille à Sydney celui que l' on surnomme désormais le « sauvage blanc ».

Lire le commentaire du SOGIP

 


ICRA
: Actes des Premières rencontres internationales contre la Biopiraterie.

9 Mai 2012 : Plus de 15 intervenants internationaux (Afrique du Sud, Inde, Equateur, Pérou, Belgique, etc.) parmi les plus reconnus avaient répondu présent pour ces “Premières rencontres internationales contre la Biopiraterie” organisées à Paris en juin 2009 . Ces représentants de peuples autochtones, juristes, scientifiques, entrepreneurs, avaient débattu au cours de 3 tables rondes pour nous faire comprendre en quoi la biopiraterie est une menace pour la diversité culturelle et biologique. La présentation de cas concrets en Asie, Afrique, Amérique du Sud avait permis de mieux percevoir la complexité de ce phénomène. Vandana Shiva, Prix Nobel alternatif, dont les actions de lutte contre la biopiraterie sont mondialement reconnues, avait ouvert et accompagné ces rencontres

 

CANADA, Rapport de la Commission Vérité et Réconciliation.

La Commission de vérité et réconciliation du Canada se réjouit de vous remettre le présent rapport, tel que l’exige le mandat de la Commission, sur l’histoire, les objectifs, le fonctionnement et la surveillance du système des pensionnats indiens, les répercussions de ce système et des séquelles durables des pensionnats. Le rapport a été préparé conformément à l’obligation de la Commission de fournir un tel rapport deux ans après le début de son mandat. La Commission prévoit que, lorsque l’analyse de ces documents et témoignages aura été effectuée, de plus amples renseignements historiques seront disponibles. Compte tenu de cela et de la recherche en cours, la Commission présentera un rapport plus exhaustif et détaillé ainsi qu’un ensemble complet de recommandations à la fin de son plein mandat de cinq ans. Juge Murray Sinclair

 
GELINAS Claude, 2011, Indiens, euro canadiens..., Septentrion, 220p.

Existe-t-il au Québec des communautés métisses historiques au même titre que celles qui sont reconnues dans l'ouest du Canada? Depuis que la Cour suprême a reconnu en 2003 des droits ancestraux à des Métis de l'Ontario, de plus en plus d'organisations représentant des Métis s'activent politiquement au Québec. S'agit-il d'un simple opportunisme de la part de groupes d'intérêts ou assiste-t-on au retour dans l'espace public de collectivités historiques? A partir de l'étude du cas particulier des personnes métissées du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Claude Gélinas apporte quelques éléments de réponse pour mieux comprendre le métissage biologique et culturel entre Indiens et Eurocanadiens en territoire québécois.

 
IWGIA, 2011, Niger, la violation collective des droits humains fondamentaux.

Les Peuls sont principalement des pasteurs nomades et semi-nomades fermement attachés à leur système de valeurs traditionnel et qui migrent à travers l’Afrique de l’ouest avec leurs troupeaux depuis plus de 6,000 ans. Au Niger, ils sont victimes de plusieurs préjugés et stéréotypes négatifs. Ils sont souvent associés au banditisme et leur mode de vie traditionnel est perçu comme archaïque, inadapté aux besoins d’une société moderne, et nuisible à l’environnement et au bon fonctionnement des communautés environnantes. À l’extrême, ce dénigrement du mode de vie pastoral et de l’ethnie peule peut conduire à des violations graves des droits de l’homme, et, comme en fait part ce rapport, résulter dans des violences entre les communautés et des tueries injustifiées. L’objectif principal de ce rapport est de documenter des cas représentatifs, mais non exhaustifs, de violations des droits humains fondamentaux découlant des conflits intercommunautaires au Niger. Etant donné la quasi inexistence de documentation à ce sujet au Niger, ce rapport met l’accent sur les témoignages des victimes et autres acteurs impliqués et donne donc une voix à des personnes qui ne sont normalement pas entendues.

