Chronologie

1492: Christophe Colomb arrive le 12 octobre à l’île de Guanahani (San Salvador) et rencontre des Arawak, c’est à eux qu’il attribue en premier le nom d »Indios« .

1497 : John et Sébastian Cabot explorent la Côte Est de l’Amérique du Nord pour le compte de la Couronne britannique.

1513 : Ponce de Leon, premier gouverneur de Porto-Rico, accoste au sud de la Floride qu’il prends pour une île.

1527: Expédition Narvaez en Floride, à laquelle participe Cabeza de Vaca, célèbre défenseur des droits des Indiens, est un désastre.

1535: Jacques Cartier arrive au Québec.

1539 – 43: Expédition d’ Hernando de Soto dans le Sud-Est des États-Unis actuels.

1540/1542 : Premières explorations de Coronado dans la région des Pueblos

1570: Fondation de la Confédération des 5 Nations iroquoise ( cayuga, mohawk, oneida, onondaga, seneca) auxquels s’ajouterons t en 1722 les tuscarora

1584. Colonie de sir Walter Raleigb à Roanoke

1607 Débarquement de 105 colons anglais à Jamestown

1608: Champlain fonde le Québec. Powathan est couronné par le capitaine John Smith.

1620. Débarquement des pèlerins du Mayflower à Plymouth.

1621 : Les pélerins célèbrent une journée d’action de graces : Thanksgiving Day.

1622 : Attaque des colons de Virginie par Oppechankanougb, frère de Powathan.

1628: Londres : Pétition des droits (ou Petition of Right), qui fixe les libertés imprescriptibles des sujets devant le roi, fut et demeure l’un des textes essentiels de la constitution de l’Angleterre. Elle fut rédigée par le Parlement d’Angleterre alors que la révolution commençait à gronder.

1636/1637 : Guerre des Pequots au Connecticut
Les Pequots s’opposent à la colonisation de la région de la rivière Connecticut. À partir de 1633, les relations sont conflictuelles entre Pequots et colons anglais :
– en mai 1637 : les Anglais puritains de la colonie du Massachusetts attaquent le village pequot de Missituck avec des mercenaires Mochegans et Narragansetts : il y a 400 à 700 morts.
– Les Pequots émigrent vers Long Island et la région de New York.
– L’emploi du nom Pequot devient hors-la-loi dans les colonies anglaises. Les survivants sont traqués et vendus comme esclaves.

1644 : Deuxième attaque powathan en Virginie

1649: Execution de Charles 1er. Proclamation du Commonwealth.

1648-1651 : Guerre des Iroquois et des Hurons et victoire des Iroquois.

1675/1676 : Guerre du roi Philip en Nouvelle-Angleterre
La guerre du Roi Philip (King Philip’s War en Anglais) fut une guerre opposant les Amérindiens aux colons Anglais et leurs alliés Amérindiens. Les combats eurent lieu entre 1675 et 1676, dans le sud de la région des États-Unis aujourd’hui appelée Nouvelle-Angleterre. Près d’un dixième des Amérindiens et des Anglais furent tués ou blessés. La guerre est nommée d’après le principal chef du côté amérindien, Metacomet, appelé King Philip par les Anglais.

1680 : Révolte des Pueblos dans le Sud-Ouest.

1682 : Traité de William Penn avec les Delaware.

1688: La Confédération iroquoise attaque Montréal.

1692-1694: Reconquète des pueblos indiens du nord de la Nouvelle – Espagne (Nouveau – Mexique actuel).

1711/1712 : Guerre des Tuscaroras en Caroline du Nord. Les Tuscaroras entrent dans la Ligue des Iroquois.

1715/1716 : Guerre yamasee en Caroline du Sud et en Georgie

1754 : Conférence d’Albany entre les Iroquois et les colons. Des représentants de plusieurs colonies brtanniques cherchent à s’assurer l’appui de la Confédération des Iroquois contre la France. Un plan d’union des 13 colonies établi par Benjamin Franklin, et dont on dit qu’il aurait été inspiré par la Cnfédération iroquoise, y est discuté.

1754/1763 : Guerre franco-anglaise de Sept Ans. Les Français sont alliés à de nombreux groupes algonquins et les Anglais aux iroquois.

1755: Victoire franco-indienne contre Bradock et Washington à Fort Duquesne.

1763: « Révolte de Pontiac » Proclamation royale sur la frontière des Appalaches.
– Pontiac, chef des Outaouais (tribu des Grands Lacs), prend la tête des tribus de l’Ohio et des Grands Lacs pour chasser les Britanniques. Malgré l’occupation militaire de la Nouvelle-France, Pontiac continue le combat pour protéger son territoire contre les Britanniques.
– La Rébellion de Pontiac va se propager chez les autres peuples amérindiens. Les guerriers de nombreuses tribus rejoignirent le soulèvement indien dont le but était de repousser les forces et les colonies britanniques hors de leur territoire. Ce conflit débutera la dernière année de la Guerre de sept ans franco-anglaise (1754 – 1763).

