PACIFIQUE
GUAM


  • Évènements marquant 2010, 2011
  • Textes de référence


 

L'île de Guam dont la superficie est d'environ 550 km2 est la plus grande et la plus méridionale de l'archipel des Mariannes et la terre ancestrale des autochtones Chamoru depuis 4.000 ans. Elle fut séparée des autres îles de l'archipel quand, à la suite de la guerre hispano-américaine, elle fut cédée aux Etats-Unis en 1898. Malgré cette division politique récente les Chamoru de Guam et des Mariannes septentrionales – organisées maintenant en Commonwealth des Mariannes du nord (CNMI) - ne forment qu'un seul peuple de même langue, de même culture et de même histoire.

Guam, aujourd'hui, est un territoire (mais pas un état) des Etats Unis, elle n'a pas de constitution propre. Son gouvernement, établi par la loi organique de 1950 du Congrès des Etats Unis, fut désigné sans l'aval des Chamoru. Bien que cette loi encadrât les bases d'un gouvernement civil aux trois pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire) elle ne créait que l'illusion d'un gouvernement autonome car « le Congrès des Etats Unis se réserve le pouvoir et l'autorité d'annuler (toutes les lois promulguées par le territoire de Guam) ». En réalité, Guam reste du ressort du ministère états-unien de l'intérieur. La constitution des Etats Unis, comme telle, ne s'applique pas à Guam. Le Congrès possède de larges pouvoirs sur les territoires non constitués en états, y compris celui de choisir quelle partie de la Constitution peut s'y appliquer .Tous les résidents de Guam, autochtones et non autochtones, se sont vus refuser le droit de voter à l'élection présidentielle et à l'élection des membres du Congrès des Etats Unis. En 1946, les Etats Unis ont placé Guam sur leur liste des Territoires non autonomes et parmi les colonies dont les habitants ont encore le droit fondamental à l'autodétermination. En conséquence, les peuples colonisés de Guam ont le droit à l'autodétermination selon le droit international que les Etats Unis, au moins en théorie, reconnaissent. Comme puissance administratrice, les Etats Unis acceptent comme "une mission sacrée" l'obligation de guider le peuple de Guam vers l'autonomie. Sur une population estimée en 2008 à 175.000 habitants, les Chamoru représentent plus de 37 %. Les plans actuels d'hyper militarisation de l'île menacent de diluer la population chamoru dans l'ensemble. Les autochtones des îles Mariannes sont indistinctement appelés "Chamoru et "Chamorro".

Source : Indigenous World 2009, traduction S.Dreyfus - Gamelon pour le GITPA