 

IWGIA , 2012, Visite de recherche et d'information au Kenya, Commission Africain des Droit de l'Homme et des Peuples

La Commission africaine des droits de l’homme et des peuples a mis en place un Groupe de travail sur les populations/communautés autochtones (Groupe de travail) qui formule des recommandations et propose des mesures pour prévenir et remédier aux violations des droits de l’homme et libertés fondamentales des populations et communautés autochtones. Le Groupe de travail a effectué une visite de recherche en République du Kenya du 1er au 19 mars 2010 et ce rapport est le résultat de cette visite. Le rapport donne un compte rendu des réunions tenues avec les autorités gouvernementales, les organisations de la société civile, les communautés autochtones et les autres acteurs. Le rapport décrit également la situation des populations autochtones dans le pays et formule des recommandations au gouvernement, aux organisations de la société civile et à la communauté internationale au Kenya.

 
KABASHI Adolphe Bambi, 2012, Le droit minier congolais. L'épreuve des droits foncier et forestier.

Contrairement aux idées reçues l'exploitation des ressources minières ne s'effectue pas seulement dans les mines. Elle s'exerce tout aussi bien à la surface de la terre. Dès lors se pose la question des droits. Quel est celui - entre le droit foncier, forestier et minier - qui a prééminence dans un unique espace ? Tout au long du livre Adolphe Bambi Kabashi tentera de résoudre ce problème en examinant ces "trois droits" dans le cas où ils se retrouvent en concurrence dans le seul lieu de l'exploitation minière.

 
MUSÉE DU QUAI BRANLY, 2012, Patagonie, Images du bout du monde, Acte Sud, 160p.

Qu'évoque la Patagonie ? Un territoire du bout du monde aux contours flous, le mythe des géants patagons, des animaux fabuleux survivants de la préhistoire. Ces terres furent décrites pour la première fois par Antonio Pigafetta dans sa relation du premier tour du monde de Ferdinand de Magellan (1519-1522). Ce récit a inspiré depuis la littérature et l'imaginaire attachés à la pointe australe du continent américain.Patagonie, images du bout du monde explore ces territoires selon une géographie de la fiction, mettant en perspective la richesse et la diversité des représentations et des rencontres sur près de cinq siècles.

 
GROS Christian, DUMOULIN-KERVRAN David, 2011, "Le multiculturalisme au concret. Un modèle latino américain ?", Paris : Presse Sorbonne Nouvelle, 460 p.

Cet ouvrage présente un tour d’horizon des recherches actuelles sur le fonctionnement pratique du multiculturalisme en Amérique latine. A la manière des Handbooks anglo-saxons, il réunit en un seul volume une trentaine des meilleurs spécialistes actuels francophones et latino-américains. Ce bilan inédit montre comment ce qui n’était que l’objet de débats théoriques et de luttes militantes dans les années 1970 est devenu au fil des années l’objet de pratiques sociales foisonnantes et de dispositifs étatiques très divers qui marquent désormais la vie de tous les pays latino-américains. Ces transformations induites par le multiculturalisme sont ici regroupées en cinq mouvements : la question du modèle, l’exercice de la citoyenneté, les systèmes juridiques, les politiques publiques focalisées, et les nouvelles territorialisations. Pour tous ceux qui cherchent à comprendre ce qu’est le multiculturalisme aujourd’hui sans s’enfermer dans les alternatives classiques du débat en France, ce livre propose des perspectives nouvelles et pose la question d’un possible « modèle latino -américain »

 
LABRECQUE Marie-France, 2012, Féminicides et impunité. 
Le cas de Ciudad Juárez, Ecosociété, 198p

Ciudad Juárez est devenue synonyme de violence extrême. Cette ville frontalière du nord du Mexique, où sont établies de nombreuses maquiladoras, constitue non seulement l’un des principaux sites de la guerre sans merci que se livrent les cartels de la drogue, elle représente aussi le lieu emblématique de ce qu’on appelle aujourd’hui le « féminicide ».Plus d’un millier de femmes ont été tuées depuis 1993 dans cette ville de 1,3 million d’habitants. Leurs cadavres ont souvent été retrouvés sur des terrains vagues ou dans le désert entourant l’agglomération, portant des marques de torture et de sévices sexuels. Toutes sortes d’hypothèses circulent sur ces crimes, mais un fait demeure : la plupart sont restés impunis.Résolument inscrite dans une perspective féministe, l’analyse de Marie France Labrecque dépeint un contexte régional et une économie globale qui renforcent la violence de genre, alors que le patriarcat est présent dans toutes les couches de la société mexicaine. C’est avec la rigueur du travail de terrain et la générosité du témoignage engagé que cette chercheuse et anthropologue féministe tente de « comprendre l’incompréhensible ».