1763: Traité de Paris par lequel Louis XIV abandonne son empire français d’Amérique:  » quelqes arpents de neige » et tout l’est du Mississipi.

1763: Proclamation royale de Georges III, pour apaiser les Indiens ralliés à Pontiac, inteedit l’installation des colons au delà des Appalaches.

1768 : Traité de Fort Stanwix, premier traité concernant les transferts de territoire.
Des territoires Iroquois de la vallée de l’Ohio sont donnés aux colons, contre des terres de la colonie de New York. Les Delaware, Mingos et Shawnees s’y opposent.

1774 : Guerre de lord Dunmore
Au printemps 1774, des Shawnees tentent de se débarrasser des colons britanniques. 10 octobre : Bataille de Point Pleasant, les Britanniques battent les Shawnees. Le général Amherst donne l’ordre de distribuer des couvertures infectées de variole. Plusieurs milliers d’Amérindiens Delaware sont contaminés et répandent la petite vérole à d’autres nations indiennes. Dans ces circonstances la paix leur est imposée. Des miliciens de Virginie détruisent pendant les négociations plusieurs villages Shawnees.

1775/1783: Guerre d’indépendance américaine. Les indiens sont partagés entre le soutien aux Aglais ou aux révolutionnaires.

1776: Publication de Common Sense, de Thomas Paine. il s’agit de la première défense vigoureuse de l’idée d’indépendance en des termes qui pouvaient être compris par n’importe quel individu sachant lire.

1778 : Premier traité signé avec les États-Unis et les Delaware

1779 : Pendant la guerre d’indépendance le commandant de l’armée continentale George Washington ordonne que les territoires des Iroquois, alliés aux Britanniques, soient conquis et dévastés.

1784: Second traité de Fort Stanwix. Les Shawnees donnent toutes leurs terres à l’Est et au Sud de l’Ohio.

1787 : Le Congrès continental signe l’Ordonnance du Nord-Ouest qui ouvre la colonisation des Territoires du Nord-Ouest, entre Appalaches, Grands Lacs, Mississippi et Tennessee. Aucun territoire ou bien indien ne leur sera retiré sans leur consentement, sauf à l’issue d’une guerre déclarée par le Congrès. Aucune guerre ne fut jamais déclarée par le Congrès aux tribus.

1787: Rédaction de la Constitution des États-Unis. L’article I stipule que le gouvernement fédéral se réserve le droit de réglementer le commerce avec les tribus indiennes.

1787: Ordonnance du Nord – Ouest qui affirme dans son article 3 que  » la plus grande bonne foi présidera toujours aux relations avec les indiens« .

1790/1791: Les armées de Josiah Harmar St d’Arthur St Clair sont défaites dans l’Ohio par les tribus confédérées miami, delaware, shawnee, chippewa, potawatomi et ottawa menées par le Chef Little Turtle.

1791: Ratification du Billl of Rights, rajouté à la Constitution américaine pour garantir les Droits de l’Homme.

1794 : Bataille de Fallen Timbers défaite des tribus du Nord-Ouest ( Ottawa , Shawnee), menées par les Chefs Blue Jacket et Tecumseh.

1795 : Traité de GreenvilIe signé par douze tribus. Une frontière permanente est établie dans le territoire du Nord Ouest
Le Traité de Greenville fut signé à Fort Greenville (actuellement Greenville (Ohio) le 3 août 1795 entre une coalition d’amérindiens et les États-Unis suite à la perte par les indiens de la Bataille de Fallen Timbers. Cela mit fin à la Guerre indienne du Nord-ouest. Les États-Unis étaient représentés par le général Anthony Wayne qui remporta la bataille contre les amérindiens après avoir détruit leurs villages un an plus tôt à Fallen Timbers. En échange de marchandises diverses (couvertures, ustensiles, animaux domestiques,…) d’une valeur approximative de 20.000 dollars, les amérindiens offrirent un territoire couvrant l’état actuel de l’Ohio, la région des villes de Chicago et de Détroit. Le traité a établi la « Frontière du traité de Greenville » qui fit office de frontière durant plusieurs années entre les terres colonisées par les blancs et les terres amérindiennes. La limite fut néanmoins souvent franchie par les colons blancs qui bafouaient les termes du traité.

1802: Le Président Jefferson exhorte les indiens a « devenir des fermiers ».

1803: Traité de Vincennes le territoire indien du Nord-Ouest est réduit
– Jefferson achète la Louisiane à Napoléon

1804/1806: Expédition de Lewis et Clarke vers le Pacifique.

1811. Bataille de Tippecanoe, une victoire décisive des forces des États-Unis conduites par le gouverneur du Territoire de l’Indiana, futur président des États-Unis William Henry Harrison sur les forces de la confédération de l’indien Tecumseh. Cette défaite copromet l’espoir des indiens d’endiquer les colons vers l’ouest;

1812/1814: Guerre entre l’Angleterre et les États-Unis. Tecumseh s’allie aux Britaniques.

