PACIFIQUE
RAPA NUI
ÎLE DE PAQUES





Source : aménagement linguistique

Sur une population de 4413 habitants en 2005, les autochtones rapa nui ne représentent que 60 % des habitants, les autres étant d'origine chilienne ou européenne, notamment des militaires, des fonctionnaires, des scientifiques et des résidents temporaires. Tous les habitants résidant dans l'île de façon permanente sont des Pascuans, mais les Rapa Nui sont les autochtones ou la population indigène. Or, en 1988, la population insulaire était de 1938 personnes; cette augmentation soudaine de près de 50 % est due à l'immigration extérieure (chilienne) et elle a eu pour effet de modifier considérablement la composition ethnique de la population d'origine. Il faut considérer que la plupart des autochtones sont déjà amplement métissés, résultat des mariages mixtes entre Polynésiens et Chiliens. Il ne reste que quelques dizaines de Pascuans « authentiquement de souche ». Par ailleurs, beaucoup de Pascuans ont émigré au Chili; lors du recensement de 2002, on dénombrait 2269 Rapa Nui qui vivaient à l'extérieur de l’île, généralement au Chili, mais aussi en Polynésie française et aux États-Unis.

Aujourd’hui, les Pascuans sont concentrés dans les villages de Hanga Roa, Mataveri et Moeroa au sud-ouest. Étant donné que ces villages se sont développés les uns près des autres, ils sont considérés comme faisant partie d'une seule et même agglomération. Par contre, jusqu'au milieu du XIXe siècle, on comptait six agglomérations: Anakena, Tongariki, Vaihu, Vinapu, Matavei et Hanga Roa. Il semble que, à son apogée, soit entre le XVIe et le XVIIe siècle, l'île de Pâques aurait abrité plus de 10 000 habitants, voire 15 000. Mais, à la suite de pénuries alimentaires et de guerres fratricides entre les chefs qui se sont succédé, le nombre d’habitants se serait réduit à moins de 3000 habitants avant l’arrivée des Européens. En 1872, on ne comptait plus que 111 Pascuans sur l'île.

Environ 50 % des autochtones actuels parlent le rapanui, les autres parlant l'espagnol et se sont linguistiquement assimilés. Le rapanui est une langue austronésienne appartenant au groupe polynésien.

Source : Aménagement linguistique