INSTANCES DE L'ONU

Déclaration du Rapporteur spécial des Nations Unies pour les Droits des peuples autochtones sur la décision de l'Assemblée générale de ne pas adopter la Déclaration des droits des peuples autochtones.

Source : Rapport spécial des Nations Unies

4 décembre 2006

Rodolfo STAVENHAGEN, Rapporteur spécial pour les droits et les libertés fondamentales des peuples autochtones, est préoccupé par la récente décision de l'Assemblée générale de l'ONU d'ajourner la prise en considération de la Déclaration des droits des peuples autochtones. Il est décevant que l'Assemblée générale ait manqué l'occasion de manifester son appui de principe à cet instrument important de défense des Droits de l'homme, au moment même du Jour international pour les Droits de l'homme de cette année, et à ce qui est une contribution majeure à la défense des Droits de l'homme dans le monde.

La Déclaration sur les droits des peuples autochtones fut adoptée par le Conseil des droits de l'homme, principale autorité des Nations Unies sur la question des Droits de l'homme, lors de sa première session en juin 2006. Cette Déclaration est le résultat de nombreuses années de discussions et de négociations entre les états membres de la Commission des Droits de l'homme avec la participation active de représentants d'autochtones du monde entier.

Il incombe maintenant au Conseil des droits de l'homme de réaffirmer son engagement de promouvoir et de protéger la dignité, la survie et le bien-être de millions d'autochtones dans le monde dont les droits ont été longtemps ignorés et niés, sinon bafoués en pratique.

Les peuples autochtones attendent du Conseil des Droits de l'homme, du Bureau du Haut Commissariat aux Droits de l'homme et des autres agences de l'ONU qu'ils continuent à promouvoir les dispositions de la Déclaration pour la protection des Droits de l'homme dans leurs communautés et pour leurs membres. Beaucoup doit être fait dans les prochaines années et, à l'occasion de l'actuelle restructuration du Conseil, la place et la continuité de la participation des représentants autochtones devra être assurée, notamment dans les débats qui concernent l'application des normes internationales des Droits de l'homme aux conditions particulières des peuples autochtones.

Le Rapporteur spécial espère que l'Assemblée générale reconsidérera sa position et adoptera la Déclaration des droits des peuples autochtones le plus tôt possible.