1813: Mort de Tecumseh à la bataille de la Thames

1814: Expédition d’Andrew Jackson avec la milice d’Alabama contre les Creek . Par le traité de Fort Jackson qui s’en suit, les Creek doivent abandonner la plupart de leurs terres en Alabama et en Géorgie.

1817: Le Président Monroe, le ministre de la guerre Calhoun et le général Andrew Jackson insistent pour que les indiens soient transférés à l’ouest du Mississipi.

1814/1818: Première guerre seminole.
Les Guerres séminoles (en anglais: Seminole Wars ou Florida Wars), désignent trois conflits qui opposèrent, en Floride, les États-Unis à divers groupes d’Indiens, connu sous l’appellation collective de Séminoles. La Première Guerre séminole eut lieu de 1817 à des guerres indiennes que menèrent le États-Unis et aussi l’une des plus longues.

1819: Traité Adams-Onis l’Espagne cède la Floride aux Etats-Unis.

1820Missouri compromise qui apaise, pour un temps, les dissensions sur la question de l’esclavage au sein de l’Union.

1821 : Sequoia, indien Cherokee, met au point un alphabet. Des 1828 un journal hebdomadaire le Cherokke Phoenix est publié en cheerokee et en anglais.

1824: Création du Bureau des Affaires indiennes au Ministère de la Guerre

1827: Adoption de la Constitution cherokee
La constitution cherokee est rédigée en 1827 et John Ross (Koowescoowe en langue cherokee) devint alors le chef de la Nation (1828) et le restera officiellement jusqu’à sa mort mais l’Etat de Géorgie arriva à ses fins : il proscrivit le gouvernement fraîchement constitué et confisqua les terres de la Nation dès 1828. Malgré le vain appel des Cherokees à Andrew Jackson réclamant une protection fédérale et malgré la déclaration de l’inconstitutionnalité de la législation géorgienne par la Cour suprême des États-Unis en 1832, les autorités fédérales suivirent la politique de Jackson, en faveur du déplacement des Indiens. Environ cinq cents meneurs cherokee acceptèrent en 1835 de céder leur territoire en échange de 5 700 000 dollars et d’une terre sur le territoire indien (dans l’actuel Oklahoma) par la signature du Traité de New Echota. Cette décision fut réprouvée par plus des neuf dixièmes de l’ensemble du peuple Cherokee, et plusieurs de ces meneurs furent assassinés par la suite (juin 1839).

1830: Le Congrès adopte Indian Removal Bill proposé par le Président Jackson par lequel seront échangé les terres à l’ouest du Mississippi contre celles des 5 tribus « civilisées »
Cherokees, Choctaws, Chickasaws, Creeks et Séminoles ).

1832: Worcester v. Georgia à la Cour suprême. John Marshall énonce la Doctrine des « domestic dependant nations« .

1835: Traîté de New Echota : les Cherokee cèdent toutes leurs terres en Georgie et doivent s’exiler

1835/1842: Deuxième guerre seminole.

1838 : La « Piste des Larmes » des Cherokee : déportation en Oklahoma.
Des milliers de Cherokees sont forcés de quitter leur territoire de l’Est du Mississipi, pour atteindre le nord-est de l’Oklahoma. En effet, le 29 décembre 1835, une minorité d’entre eux avaient signé le traité de New Echota avec les Etats-Unis, par lequel ces terres regorgeant d’or étaient cédées au pays pour 5 millions de dollars. À son échéance, l’armée américaine se charge de faire évacuer le territoire. Un voyage long et harassant les attend, et plus de 4000 d’entre eux périront en chemin, de froid, de fatigue ou de maladie.

1842 : Ouverture de la piste de l’Oregon

1845: Les États-Unis annexent le Texas
– Le journaliste O’Sullivan formule la Doctrine de la Manifest Destiny, selon laquelle le destin du peuple américain serait de faire progresser la civilisation en favorisant l’implantation des colons de l’Atlantique jusqu’au Pacifique.

1848: Traité de Guadalupe Hidalgo entre le Mexique et les États-Unis. Acquisition par les États-Unis du sud-ouest du continent.

1849: Le Bureau des Affaires indiennes est transféré au Département de l’Intérieur.
– Début de la ruée vers l’or.
– La politique de transfert des populations fait place à celle des réserves.

1851 : Premier traité de Fort Laramie signé par des représentants des Sioux, CheyennesArapahos, Crows, Arikaras, Mandans et Gros Ventres, qui prévoit le libre passage des Blancs sur les territoires indiens en échange de subsides annuels de Washington.

1853 : Mise par écrit de la Constitution des Iroquois.

1854: Le Kansas-Nebaska Act.annule le Compromis de 1820

1855 : Traités avec les tribus des territoires de l’Oregon et du Washington.