 
FABERON Jean-Yves FAYAUD, Viviane et REGNAULT Jean-Marc, 2011, Destins des collectivités politiques d’Océanie. Peuples, populations, nations, États, territoires, pays, patries, communautés, frontières – 1, PU Aix –Provence.

Le colloque « Destins des collectivités politiques d’Océanie » tenu à Nouméa en 2011 sous l’égide du CNRS, a fait place tant aux spécialistes universitaires les plus consacrés qu’aux jeunes générations prometteuses de la recherche, tout en valorisant le témoignage indispensable des praticiens, pour une utilité politique concrète des questions traitées. Quels destins s’annoncent aujourd’hui aux collectivités politiques du Pacifique en nos temps de libertés, d’autonomies, de ces indépendances que Jean-Marie Tjibaou rapprochait des interdépendances ? Pour la Nouvelle-Calédonie, en vue des choix décisifs, cette recherche collective constitue une expertise préalable essentielle. Et son objectif général est de fixer le sens des mots et des notions, démarche indispensable pour pouvoir dialoguer. Elle veut prémunir contre toute pensée auto centrée : la vaste dimension comparative de cet ouvrage vient aider l’imagination juridique au service des évolutions politiques, non pas d’ailleurs à la recherche de modèles à reproduire tels quels, mais pour inspirer l’invention de nouvelles solutions. Le premier volume de cet ouvrage est ainsi intitulé « Théories et pratiques »
 
Destins des collectivités politiques d’Océanie. Peuples, populations, nations, États, territoires, pays, patries, communautés, frontières – 2, PU Aix –Provence. Et dans le second : « Singularités », sont rassemblées toutes les études concernant directement la Nouvelle-Calédonie. Cependant, si celle-ci peut être considérée comme un champ privilégié d’application des thèmes traités dans ces travaux, toute l’Océanie en est l’enjeu : ce nouveau monde si singulier cherche, de la minuscule Nauru à l’immense Australie, à déterminer son destin politique. Voici des réflexions pour leur application sur le terrain, au service d’une humanité qui y cherche ses codes les plus pertinents
 
BORDIN Guy, 2012, On Dansait Seulement la Nuit. Fêtes Chez les Inuit du Nord de la Terre de Baffin, Societé d'ethnologie, 116p.

Être actif la nuit est un " art de vivre " chez les Inuit, en particulier ceux des hautes latitudes. Leur langue possède d'ailleurs un terme qui désigne spécifiquement " la veille nocturne jusqu'au matin ". Toute activité semble ainsi à même, au gré des saisons, de repousser autant quo possible le moment de l'endormissement. Au-delà de leur spécificité rituelle, les nombreuses fêtes, avec leurs jeux, leurs chants et leurs danses, permettent à chacun d'être pleinement un unnuaqsiuti, un " être de la nuit ".

 
PROVINCE DU QUÉBEC, 2011, Amérindiens et Inuits, portrait des Nations autochtones du Québec.

Au Québec, onze nations autochtones cohabitent avec la nation québécoise. Du nord au sud et de l’est à l’ouest, il existe 14 villages inuits et 41 communautés amérindiennes où vivent des Abénaquis, des Algonquins, des Attikameks, des Cris, des Hurons-Wendats, des Innus, des Malécites, des Micmacs, des Mohawks et des Naskapis. Mais connaissons-nous vraiment les peuples avec qui nous partageons cet immense territoire ? Cette publication brosse le portrait des onze nations autochtones du Québec et fait état de leur situation ainsi que de l’évolution de leurs relations avec la nation québécoise. Ce n’est pas un portrait exhaustif, mais un survol qui vous permettra de mieux comprendre l’organisation politique et la vie communautaire des Inuits et des Amérindiens du Québec. Le document retrace également les jalons importants qui balisent notre histoire commune et rend compte des actions du gouvernement du Québec en matière autochtone. Sa lecture vous révélera la solidarité nouvelle qui se tisse au fil des ans et qui se caractérise par des relations ouvertes et empreintes de respect.

