QUI SONT LES PEUPLES AUTOCHTONES ?


Les peuples autochtones constituent dans le monde plus de 350 millions de personnes, réparties entre au moins 5 000 peuples différents, dont la situation actuelle varie selon le degré et l'étendue de la reconnaissance de leurs droits par les États qui les englobent. Marginalisés politiquement, économiquement et culturellement par les événements historiques qu'ils ont subis (conquêtes, guerres, spoliations de leurs territoires et de leurs ressources, atteintes à leurs visions du monde par des conversions forcées), ces peuples ne sont pas partie prenante de ces États dont les lois et les institutions leur demeurent étrangères, dont ils ne comprennent souvent ni la langue ni les mœurs, dont ils ne partagent pas les croyances et les systèmes de valeurs.


Wichi-Chorote-Toba, Argentine, Alejandro Parellada

Malgré la reconnaissance juridique internationale de certains de leurs droits par des conventions de l'Organisation Internationale du Travail (1957 et 1989), nombreux sont les peuples aujourd'hui encore exclus de la société. Ils sont confrontés à des menaces constantes qui vont de l'invasion de leur territoire et d'assassinats, au pillage de leurs ressources, à la discrimination et à la répression sur les plans sociaux, culturels et politiques. Depuis quelques décennies, des organisations autochtones se sont créées et développées dans le monde entier. Elles renforcent le sens de l'identité, la volonté d'exister comme peuples et elles luttent pour la maîtrise de leur propre destin.

Dans la Convention 169 de l'O.I.T. :

Un peuple est considéré comme autochtone :
  • s'il descend de ceux qui vivaient sur le territoire avant la colonisation ou
  • si ses propres institutions sociales, économiques et politiques se sont maintenues depuis la colonisation et l'établissement d'un nouvel État.

    La convention reconnaît, en outre, que l'auto-identification est un critère crucial qui est souvent invoqué dans les revendications territoriales.

Dans le rapport Martinez Cobo :

On définit les communautés, peuples et nations autochtones, comme étant ceux et celles qui, étant en continuité historique avec les sociétés qui se sont développées sur le territoire avant l'invasion et la colonisation, se considèrent distincts des autres secteurs sociaux dominant actuellement ce territoire ou certaines de ses parties.Formant à présent des secteurs non dominants de la société, ils sont néanmoins déterminés à préserver, à développer et à transmettre aux générations futures leurs territoires ancestraux, leur identité ethnique comme étant les bases de la continuité de leur existence, conformant leurs propres modèles culturels, leurs institutions sociales et leurs systèmes de droit.Cette continuité historique peut consister en le maintien sur une longue période, allant jusqu'à nos jours, de l'un des facteurs suivants :
  • occuper des terres ancestrales ou, au moins, une partie d'entre elles,
  • avoir des ancêtres communs avec les habitants originels de ces terres,
  • posséder leur culture en général ou certaines de ses manifestations telles que la religion, l'organisation du système social, l'appartenance à une communauté autochtone, les vêtements, les moyens d'existence, le style de vie, etc.,
  • parler une langue autochtone, qu'elle soit l'unique langue parlée, ou la langue maternelle, ou le moyen habituel de communication chez soi ou dans la famille, ou le langage principal, préféré, habituel, général ou normal,
  • résider dans certaines parties du pays ou dans certaines régions du monde,
  • tous autres facteurs pertinents.

Critères proposés par Mme Erica-Irène Daes, Présidente du Groupe de Travail sur les Peuples Autochtones des Nations Unies

Ces critères, largement utilisés, caractérisent les peuples autochtones comme ceux qui :

  • sont les descendants des groupes qui étaient sur le territoire au moment de l'arrivée de groupes de culture ou d'origine ethnique différente,
  • en raison de leur isolement, ont préservé presque intactes les coutumes et les traditions de leurs ancêtres, similaires à celles que l'on considère comme autochtones,
  • se trouvent placés au sein d'une structure étatique qui possède des caractères nationaux, sociaux et culturels qui leur sont étrangers.