1860/1885. Extermination des bisons.

1861-1865: Guerre de Sécession, les indiens s’en trouve mélés. Les « Cinq nations civilisées » soutiennent temporairement les Confédérés (esclavagistes); de ce fait le Congrès abroge les traités signés avec eux en 1862 et en conclut d’autres moins favorables.

1862 : Guerre des Sioux Santee dans le Minnesota.
– Le Homestead Act, favorise l’implantation des colons sur les territoires indiens en leur accordant pour une somme de 10 dollars, des lots d’une soixantaine d’hectares à condition qu’ils les cultivent pendant une période de 5 ans.

1863 : Lutte contre les Navajo par Kit Carson, les Navajo sont enfermés à Fort Summer, dans l le Nouveau Mexique. Une réserve leur sera attribuée en 1868.

1862/1872. Guérillas apaches dans le Sud-Ouest

1864 : Massacre des Cheyennes à Sand Creek
– Ouverture du Bozeman Trail, piste directe vers les champs aurifères du Montana, en dépit des protestations des Sioux.

1865: Fin de la Guerre de Sécession.

1867: Les États Unis achètent l’Alaska aux Russes.

1866-1868 : Guerre de Red Cloud : attaque des forts du Bozeman Trail

1868 : Le régiment de Custer massacre les Cheyennes de Black Kettle à Washita River en Oklaoma. – Deuxième traité de Fort Laramie. Il définit les frontières de la « Great Sioux Reservation ». Les Sioux se voient garantir leurs droits sur les Black Hills.

1869 : Ely Parker (Seneca), premier Indien nommé Commissaire du BAI .

1871 : Le Congrès abandonne la politique des traités avec les tribus indiennes

1872/1873. Guerre des Modoc dans l’Oregon

1874 : Expédition de Custer dans les Black Hills en violation du deuxième traité de Fort Laramie.
– Annonce de la découverte d’or dans la région.

1876 : Little Big Horn défaite et mort du général Custer dans la bataille avec les Sioux tetons et des Cheyennes menée par Sitting Bull et Crazy Horse.
– L’armée désarme et conduit vers les agences tous les indiens encore rebelles.

1877: Guerre des Nez-Percé dans l’Idaho et le Niontana. Reddition de Chief Joseph
– Sitting Bull s’enfuit au Canada avec un groupe d’Indiens Hunkpapas.
– Assassinat de Crazy Horse à Fort Robinson

1878: Les réserves sioux sont constituées autour des agences de Standing Rock, Cheyenne River, Lower Brule, Crow Creek, Pine Ridge et Rosebud.

1879 : Guerre des Ute.
– Le Général Pratt crée le premier internat pour Indiens (école de Carlisle ) en Pennsylvanie

1880: Publication du livre « Un siécle de deshonneur » par Hélène Hunt Jackson

1882: Fondation de lIndian Rights Association sous l’impulsion de réformateurs protestants, qui se fixent pour objectif de défendre les droits des indiens, de leur faire obtenir la citoyenneté américaine, de favoriser leur accession à la propriété foncière individuelle à l’issue du morcellement de leurs terres et d’accélérer leur assimilation.
– Le ministre de l’Intérieur ordonne de mettre un terme à toutes les « danses païennes » et cérémonies traditionnelles, considérées comme une « entrave sur la voie de la civilisation ».

1884 : Reconnaissance par le Congrès des droits territoriaux des Inuits, des Aléoutes et des Indiens d’Alaska.

1886 : Reddition de Geronimo.

1887. General Allotment Act ou Dawes Act : loi de lotissement/morcellement des terres indiennes des réserves.Cette loi est adoptée pour dissoudre le cadre tribal et assimiler les indiens. Elle prévoit l’attribution de quelque 70 hectares aux chefs de famille et la moitié aux célibataires, terres qui demeureraient inaliénables pendant 25 ans et sous tutelle du gouvernement fédéral; la législation stipule également que le surplus des terres serait vendu, le revenu de cette vente devant être consacré à « l’éducation et à la civilisation des tribus ».

1888: Loi selon laquelle toute femme indienne épousant un citoyen acquiert la nationalité américaine.

1881 -1890: 5 millions d’immigrants

1890: La Danse des Esprits gagne du terrain dans les Grandes Plaines.
En territoire sioux, les réserves de Pine Ridge, Rosebud et Cheyenne River, sont particulièrement impliquées dans ce mouvement de renaissance messianique.
Sitting Bull est soupçonné d’en être le meneur. L’opinion publique réclame l’intervention des militaires.

-15 décembre meurtre de Sitting Bull à Standing Rock par des policiers lakotas, lors de son arrestation.
– 29 décembre massacre de Wounded Knee.
– Le bureau de recensement déclare la Frontière close.

1893: 12 juillet, Conférence de Frederick Jackson Turner : « La signification de la Frontière dans l’histoire américaine ».