 
CETIM, 2012, Sociétés transnationales acteurs majeurs dans la violation des droits humains, 76p.

Pour comprendre le système du pouvoir dominant dans la société contemporaine, il y a lieu de connaître le rôle qu'y jouent les sociétés transnationales (STN). Les STN agissent dans la production de biens et services - pratiquement dans toutes les sphères de l'activité humaine - aussi bien que dans la spéculation financière. Elles interviennent y compris dans des activités illicites et dans une zone grise située entre la légalité et l'illégalité. Elles occupent un rôle de premier plan dans les décisions du pouvoir et dominent les instruments permettant de dicter aux êtres humains leur comportement, leurs idées, leurs aspirations et habitudes. Cette activité à multiples facettes est dominée par un objectif fonda­mental : l'obtention du profit maximum en un minimum de temps. Ce Cahier est une actualisation et un complément à la brochure intitulée « Sociétés transnationales et droits humains » publiée en 2005 par le CETIM.

 
LAM FOUK Serge Mam, HIDAIR Isabelle, 2011, La question du Patrimoine en Guyane, Ibis Rouge .

Des groupes socioculturels, relativement nombreux, parfois d’installation récente, sont porteurs de valeurs qui participent à la richesse patrimoniale de la Guyane. De ce fait, on a affaire à une société qui cherche à conforter sa cohésion. Comment dans ce type de formation sociale peut-on concevoir la nature des patrimoines communs à conserver et les politiques patrimoniales à conduire ? L’une des ambitions majeures de l’ouvrage est d’éclairer les acteurs sociaux sur la complexité des processus de patrimonialisation et sur le repérage des enjeux qui les sous-tendent, particulièrement dans le contexte d’une société plurielle. Comme dans l’ensemble de la République, dans le département de la Guyane le respect du droit français s’impose dans les pratiques patrimoniales. Néanmoins, en se fondant sur leurs expériences scientifiques et/ou professionnelles du patrimoine et des processus de patrimonialisation, les collaborateurs de cet ouvrage pluridisciplinaire conduisent à la compréhension des formes de patrimoines communs, qui émergent de composantes culturellement différenciées de la société guyanaise.
 

INSTITUT DE RECHERCHE POUR LE DEVELOPPEMENT (IRD), Hommes et nature.2012.136p.

Livre publié par l’IRD à l’occasion du 13e congrès de la Société internationale d’ethnobiologie, Montpellier, 20-25 mai 2012.

L’élaboration d’un ouvrage accessible au plus grand nombre et introduisant les travaux de recherche autour de l’ethnobiologie est apparue comme une évidence. Ce livre souhaite rendre compte de l’incroyable diversité des questions qui doivent être abordées lorsque l’on veut comprendre les processus qui lient les sociétés humaines à leur environnement naturel. Son objectif est de rendre accessible à toutes les catégories de lecteurs l’incroyable complexité de ces interactions.

 
ACTUALITÉ DES ARTICLES PUBLIÉS PAR LE RESEAU DES EXPERTS DU GITPA

EMISSION RADIO

 

WEB DOCUMENTAIRE

Visite aux Indiens de la République

Mission d'information du GITPA en Guyane. Du 21 novembre au 2 décembre 2011, le GITPA (Patrick Kulesza) a conduit une mission d'information en Guyane par des entretiens avec des responsables d’organisations amérindiennes dans 2 régions de ce département français: le littoral (à Cayenne, Kourou et Saint Laurent du Maroni) et la forêt amazonienne ( à Maripasoula) et des responsables du Parc amazonien. Le compte rendu comporte 9 chapitres : droits territoriaux, villages amérindiens, Parc amazonien, orpaillage, chefs coutumiers, organisations amérindiennes, patrimoine amérindien, suicides et zone réglementée.

 

ACTUALITÉ DES FILMS

La nuit nomade, Marianne Chaud, 2011, 1h30.

