AFRIQUE AUTRALE

ZIMBABWE



 

Le gouvernement du Zimbabwe ne reconnaît aucun groupe particulier comme autochtone , prenant comme argument que tous les Zimbabwéens noirs sont autochtones. Cependant, parmi les Zimbabwéens noirs, ceux qui s'identifient eux-mêmes comme autochtones sont les San qui vivent dans les districts de Tsholotsho et de Bulilima, en bordure de la frontière avec le Botswana, au sud-ouest.

Les San du Zimbabwe étaient traditionnellement des chasseurs-cueilleurs semi-nomades mais ils sont, maintenant, devenus des petits fermiers en majorité. Ils font partie des 14 % de groupes minoritaires du Zimbabwe et constituent environ 0,1% de la population totale.Les plus grandes organisations internationales sur les minorités et les peuples autochtones ne possèdent ni statistiques ni documentation sur les San du Zimbabwe. Ceux-ci sont, principalement, des locuteurs de la langue tsharatshawo.Ils affrontent les plus grands obstacles tels que la discrimination, les restrictions sur le droit de parler leur langue, le contrôle de leurs terres, la mauvaise qualité des services de santé, l'assimilation culturelle, le manque de représentation politique et traditionnelle, l'exclusion.

Ils ne bénéficient actuellement d'aucune législation s'appliquant aux peuples autochtones et minoritaires. Toutefois, le nouveau projet de constitution cherche à reconnaître le san comme l'une des langues officielles.

Le Zimbabwe a voté, en 2007, pour la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

Source : IWGIA - The Indigenous World 2013