1900: La population indienne atteint son niveau démographique le plus bas : 250 000.

1911 : Fondation de l’American Indian Association (Society of American Indians).

1912 : Le Nouveau Mexique devient un État. La question se pose si les indiens pueblos, pacifiques et « civilisés », doivent être placés sous la tutelle du gouvernement fédéral. Leur placement sous statut fédéral est confirmé en 1913.

1918 : Plusieurs groupes d’adeptes du peyotl se réunissent en Oklahoma et fondent officiellement la Native American Church.

1924 : Indian Citizenship Act.: Le congrès attribut la citoyenneté américaine à tous les Indiens. L’Arizona et le Nouveau Mexique vont refuser l’application de cette décision jusqu’en 1948. L’Utah refuse jusqu’rn 1956.

1928 : Publication du Rapport MeriamThe Problem of Indian Administration qui fait état d’une situation dramatique pour les Amérindiens (pauvreté, exclusion) : il réveille l’intérêt du gouvernement qui souhaite un Indian New Deal (en référence au New Deal).

1929-1933 : De la Grande Crise à l’élection de Franklin Delano Roosevelt.

1933 : John Collier est nommé Commissaire aux Affaires indiennes. Il reste à ce poste jusqu’en 1941.

1934 : Indian Reorganization Act (IRA) qui donne une plus large autonomie politique et économique aux Indiens. Elle est assortie de mesures concernant la liberté religieuse des Indiens.

1942 : Entrée des Etats-Unis dans la Seconde Guerre Mondiale. Environ 25 000 Indiens y participeront.

1944 : Fondation du National Congress of American Indians (NCAI), première organisation panindienne, destiné à soutenir leurs intérêts communs.

1946 : Création par le Congrès de l’ Indian Claims Commission / Commission pour les revendications indiennes, pour régler les litiges territoriaux avec les Indiens par des compensations financières. Cette Commission donne la possibilité aux indiens de lui présenter des recours dans les cas où des droits territoriaux reconnus par les traités auraient été menacés, et dans l’éventualité où des terres auraient été acquises à leurs dépens sans juste compensation.

1949: La commission Hoover présente un rapport qui recommande « l’intégration complète des Indiens ».
– Formulation du Termination Policy Program qui doit favoriser l’installation des Indiens en ville et achever leur assimilation par la suppression du statut fédéral des réserves est présentée comme une « solution définitive au problème indien »

1950 : Dépôt devant la Claims Commission de la plainte relative aux Black Hills considérées par les Sioux comme sacrées.

1952: Le Commisaire aux Affaires indiennes Dillon Myer entreprend un programme d’urbanisation des indiens Relocation policy.

1950-1954 : Administration Eisenhower. Début du mouvement pour les droits civiques.

1953/1954 : Début d’application de la Termination Policy par l’adoption de 2 textes :
– La Public Law 280 autorisant les États à étendre unilatéralement leur pouvoir de juridiction aux réserves indiennes
– La « Résolution 108 » visant à supprimer la spécificité du statut territorial des tribus, jusque-là garantie par les traités.

1955: L’administration des affaires sanitaires indiennes est transférée au Ministère de la Santé.

1955-1960 : Amorce d’un courant de protestation indien et ébauche d’une renaissance du traditionalisme.

1958 : Termination des Klamath de l’Oregon
– Confirmation des droits territoriaux des Inuits, des Aléoutes et des Indiens d’Alaska par l’Alaska Statehood Act.

1960 : Termination des Menominee
– Élection de John Fitzgerald Kennedy.

1961 : Suspension de la Termination Policy.
– Conférence de 700 Indiens représentant 64 tribus à Chicago et Déclaration of Indian purpose, qui pose les premiers jalons d’un mouvement panindien.
– Création de la National Indian Youth Council (NIYC)

1962 : La Commission des revendications indiennes (Indian Claims commission) doit verser près de quatre millions de dollars aux descendants des Creeks spoliés en 1814.

1963 : Kennedy est assassiné. Johnson lui succède.

1964: Début de la lutte pour les droits de pêche dans l’État de Washington.

1966 : Création de l’Alaska Federation of Natives.

1968 : The Forgotten American. Message spécial au Congrès du président Johnson sur l’Indien, oublié de l’Amérique indiquant qu’il convenait de mettre fin aux débats suscités par le problème de la suppression du statut fédéral des réserves et qui détermine de nouveaux objectifs pour la politique indienne, et notamment la liberté de choix, la possibilité pour les Indiens de demeurer sur leurs territoires, s’ils le désiraient, sans devoir renoncer à leur dignité.
– Fondation de l’American Indian Movement (AIM)
L’American Indian Movement (AIM) est un groupe indien américain de droits civils des États-Unis qui apparut sur la scène nationale avec l’occupation non-violente de l’île d’Alcatraz de 1969 à 1971, soutenue par le Black Panther Party [1]. Le mouvement occupa ensuite le quartier général du BIA (Bureau of Indian Affairs) à Washington D.C., en 1972 et 1973 avec l’occupation de Wounded Knee (Dakota du Sud) dans la réserve indienne de Pine Ridge, lieu symbolique de la défaite de Big Foot et du massacre de 300 Indiens Sioux. L’AIM fut cofondée par Dennis Banks, Herb Powless, Clyde Bellecourt, Eddie Benton Banai, et de nombreux autres militants en 1968. Russell Means en est aussi membre, et le chanteur John Trudell en fut le dirigeant de 1973 à 1981. Leonard Peltier, condamné à perpétuité lors d’un procès controversé, est aussi membre du mouvement.