C’est peut-être la dernière migration pour Tundup, la fin de sa vie nomade sur les hauts plateaux himalayens. Quand les marchands arriveront, Tundup et les siens devront choisir : vendre leur troupeau, abandonner leurs terres et partir à la ville comme tant d’autres avant eux, ou rester au Karnak. Où seront-ils le plus heureux ? A 4500 mètres d’altitude, dans un décor lunaire où le ciel se mêle à l’immensité minérale, la réalisatrice Marianne Chaud a filmé les déplacements de ces derniers nomades. Immergée de longs mois dans leur communauté, parlant leur langue, elle a placé sa caméra au plus près de leurs voix et de leurs gestes, offrant aux spectateurs des rencontres d’une rare intimité. Autant que la splendeur des paysages, l’extrême rudesse des conditions de vie ou l’émotion partagée avec ces nomades, c’est cette proximité qui crée la magie du film.

 

Jon face au vent, Corto Fajal, 2011,1h17.

Avec Jon, éleveur de rennes au dessus du cercle polaire, c'est un nomadisme étonnant que l'on découvre : vie traditionnelle et moderne se côtoient en quête d'un équilibre. Dans les somptueuses montagnes Scandinaves du Sarek, au rythme des transhumances, on partage avec lui le meilleur, mais aussi le pire, comme ce jour où la glace d'un lac craque sous les pas de milliers de rennes, noyant une partie du troupeau. Au-delà de l'exotisme d'une vie en pleine nature, sa voix chaude et grave décrit cette quête d'équilibre entre progrès technologiques et savoirs millénaires : un propos dont le sens et l'humilité nous interpellent aussi. Corto Fajal séduit par cette apparente alchimie, s'interroge sur la fragilité de ce mode de vie, ses paradoxes, mais aussi sa richesse : une réponse possible aux désordres environnementaux ne serait-elle pas de renouer contact avec nos propres horizons ?

 

West Papua, Damien Faure, 2012, coffret DVD de 3 films.

Depuis plus de 40 ans, le gouvernement indonésien mène à l’égard du peuple papou de Nouvelle-Guinée occidentale (ex-Irian Jaya) une politique colonialiste d’une rare violence. Alors que le conflit du Timor-Oriental a enflammé la communauté internationale, le cas de la Papouasie occidentale semble voué à rester dans l’ombre. L’Organisation des Nations unies s’en désintéresse. Or ce peuple oublié de tous lutte pour la reconnaissance de son identité culturelle et politique. Afin de revendiquer leurs droits, les élites papous ont crée l’OPM (Mouvement de libération de la Papouasie Occidentale) scindé en deux branches distincts, l’une politique, l’autre militaire dont un des chef rebelle est le général Bernard Mawen. Pendant 10 ans, Damien Faure a filmé ces combattants. A ce jour, il est le seul cinéaste au monde à pouvoir regrouper une documentation audiovisuelle sur ce conflit.

 

La rizière, Xioling Zhu, 2012, 1h22.

"La Rizière" est la chronique d'un village dong du sud de la Chine. Elle nous fait découvrir la vie d'A Qiu, une fille de 12 ans, et celle de sa famille, pendant quatre saisons au milieu des rizières. La mort de la grand-mère qui élevait ses petits-enfants va obliger les parents à quitter leurs emplois sur des chantiers en ville et à revenir vivre au village. Au croisement de la modernité et de la tradition, la petite A Qiu a décidé qu'elle deviendrait écrivain. Tournée avec des villageois, comédiens non professionnels, cette fable écologique poignante est le premier film tourné entièrement en langue dong (langue tibéto-birmane).

 

Furigraphier le vide, Hélène Claudot-Hawad, 2009, 55'.

Comment être nomade aujourdhui ? Comment poursuivre la marche qui multiplie les horizons ? Comment occuper le vide ? Ces questions douloureuses se posent avec une violence accrue dans les espaces arides du Sahara et du Sahel à l'économie asphyxiée, à la population criminalisée et aux territoires âprement convoités pour leur richesses minières. Pour résister au chaos et au non-sens, pour lutter contre l'ultime dépossession de soi, celle de l'imaginaire, quarante-quatre poètes touareg réunis pendant trois nuits et trois jours en novembre 2006 à Agadez dessinent des parcours sonores libérés des entraves qui immobilisent leur société et réinventent à leur manières les trames du présent.

 

Veuillez noter que la nouvelle adresse courriel du GITPA est : gitpa@orange.fr

Membre institutionnel
d'IWGIA
Partenaire de