-Élection de Richard Nixon qui sera réélu en 1972.

1969: Les Passamaquoddys barrent la route à Princeton dans le Maine.
– Occupation d’Alcatraz par les Indiens militants du Red Power

1970: Siting indiens dans plusieurs bureaux du Bureau des Affaires Indiennes.
– Restitution du Lac Sacré des Taos Pueblos.
– Juillet : message de Richard Nixon adressé au Congrès, (Special Message to Congress on Indian policy) confirmant la nouvelle orientation de la politique indienne et se déclarant favorable à « l’autodétermination sans suppression du statut fédéral des réserves.

1971 : Signature par Richard Nixon de l’Alaska Native Claims Act au terme duquel les tribus reçoivent 500 millions de dollars, 2% des redevances pétrolières (jusqu’à concurrence de 500 millions de dollars) , et l’attribution de 20 millions d’hectares

1972 : Marche de Gordon, au Nebraska, pour protester contre le meurtre de Raymond Little Thunder.
– Trail of the Broken Treaties / Marche des traités violés
– Novembre : Occupation par un groupe d’indiens de l’immeuble du Bureau des Affaires Indiennes à Washington.

1973: Février-mai occupation de Wounded Knee dans la réserve de Pine Ridge, au Dakota du Sud. 200 Sioux Oglalas menés par un groupe de l’AIM, occupent le lieudit de Wounded Knee, site du massacre de 1890. Mobilisation des médias du monde entier et contre offensive massive du gouvernement.
– Novembre, création de l’Américan Indian Bank par un certain nombre de dirigeants indiens, financée conjointement par le BAI, l’OEO (Office of Economic Opportunity), elle agit en tant que banque de depôt et d’affaires – avec des moyens limités dans le cadre de la communauté indienne.

1974 : Démission de Richard Nixon.
– Adoption de l’ Indian Financing Act qui élargit la portée d’un fonds à tirages multiples et fournit aux Indiens, des possibilités de garanties de prêts et d’obtention de subventions.
– Mai , le North American Indian Brotherhood obtient le statut consultatif auprès du Conseil économique et social ( ECOSOC).
– Juin : Conférence internationale des traités violés réunissant quelques 3 000 représentants de plus de 30 nations indiennes d’Amérique du Nord et d’Amérique latine. La déclaration commune publiée à l’issue de la conférence, utilise les termes qui devaient devenir le slogan du mouvement indien à partir de 1975 : « nations indigènes souveraines ».

1975 : Adoption de l’ Indian Self-Determination and Education Assistance Act permettant le transfert aux autorités tribales de responsabilités dans le domaine de l’éducation, jusque là assurées par le ministère de l’Intérieur.

1976: Adoption du Project Independence : programme de développement des ressources énergétiques aux États-Unis.
– Deuxième Conférence internationale des traités indiens. Création de lInternational Indian Treaty Council (IITC)
-Élection de James E.Carter

1977/1978.
– Dépôts de projets de loi par les sénateurs Kennedy, Meeds, Cunningham… visant à abroger les traités et à supprimer le statut spécial des tribus et nations indiennes .
– Février-juillet 1978 : La plus Longue Marche, contre l’abrogation des traités indiens.
– Adoption de l’ American Indian Religious Freedom Act (AIRFA), visant à renforcer les garanties de la liberté religieuse des Indiens.
– IITC obtient le statut consultatif auprès de l’ECOSOC.
– Septembre : Conférence des ONG sur la discrimination contre les peuples indigènes des Amériques.

1980
– Le recensement dénombre 1 382 000 Indiens.
– Verdict de la Cour Suprême favorable aux Sioux dans l’affaire des Black Hills. Une indemnisation de 100 millions de dollars leur est attribuée. Ils la refusent en proclamant que les Black Hills, terres sacrées, ne sont pas à vendre.
– Les Passamaquoddy et les Penobscot, qui revendiquaient 2 millions d’ha de l’État du Maine reçoivent 81,5 millions de dollars d’indémnisation.

1981
– Conférence des organisations non gouvernementales (ONTI) à New York. Des groupes autochtones du monde entier viennent défendre leur droit de vivre librement sur leurs territoires.
– L’ Indian Law Resource Center obtient le statut consultatif auprès de l’ECOSOC.

1982.
– 25 janvier la Cour suprême approuve l’impôt prélevé par les Apaches du Nouveau-Mexique sur une grande compagnie pétrolière installée sur leur réserve
– Avril réédition de l’ouvrage de Félix Cohen, publié d’abord en 1942, sur les fondements de la doctrine du droit Indien Handbook of Federal Indian Laws.

1983Déclaration of Indian Policy par le Président Reagan. Prise de position en faveur de l’abandon définitif de la Termination Policy. Encouragement du secteur privé dans les réserves, et réduction de l’aide fédérale.
– Les Pequots obtiennent leur reconnaissance collective par le gouvernement fédéral.

1984 : Février premier colloque au séminaire théologique de Princeton en vue d’encourager le développement des études du droit indien

1985.
– Mars la Cour suprême se prononce en faveur des Oneidas dont les terres avaient été acquises par deux comtés de l’État de New York, deux siècles plus tôt sans approbation fédérale.
– Avril la Cour suprême confirme la légalité de l’impôt indien qui, depuis 1978, pèse sur les revenus d’une société minière du territoire navajo

1988
– Vote par le Congrès de l’ Indian Gaming Regulatory Act, loi autorisant, dans certaines conditions, l’ouverture de véritables casinos en terre indienne.

1989
– Élection de Georges Bush.
– Loi portant création du National Museum of the American Indian.
– Le Sénat recommande le versement direct de certain fonds fédéraux destinés aux Indiens.

1990.
– Anniversaire de la mort de Sitting Bull et du massacre de Wounded Knee.
– Le recensement dénombre près de 2 millions d’Indiens. Les seules tribus à compter plus de 100 mille personnes sont les Cherokees, les Navajos, les Chippewas et les Sioux. On prévoit que la population indienne atteindra 4 600 000 en 2050.
– Décision de la Cour Suprême sur l’utilisation des drogues : interdire l’usage des drogues hallucinogènes (i.e peyotl) ne constitue pas une violation des droits constitutionnels garantissant le libre exercice des religions. Les adeptes de la Native American Church aux Etats-Unis sont quelques 250 000.
– Adoption de l’Indian Arts and Crafts Act (IACA). Loi sur l’accréditation tribale des artistes indiens. Pour se déclarer artiste ou artisan indien, il faut être acrédité par une instance tribale reconnue.
– Le Custer Battlefield National Monument, est rebaptisé Little Big Horn National Battlefield Parc.
– Native American Graves Protection and Repatriation Act – NAGPRA : loi sur le droit des communautés indiennes fédéralement reconnues à demander aux institutions fédérales subventionnées le rapatriement d’ossements humains et d’objets sacrés qu’elles detiennent (musées, fondations).

1992
– Cinquième centenaire de la « découverte » de l’Amérique. Nombre d’Indiens boycottent cette célébration, qui est rebaptisée commémoration par l’ONU et l’UNESCO.
– Élection de Jefferson Clinton.
– Rigoberta Menchu, indienne Quechua du Guatemala, reçoit le Prix Nobel de la paix.

1993
– Les États-Unis s’excusent officielement d’avoir renversé la Reine Lilioukalani de Hawaï par le coup d’état du 17 janvier 1893.

1993-1994
– La question du rapatriement des objets sacrés et des restes humains devient l’un des premiers objectifs des tribus indiennes qui adoptent des stratégies différents vis-à-vis des musées.

1994
 Le Président Clinton invite 300 dirigeants de nations indiennes à une conférence à la Maison Blanche. L’Indian Self Determination Act complète le Self-Determination and Education Assistance Act de 1975.
– Plus de 60 gouvernements tribaux signent des contrats d’autonomie avec le gouvernement fédéral afin de recevoir les fonds fédéraux en une seule fois et en assurer seuls la gestion.
– 12 nouvelles tribus sont reconnues par le gouvernement fédéral.

1995
– Le Congrès républicain réduit les crédits destinés aux Indiens.

1996
– Suite au développement des casinos de jeux en terres indiennes, la décision de la Cour Suprême Seminole Tribe of Florida vs Florida réaffirme l’immunité judiciaire des États-membres.

1997
– Àla suite de grâves détournements de fonds par le BIA, sa gestion est décentralisée. Début de la plainte déposée par Elouise Cobell. En l’an 2000, Kevin Gover, Indien Pawnee est vice-ministre des Affaires indiennes, présente aux dirigeants indiens et au nom du BIA des excuses solennelles pour l’incurie de la gestion du BIA et ses graves conséquences depuis 1824.

1998
 Le Président Clinton proclame novembre « Mois du patrimoine indien », National American Indian Heritage Month.

1999
– Iqaluit, premier avril : naissance du Nunavut, territoire Inuit autonome.
– Washington, 28 septembre : pose de la première pierre du National Museum of the American Indian.

2000
– Recensement national : 4 131 685 Amérindiens et natifs d’Alaska, soit 1,53 % de la population américaine.

2004
– le 21 septembre : ouverture du National Museum of the American Indian conçut par l’architecte Blackfoot Douglas Cardinal. Le NMAI comprend aussi un musée à New York (le George Gustave Heye Center) et le Cultural Resources Center (CRC); centre de conservation et de traitement des objets situé, dans le Maryland.
– Novembre : début du second mandat du George W. Bush.

2005
– L’Energy Policy Act libéralise la loi de 1992 et assouplit les lois et réglementations applicables à l’exploitation des ressrouces énergétiques, en particulier en territoire tribal.

2007
– Juillet : Scott Momaday, Kiowa, nommé poète lauréat de l’Oklahoma Poet Laureate.

2008
– Suite à l’Energy Policy Act, adoption de l’Indian Tribal Energy Development and Self Determination Act (ITEDSA). Cette loi libéralise encore le droit des gouvernements tribaux à entreprendre, en accord avec le ministère intérieure, le développement des énergies situées sur leur territoire. Elle aboutie au TERA, Tribal Energy Resource Agreement.
– Novembre : Barack Obama est élu Président.

2009
– 8 décembre : accord réglant la plainte Cobell vs Salazar, qui date de 1987.
– 19 décembre : Apology to all Native peoples on behalf of the United-States.

2010
– Mars : dans le cadre du Patient Protection and Affordable Care Act (ACA), adoption de l’Indian Health Care Improvment Act (IHCIA), Loi sur l’amélioration des soins de santé des Amérindiens.
– Juillet : Tribal Law and Ordre Act. Cela renforce l’obligation de résultat des instances de police et de justice fédérales en matière de crim sur les réserves. Accroit les pouvoirs du conseil tribal en matière d’affaires criminelles sur la réserve.
– Décembre : lors de l’ouverture de la deuxième conférence des nations tribales à la Maison Blanche, le président Obama annonce que les États-Unis soutiennent la Déclarations sur les droits des peuples autochtones.
 » Les ÉtatsUnis soutiennent la Déclaration qui, bien qu’elle ne soit juridiquement pas obligatoire, ni ne représente une déclaration de droit international actuellement en vigueur, a néanmoins un poids moral et politique. Elle exprime aussi bien les aspirations des peuples autochtones dans le monde entier, que celles des États qui veulent améliorer leurs relations avec ces peuples. Surtout, elle traduit les aspirations des ÉtatsUnis, aspirations que ce pays cherche à concrétiser dans le cadre de la Constitution des ÉtatsUnis, des lois et des obligations internationales, tout en cherchant, lorsqu’il le faut, à améliorer nos lois et notre politique. »
– Décembre : le président Obama signe la Loi sur le règlement des revendications, loi qui officialise l’issue du procès Cobell et qui attribue aux plaignants 3,4 milliards dollars de dédommagement pour la mauvaise gestion par le gouvernement fédéral des comptes en fidéicommis des reserves indiennes.

2012
– Juillet : Help Expedit and Advance Responsible Tribal Homeownership (HEARTH)
– Loi de libéralisation des règles tribales de location des terres à des fins récréatives, résidentielles, éducatives, publiques, religieuses.
– Novembre : réélection de Barack Obama.
– Attribution du National Book Award à Louise Erdrich, Chippewa, pour son roman The Round House.
– Décembre : montée en puissance du mouvement de protestation indien Idle No More – l’Apathie C’est Fini, aux États-Unis et au Canada. Il s’agit d’accroître vigilence et lutte pour le respect des droits autochtones.

2013
– Février : Violence Against Women Act (VAWA). Le titre IX de cette Loi donne aux autorités tribales le droit de poursuivre Indien et non-Indien en cas de violence domestique et d’agression sexuelle commise sur les territoires contre une Indienne. Les nations autochtones d’Alaska sont exclues de l’application de ce titre.
– Décembre : nouvelle protestation des Hopi contre la vente aux enchères à Paris de masques sacrés. L’ambassade des États-Unis en France s’associe à cette démarche.

2014
– Avril : manifestation à Washington contre la prolongation de l’oléoduc Keystone XL du Canada au Golf du Mexique.

2015
– Février : le Président Obama oppose son véto à la prolongation de l’oléoduc Keystone XL.
– Mars : le Sénat n’a pas la force politique nécessaire pour s’opposer au véto du Président Obama.

Sources :
ROSTKOWSKI, Joëlle, 2001, Le Renouveau Indien Aux Etats-Unis. Un siècle de reconquêtes, Ed Albin Michel, 363p
DELANOÉ Nelcya, ROSTKOWSKI Joëlle, 2015, La présence indienne aux États – Unis, Anthologie d’un défi à l’oubli . Ed. L’Harmattan, 241p.
WILSON, James, 2002, La Terre pleurera, Ed Albin Michel, 520p.
JACQUIN, Philippe, 2000, La terre des Peaux-Rouges, Ed Gallimard, 159p

×